Aller à la page : Précédent  1, 2
 Quand le destin s'en mêle
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Ven 18 Nov 2016 - 16:47

La seule chose qu'elle aurait à faire, ce serait de ne pas lui mettre de bâtons dans les roues. Non, elle ne comptait pas l'emmerder ou le ralentir. Elle comptait même l'aider comme elle l'avait prouvé en achetant le matériel pour réparer sa tenue sur un étalage au passage. Elle aurait pu se débrouiller pour faire elle même le fil mais elle manquait de temps et de ressources pour le faire donc autant qu'elle prenne ce qu'elle pourrait trouver sur le passage.

Une fois dans le train, ils purent aller s'installer et même si Naiki avait un peu pressé Angelo, ce dernier avait pris son temps jusqu'au bout pour pouvoir s'installer sans forcer et sans avoir accéléré le pas. Le train partit dès que le dernier passager fut assis sans même laisser un signal se faire entendre. Il n'y avait que le chauffeur pour contrôler si bien qu'il n'était allé démarrer sa machine que lorsque le contrôle avait pu être fait.

Comme il savait ce qu'elle allait faire, Angelo avait pris la bobine de fils de Naiki pour voir si c'était la bonne couleur mais la demoiselle avait tout de même l'oeil pour ça et elle pourrait donc recoudre le vêtement de son allié pendant le temps du trajet. Elle était méticuleuse et si elle était bavarde, elle ne parlait que très peu pendant qu'elle se concentrait pour ne pas perdre le fil de sa concentration ou tout simplement le fil tout court. Angelo lui disait encore une fois qu'elle était mieux de savoir ce qu'elle faisait et elle ne fut que plus souriante pour lui répondre.

« T'inquiète, elle sera comme neuve ! »

On ne croirait pas comme ça mais elle avait déjà fait et vendu des vêtements à l'époque où les génomes s'étaient pointés dans le village des mages noirs, elle savait donc comment ça fonctionnerait.

Elle se mit au travail en ignorant les mouvements du trains parfois assez brusque. Elle était installée sur le siège juste à côté d'Angelo mais elle prenait deux places sur les trois de disponibles, n'en laissant qu'une au jeune homme, puisqu'elle s'était installée en tailleur afin d'avoir un meilleur équilibre.

Ca lui prit peut être une bonne demie heure mais elle vérifia ensuite de chaque côté du tissu pour s'assurer qu'il n'y avait aucune marque. Rien n'était visible sauf si on prendrait la loupe et encore. Elle rangea son matériel sans attendre et elle se releva pour pouvoir rendre la veste à Angelo.

« Et voilà ! Est-ce que tout est bon ? »

Après tout, c'était pour lui qu'elle l'avait recousu et c'était donc lui qui jugerait si le travail était bon. Après, certes, il y avait encore des traces ici ou là des attaques qu'il avait reçues mais Naiki ne pourrait pas faire des miracles non plus. Elle n'avait pas la faculté de nettoyer un vêtement d'un claquement de doigt même si elle pourrait le recoudre sur le vif. Elle regarda ensuite vers l'extérieur pour profiter qu'elle soit debout devant lui – vu qu'il avait pris la place pas loin de la fenêtre – afin de voir où ils en étaient. Elle pouvait voir les forêts entourant le royaume si bien qu'elle pourrait d'ores et déjà lui dire qu'ils ne tarderaient pas à arriver.

Par ailleurs, elle était assez bavarde et pourrait profiter du peu de temps qu'il restait pour se renseigner sur ce qu'il pensait de ce monde jusqu'à présent. Après tout, il ne venait pas de là mais comme elle n'était jamais allée ailleurs de son côté, elle se demandait comment il pourrait voir ce monde ci pour sa part.

« Tu n'es pas ici depuis longtemps du coup. Comment tu trouves le monde jusqu'à maintenant ? »

Ce n'était pas pour lui rappeler que la forêt où il était arrivé avait été l'origine de la mort de tous ses compagnons mais la curiosité de la demoiselle pourrait bien les aider à parler un peu pour qu'il s'ouvre un peu et qu'il soit moins froid envers elle. Naiki ne se découragerait pas mais il allait sans dire que si elle avait l'impression de l'emmerder rien qu'à être présente, elle ne risquait pas de lui parler bien souvent. Il y avait d'autres personnes dans ce train qui seraient peut être ravies de discuter pendant le reste du trajet. Surtout qu'il ne devait rester qu'une dizaine de minutes de route pour arriver jusqu'à la station intermédiaire où il faudrait prendre un autre train pour faire les vingt minutes restantes ensuite. En sortant à cette station, ça les ferait arriver non loin de Tréno mais ce n'était pas leur but, du moins pas directement vu qu'ils n'apprendraient certainement rien dans cette petite ville nocturne...
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 28 Nov 2016 - 11:43

Comme neuve ? Angelo se permettait d’en douter. Il l’avait acheté à prix d’or cette veste et il était déjà bien mécontent qu’elle soit abimée, alors autant ne pas lui brandir de fausses promesses en lui disant par exemple qu’elle serait comme neuve alors qu’il y aurait forcément des imperfections sur le tissu. Il se fichait bien de savoir que Naiki avait de l’expérience en la matière ou qu’elle avait des mains d’orfèvre, il estimerait, jusqu’à preuve du contraire, que rien ne vaudrait une veste réellement neuve. Malheureusement sur un monde comme celui-ci, il ne pouvait pas vraiment s’attendre à trouver une boutique qui vendrait des vêtements à son goût… Donc autant se contenter de fil et d’une aiguille, il saurait s’en contenter pour l’heure.

Il ne regarda pas Naiki faire tout simplement parce qu’il savait qu’il inspecterait le moindre de ses mouvements. Il préféra, à la place, se concentrer sur l’extérieur, sur les décors qui filaient. Le travail de la demoiselle aux cheveux ondulés prit quand même un bon trente minutes, de quoi avoir le temps de méditer sur la situation et sur ce qu’ils allaient faire une fois arrivés en ville. Angelo cherchait toujours cet homme, mais il n’avait aucune idée de son emplacement, ni même de son nom… Ça rendait réellement les recherches pénibles d’avance. Cela dit, il n’abandonnerait pas. Il était convaincu que la clef de son passé résidait en lui.
Et il la lui prendrait. De force ou d’amitié, il la lui prendrait.

Naiki le sortit brutalement de ses pensées en lui demandant si c’était bon. Il tourna la tête vers elle pour voir qu’elle lui montrait sa veste. Angelo récupéra donc sa tenue et entreprit d’inspecter le tissu… ce n’était pas mal du tout, il devait bien l’admettre, elle avait fait du travail plus que correct. Plutôt que de faire l’enflure en ne disant rien ou en dénigrant son boulot – rien ne l’obligeait à le faire après tout – Angelo remit sa veste en lui accordant une réponse.
« C’est très bien, merci. » Après l’avoir remise et boutonné là où il le fallait, Angelo s’apprêtait à de nouveau s’isoler en regardant dehors, mais Naiki était d’humeur bavarde. Elle lui demanda comment il trouvait ce monde pour le moment, puisqu’elle avait comprit qu’il n’était pas là depuis longtemps. Il fronça un peu les sourcils en se souvenant de toute son équipe décédé à cause d’un Béhémoth sous furie à Zanarkand, juste avant qu’il ne touche le sceau qui l’avait emmené ici… Non en effet, ça ne faisait pas longtemps qu’il était là…

Autant être franc, comme toujours.
« Préhistorique. La technologie est ridicule et je n’ose pas imaginer la situation politique… J’ai cru entendre parler d’une reine à Alexandrie. Personnellement, je suis plus habitué aux présidents ou aux maires. » A la rigueur. Mais une reine ? Un roi ? Pfft. C’était clairement de la préhistoire. Cela dit, il n’avait pas mâché ses mots et était à peu près convaincu que sa réponse n’allait pas vraiment plaire à Naiki qui semblait apprécier l’univers dans lequel elle vivait. Au lieu d’en rester là, il soupira, haussa les épaules, et renchérit. « Mais l’atmosphère y est légère, comparé à d’autres mondes où je suis allé. » C’était un bon point au moins.

Avec le temps que Naiki avait mit à recoudre sa veste, ils ne tardèrent pas à arriver. Lorsque l’arrêt fut sonné, Angelo laissa Naiki descendre la première, normal, puisqu’il était installé côté fenêtre. Lorsqu’ils furent dehors, ils se retrouvèrent dans une gare où quelques personnes s’affairaient. Visiblement, un autre train leur permettrait d’atteindre un autre point, mais Angelo avait crut comprendre que ça ne servait à rien. Il suivit donc Naiki qui connaissait bien mieux la route que lui.

N’ayant aucune gêne, il se dirigea vers la première personne qu’il repéra qui semblait travailler ici.
« Excusez-moi, auriez-vous vu passer un homme qui me ressemble, avec un manteau blanc, par ici ? »
« Hm ? Ah non ! Pas du tout m’sieur ! Désolé m’sieur ! »
Bon, visiblement ici, ça n’aboutirait à rien. Cela dit, ça ne voulait pas dire qu’il n’était pas passé par Alexandrie.

Angelo retourna donc vers Naiki qui vaquait à ses occupations, probablement en train de l’attendre pour qu’ils se dirigent vers leur destination. Mine de rien, c’était frustrant, pourquoi ne pouvait-il pas simplement le sentir ? Si vraiment c’était une partie de lui, pourquoi était-il incapable de déterminer son emplacement ? Il soupira, lassé. Cela dit, il n’abandonnerait pas. Il s’était promit de le retrouver et il comptait bien le faire coûte que coûte…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 4 Déc 2016 - 11:34

Au moins, le travail de Naiki ne laissa pas Angelo déçu de lui avoir confié sa veste. Il ne put qu'accepter le fait qu'elle avait réussi à la réparer mais il n'irait pas jusqu'à dire de son côté qu'elle était comme neuve en sachant que ce n'était pas du tout le cas. Curieuse de connaître un peu mieux ce personnage, la demoiselle lui avait alors demandé ce qu'il pensait de ce monde et sa première réponse fut préhistorique. Pourquoi ? Elle se demanda ce qui pourrait lui faire dire une chose pareille mais il la justifia bien vite en disant que Héra manquait de technologie et que son système politique semblait dépassé. Néanmoins, il lui donnerait un bon point en disant que l'atmosphère était légère au moins, ce à quoi Naiki put répondre :

« C'est parce que les rois et les reines sont justes et savent comment garder la paix sur le monde ! »

Elle ne connaissait pas les autres mondes et ne s'intéressait pas vraiment à la politique mais elle savait que la reine Grenat était bien plus gentille que sa mère. L'invasion menée à Condéa lui était resté au travers de la gorge là où elle savait que Cid Fabre était toujours en train de lutter pour la paix. Ce n'était pas pour rien que le monde était resté en paix pendant autant de temps après tout. Mais elle ne pourrait pas juger l'avancée technologique de ce monde par rapport à un autre mais elle avait pu se rendre compte que ce n'était pas le genre d'arme qu'il utilisait qui seraient vraiment présent sur Héra.

Comme le tax'air arriva, la conversation ne s'éternisa pas puisqu'ils descendirent. Angelo alla tout de suite se renseigner sur ce qu'il recherchait là où Naiki demanda dans combien de temps l'autre train irait dans la capitale du monde. Ca partirait dans dix minutes qu'on lui affirma : il s'agissait du même train pour cette fois, il ne faisait qu'une petite pause pour se recharger en carburant avant de repartir.

« D'accord, merci ! » Elle revint ensuite vers Angelo pour pouvoir lui passer le message et l'inciter à retourner s'asseoir dans le même véhicule. Le ciel était bien sombre quand elle ressortit en dehors de la gare et elle le laissa entendre sans attendre.

« Je crois qu'on va avoir de l'orage... » Au moins, ils seraient à l'abri de la pluie en rentrant. Naiki n'attendit pas davantage en ressentant les premières gouttes de pluie et Angelo n'allait sans doute pas risquer de noyer sa coupe de cheveux non plus. Un léger retard fut pris pour le démarrage, cinq minutes environ... La pluie avait freiné le ravitaillement d'essence de l'appareil mais il put repartir tout de même vers la ville.

« C'est marrant, on a le train pour nous tout seul regarde. » Elle venait de le faire de son côté : il n'y avait personne en dehors d'eux dans le véhicule, c'était presque impressionnant... Mais aussi une coïncidence qui ferait qu'ils seraient les seuls qui risqueraient pour leur vie puisque ce fut au moment où ils approchaient de la forêt maudite qu'un éclair leur tomba juste dessus. Naiki fut violemment projetée en avant et manqua de se retrouver assommée en se cognant la tête contre le siège face au sien.

Un peu sonnée, elle se redressa à la recherche de ce qu'il venait de se passer mais elle sentait que l'engin prenait de plus en plus de vitesse tout en donnant l'impression qu'il chutait... Elle se déplaça jusqu'au hublot pour voir que, en effet, ils étaient en train de tomber et que leur moyen de transport était en flammes. Un éclair illumina encore une fois le ciel et secoua fortement l'appareil. Ils allaient s'écraser d'un moment à l'autre mais il était impossible de redresser le manche... Peut être que le conducteur avait été assommé voire tué sur le coup.

« On s'écrase ! » Nota-t-elle alors sans savoir ce qu'Angelo était en train de faire. Il était peut être en train de prévoir un plan pour pouvoir s'en sortir indemne mais celui de Naiki était clair. « Je vais prendre les commandes. »

Elle ouvrit alors la porte menant à l'avant et elle put effectivement voir que le pilote était grillé dans le sens littéral du terme. Ainsi, elle le poussa pour s'installer à sa place et tenter de remonter le véhicule mais il était trop tard : ils étaient déjà trop bas et la vitesse était trop grande... Elle ne put que redresser le manche suffisamment pour se retrouver à ralentir en fonçant dans les arbres jusqu'à brutalement toucher le sol et se faire éjecter du vaisseau par la vitre qui s'était au préalable brisée.

Sa chute se termina durement dans des ronces qui eurent au moins le mérite de bien amortir la vitesse à laquelle elle y avait été projetée. Elle n'était néanmoins plus consciente suite à tout ce qu'elle venait de vivre. Elle n'avait même pas calculé ce qui était arrivé à Angelo. La panique qui avait eu en route l'avait totalement décroché de lui et seul l'instinct lui avait fait agir comme elle l'avait fait...

Direction : Forêt Maudite
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Quand le destin s'en mêle
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» "Le destin ne nous lâche pas"
» Quand le destin se charge des retrouvailles... | Chace
» Quand le Destin joue avec nous... (PV BatCat, Griffon et Fauve)
» Quand le Destin nous file un coup de pied aux fesses, on ne lui sourit pas... - Renan

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum