Come and get your love
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 7 Nov 2016 - 19:11


Introduction musicale de Zan

C’était une merveilleuse fin d’après midi sur Héra, le temps était au beau fixe depuis plusieurs jours et les environs de Linbdum étaient jusque là plutôt calmes. Aucune attaque de monstre n’avait été reportée depuis un petit moment et la cité pouvait vivre à un rythme tranquille ce qui ne déplaisait pas à un certain vagabond. Marchant dans les rues d’un pas dansant, le petit mog Boule de Neige perché sur son épaule, le galant aventurier était satisfait de la situation actuelle. Pas de problème  à l’horizon, cela faisait que son acolyte et chaperon à la fourrure duveteuse ne pouvait pas lui casser les oreilles pour aller risquer sa peau et sauver celle des autres. Il pouvait ainsi feignasser toute la journée et passer ses soirée en quête d’une belle demoiselle à séduire. La veille il avait presque réussit à conclure avec une ravissante Bloumecienne, mais il ne s’inquiétait pas ce n’était jamais que partie remise. La démarche rythmée du jeune homme lui valait certes de nombreux regards intrigués lorsqu’on le croisait dans les rues, mais cela ne le gênait pas outre mesure, il était de bonne humeur et sentait que ce soir serait une bonne soirée, il pouvait de nouveau sentir en lui la fièvre du samedi soir. Il arriva jusqu’à la taverne où il avait fini par avoir ses habitudes, entrant de sa démarche originale, mimant quelques pas de danse groovy, il gratifia les clients déjà présents d’un signe de main qui lui était particulier, les pointant successivement du doigt tout en se dirigent vers le comptoir où le propriétaire poussait déjà un soupir en le voyant faire son numéro. Ce n’était pas nouveau ici, il y avait d’autres clients un peu excentriques mais c’était le volubile vagabond qui battait tout les records. Non seulement il avait toujours une remarque à faire, mais il ne s’arrêtait jamais, le patron était même certain qu’un jour il avait tué un homme à force de raconté ses âneries et il ne faisait plus aucun doute dans l’établissement que l’arme la plus dangereuse du mercenaire de l’amour n’était pas son épée, mais bel et bien sa bouche. Lui aurait eu une autre réponse, plus « explicite » mais nous épargneront les détails les plus lourds aux lecteurs, quoi qu’il en soit, il fini par arrivé au comptoir où il prit place pendant que le moogle s’envola pour se posé sur le tabouret à sa droite. L’œil de faucon de l’aventurier avait déjà fais le tour de la pièce à la recherche d’un membre du beau sexe dont il aurait pu s’attirer les faveurs, mais pour le moment il n’y avait ici que de vieux habitués, un trio de gardes en permission, quatre vieux mercenaires qui passaient leur temps à boire leurs payes et un joueur de carte (et tricheur invétéré) qui triait son jeu. Les serveuses étaient encore en cuisine, elles ne prendraient part aux festivités que lorsque la soirée serait assez avancée, même si Zan savait que c’était peine perdu de courir après ces demoiselles, il ne pouvait s’empêcher de complimenter les belles femmes, son attitude légère et son sens certain de la galanterie lui valait la sympathie de certains, le dédain d’autre et d’être ignoré par la majorité restante. Le barman posa son regard sur lui, l’invitant à lui dire ce qu’il voulait boire d’un signe de tête et avec un regard blasé, ce à quoi le vagabond répondit par une de ses frasques habituelles :

« Je vais prendre un verre d’eau dans une tasse en bois. »

L’homme au crâne chauve et à l’opulente moustache rousse poussa un profond soupir, il était habituer à ce petit numéro, mais il n’avait pas le cœur de mettre dehors un client qui apportait une certaine animation, surtout que si une belle plante venait à faire son entré, le jeune homme allait sans aucun doute dépenser sans compter comme à son habitude. Il répondit tout de même :

« Vous voulez pas un whisky plutôt ? »

Ce à quoi le héro à loué répondit avec un aplomb que lui seul avait ans ce genre de situation, comme si quelque chose en lui faisait que l’ambiance devenait tout de suite plus saugrenu dans ses environs :

« Non juste un verre d’eau. »

L’homme laissa échapper un nouveau soupir, résigné, avant de servir son verre à l’aventurier. Le petit mog qui le suivait comme son ombre avait fait tourner son tabouret afin de s’élever à hauteur du comptoir où il gratifia le tavernier d’un signe de la main en souriant. Le moustachu servit à la boule de poils un petit verre de lait avant de retourner essuyer ses verres. Zan quand à lui se retourna sur son siège, sa chope d’eau à la main, afin de faire face à la salle. Il allait comme à son habitude guetter l’arrivé de celle qui saurait lui taper dans l’œil et la malheureuse devrait faire face aux manœuvres parfois pathétiques du jeune homme pour entré dans ses bonnes grâce, et peu être même dans son lit. Cette frivolité agaçait quelque peu le mog, mais quoi qu’il dise son guerrier de la lumière attitré n’en faisait qu’à sa tête et comme il n’avait jamais réellement le succès qu’il escomptait cela n’avait pour le moment pas vraiment été un problème. Buvant une gorgé d’eau aux frais de la maison, Zan attendait que la belle du bal fasse son entré, il ne savait pas pourquoi mais ce soir il le sentait bien, se laissant aller un optimisme assez inhabituel.
Lorelei Wynne
Stone Heart

avatar

Messages : 51
Messages RP : 48
A ÉTÉ POSTÉ Lun 7 Nov 2016 - 20:47

Mes pas me firent arriver dans une nouvelle ville que je n’avais pas encore visiter. Je demandais très rapidement où j’étais à un passant et il me dit que cette magnifique ville s’appelait Lindblum. Jamais entendu parler depuis que j’étais là, mais ça avait l’air très beau en tout cas, donc autant que je jette un œil maintenant que j’étais ici. Je n’avais pas rencontré de monstres aux alentours de la ville, je ne sais pas si c’était dû au fait qu’elle était bien gardée ou alors que des aventuriers prenaient soin de désherber souvent, mais dans tous les cas, le chemin jusqu’à la ville n’était pas bien dangereux.

J’en étais presque déçue. Pas assez de monstres et donc d’action à mon goût. Du coup, pour la peine j’allais prendre le temps de visiter les environs voir s’il n’y aurait pas des guerriers intéressants à rencontrer. Je tombais sur un bonhomme bien loufoque en tout cas. Accompagné d’un mog, il dansait en pleine rue comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Un original au moins. Les gens le regardaient avant de rire, mais d’un air moqueur. Je fusillais du regard ceux qui eurent la mauvaise idée de croiser mes yeux. Chacun avait le droit de vivre comme il l’entendait, et je trouvais que ce jeune homme avait du cran de se montrer en train de danser alors que ce n’était pas forcément le genre de truc qu’on fait en public.

Je le respectais pour ça. Les originaux sont bien plus intéressants généralement. Et on ne s’ennuie jamais avec eux. Bon après pour savoir si ce serait possible de voyager ensemble faudrait-il encore qu’on se parle pour que je sache un peu le caractère du bougre. En tout cas, il était du genre à s’en foutre pas mal de ce que pensent les autres et c’était déjà un plus pour lui. Mais après je n’étais pas là non plus pour lui. Je détournais donc mon regard me disant qu’avant tout j’allais visiter la ville. Et si nos chemins devaient de nouveau se croiser et bien peut-être qu’il aurait la chance de pouvoir me parler sans que je ne lui rompe le cou ~.

Faudra que je me renseigne aussi, il parait que dans le coin c’est souvent qu’il y a des rongeurs qui font des conneries et qui copulent. Ce serait un coup dur pour la ville s’il venait à en avoir trop et comme ils sont souvent en action, si j’en élimine quelques-uns je pense que personne ne m’en voudra. Ne sachant pas encore trop la force des créatures de ce monde je préférais commencer par des petits ou du moins des dont j’entends souvent parler et qui ne riment pas avec mort. Parce que je suis téméraire, mais ces derniers temps depuis l’apparition d’une certaine sorcière appelé Nyara j’avais l’impression que mes capacités étaient retombées à zéro ce qui n’est pas forcément bon pour moi. J’étais crainte et respecter de tous et voilà maintenant que je repartais à la case départ à cause de cette salle garce. Elle avait intérêt à ce qu’elle ne croise pas mon chemin, parce que sorcière ou non je lui ferais passer l’envie d’aspirer mes compétences comme du jus de raisin !

Bref, je repartis à la découverte des lieux passant devant bon nombres d’étals ou de boutique toutes plus variées les unes que les autres. Il y avait même des bâtiments politiques. Tellement de choses et de monde que ce n’était pas facile de se déplacer sans finir par bousculer des gens, mais je les bousculais. Je me fichais bien de leur regard d’ahuri vu le regard de tueuse que je faisais derrière. Cela les calmait direct et je reprenais donc ma route. Je finis par voir une enseigne qui correspondait à une taverne et je finis par entrer à l’intérieur n’aimant pas spécialement passer trop de temps au milieu de la foule. J’avais été bien trop souvent seule pour aimer être entourer trop longtemps. Bref, j’entrais et sentais tout de suite l’odeur de l’alcool monté jusqu’à mes narines. Une bonne rasade me ferait du bien.

Enfin, faudrait déjà que je me débarasse d’un pauvre mec avant. Il avait osé me peloter les fesses. Je me stoppais net n’aimant aucunement ses manières et personne, je dis bien PERSONNE n’avait le droit de me toucher sans mon autorisation. Si bien que je ne mis pas longtemps à me retourner, plaquer ma main sur mon visage et le faire tomber de sa chaise fracassant son crâne au sol. Je me relevais et époussetait ma tenue avant d’hausser la voix pour que tout le monde m’entende.

D’autres volontaires ? C’est bien ce que je pensais dis-je après un silence de plomb.

J’allais jusqu’au bar et tombais sur de nouveau sur le fameux original qui dansait dans la rue toute à l’heure. Un chanceux celui-ci.

Tu es un chanceux toi, je ne pensais pas te revoir et finalement c’est le cas comment t’appelles tu exactement ? Que je sache au moins le nom de l’homme qui n’a pas peur de danser sous les regards des gens et qui s’en tape. Moi c’est Lorelei, tu as l’air un peu plus intéressant que ces mecs alors prouve le moi, j’ai besoin de passer une bonne soirée et tu as été choisi comme bouffon. Et non tu ne peux pas refuser ~.

_________________
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 7 Nov 2016 - 21:59

Zan resta là à attendre inlassablement que quelque chose se produise ou d’un membre du sexe opposé entre dans l’établissement, jusque là ce début de soirée était ennuyeux à mourir et l’exubérant aventurier se demandait si finalement ce soir serait le grand soir. Il commençait à désespéré lorsque la jeune femme en question fit son entrée dans la taverne, belle aux cheveux bleutés et aux courbes séduisantes, le regard expert du volubile vagabond ne s’y trompait pas, il avait là une perle de beauté au charme autoritaire relevé par son uniforme. Son expression sévère affichait la couleur d’entré de jeu, cette femme là savait ce qu’elle voulait dans la vie et ne laissait personne lui donner des ordres où je mettre en travers de sa route, elle dégageait dans sa façon de bouger une grâce et un sens pratique qui achevait de mettre l’accent sur son coté dominatrice. Ou plutôt, c’est l’erreur que fit l’un des mercenaires de la tablée la plus proche de l’entrée qui permit à la belle de se mettre en valeur, à peine eux il le temps de poser la main sur sa croupe qu’il gagna un joyeux voyage pour sa tête à destination du sol. Zan sifflota d’un air impressionné, tout en rangeant le poignard dissimulé dans sa botte qu’il destinait au malotru, finalement il avait eu de la chance car la jeune femme c’était montré beaucoup plus clémente que l’aurait été le guerrier, qu’il soit de la lumière ou non. Il avait cette irrésistible besoin de venir en aide aux femmes depuis qu’il s’était incarné sur Héra, cela l’avait mit dans des situations parfois dangereuses mais aussi embarrassante, Peluche semblait penser que c’était là l’un de ses traits qu’il avait hérités de sa nature de guerrier de la lumière, un autre petit « cadeau » de cette sotte de déesse qui pensait que Zan serait heureux de se mettre en péril à sa place. Bref, la jeune femme venait de montrer à l’assemblée qu’elle n’était pas à prendre avec des pincettes et qu’il serait malencontreux de s’attirer ses foudres, le regard d’un des compagnons du pauvre bougre laissé dans le coma croisa celui de Zan, toujours au comptoir, et il comprit que s’il comptait lui aussi se rebiffer, l’aventurier ne resterait pas les bras croisés. Il s’abstint donc de répondre à la provocation de la nouvelle arrivante, Zan de son coté était presque tenté d lever la main en lançant joyeusement un « moi madame », mais alors que cette dernière braqua ses yeux sur lui et qu’il la vit se diriger dans sa direction, et pas seulement celle du comptoir vu la façon dont son regard glaciale était planter dans le sien, le vagabond pensait rapidement que sa réplique allait devenir quelques chose du genre « j’ai rien fais personne m’a vu vous pourrez rien prouver ». L’entré en matière de la belle dominatrice rassura quelque peu l’aventurier, elle lui expliqua qu’elle l’avait croisé plus tôt, lui se maudit de ne pas avoir été plus attentif en chemin et d’avoir raté une créature aussi somptueuse, elle montra d’office son intérêt pour lui, ce qui n’était pas pour lui déplaire étant donner que d’habitude il devait jouer des pieds et des mains pour captiver l’attention d’une aussi jolie femme, puis elle se présenta. Lorelei, puisque c’était là son nom, avait pour Zan tout de la femme de fort caractère appréciant plus que tout le contrôle, et lui de son coté n’avait absolument rien contre ses charmes despotiques. La fin de sa tirade était des plus déroutante mais parfaitement dans le ton de se qu’attendait le vagabond d’un personnage aussi typé, il avait là un archétype « impératrice » qui cherchait avant tout à marquer son ascendance sur son entourage et il était normal qu’à ses yeux le jeune homme ne soit d’un pion de plus, il ne lui restait plus qu’à opter pour une approche, il pouvait jouer son jeu et la mettre sur son piédestal, ou alors affirmer son caractère et se montrer comme réellement digne d’intérêt, il allait opter pour la seconde option, cette soirée allait être exaltent. Faisant preuve d’une volonté inflexible en maintenant son regard plongé dans celui de la jeune femme, plutôt que dans son décolleté pigeonnant, le jeune homme fit un signe au tavernier, sans pour autant détourné le regard :

« Roger, offre donc à mademoiselle Lorelei ce qu’elle voudra, je prendrais comme d’habitude. »

Le moustachu à forte carrure émit un léger grognement devant le retour du Zan impétueux et désinvolte. Tout en se tournant vers ses bouteilles et servir un verre de whiskey à l’aventurier tout en attendant la commande de la demoiselle. Zan de son coté répondait à la demande de son élégante compagne de la soirée, d’une voix calme et assurée :

« On me nomme Zan, aventurier, homme de goût et gentleman. C’est un plaisir de faire ta connaissance Lorelei, permet moi donc de t’offrir un verre et de voir comment je pourrais rendre ta soirée plus intéressante »

De son coté le petit mog suivait distraitement la conversation tout en sirotant son verre de lait. La nouvelle venue ne lui inspirait pas confiance, sans doute l’aura de violence qui l’accompagnait ou alors son comportement autoritaire. Même s’il restait en dehors des romances à sens unique de Zan en règle générale, il était de son devoir de faire en sorte que le guerrier de la lumière élu de Cosmos reste dans le droit chemin. C’était pourquoi il allait garder un œil sur la jeune femme en espérant que cette première impression ne soit pas la bonne, ce qui aurait été une première. Zan quand à lui Comptait bien poursuivre la conversation afin de glaner quelques points sur la « route Lorelei » :

« C’était une entrée en scène plutôt fracassante. On voit que tu as l’habitude de montrer qui commande, je me trompe ? Au moins ceux là sauront à quoi s’en tenir. »

Les bagarres étaient fréquentes dans ce genre d’établissement mais si les choses dégénéraient un peu trop, Roger savait faire respecter son autorité lui aussi. Le patron de taverne ayant autrefois servit en tant que capitaine dans l’armée du roi Cid, il était suffisamment estimé pour que les autres clients de la taverne ne cherche pas plus d’embrouille se soir. Après tout ce n’était pas tout les jours qu’une femme montrait de l’intérêt pour Zan et celui-ci ne pardonnerait aucun trouble fête. Ce qui voulait dire que si ce soir qui que ce soit l’empêchait de conclure, ce quelqu’un allait sans doute en mourir et les morts n’étaient pas bon pour les affaires. L’aventurier était lui-même assez populaire parmi la clientèle de l’établissement, bien que très souvent incompréhensible il savait mettre une certaine ambiance et nombreux étaient ceux qui avaient apprit à ne pas le chercher. Zan continua donc sur la même lancée :

« Alors d’où viens-tu ? Ce style d’uniforme n’est pas vraiment à la mode dans le coin, j’en conclu que tout comme moi tu as dû faire pas mal de route avant d’atterrir ici. »
Lorelei Wynne
Stone Heart

avatar

Messages : 51
Messages RP : 48
A ÉTÉ POSTÉ Mer 9 Nov 2016 - 13:23

Quand j’entrais finalement dans la taverne pour me rafraîchir je tombais sur l’homme que j’avais vu plus tôt dans la rue en train de danser. Au final, il était un sacré chanceux. Vu ceux qui étaient dans la taverne, il avait l’air d’être le plus intéressant parce que pas commun. Les autres étaient de gros porcs me regardant de façon vicieuse et malsaine. Bon, l’original avait l’air aussi de bien profiter de la vue, vous me direz, mais je ne percevais pas son regard comme ceux des autres. Il avait l’air d’apprécier davantage la beauté qu’il voyait plutôt que de vouloir me sauter dessus tout de suite, ce que j’appréciais un tantinet, même si c’est vrai que je n’aime pas qu’on me regarde pour rien. S’il voulait continuer de me regarder il faudrait que j’y trouve mon compte aussi.

En tout cas, ma cible était toute trouvée ce soir. Les autres n’avaient pas intérêt à interférer s’il ne voulait pas subir mon courroux. Sauf que l’un d’eux finit tout de même par me tripoter avec un sourire vulgaire l’air de dire je te saute quand tu veux. Sauf que de un c’est moi qui décide ce genre de choses, de deux je ne le fais jamais avec ce genre de gros porcs qui ne sait pas contrôler ses pulsions ni demander la permission, de trois s’il y a bien une chose dont j’ai horreur c’est qu’on me prenne pour acquise et que l’on pense que je suis une de ces femmes faciles qui va se laisser sauter sans rien dire. Autant dire qu’il comprit très vite son erreur quand il eut la face exploser contre le sol son nez sûrement brisé dans la manœuvre. Pas peu fière de moi je demandais si d’autres volontaires il y avait et à l’évidence j’avais refroidie la salle ce qui n’était pas pour me déplaire. Après tout la glace c’est ce que je préfère ~.

J’avais remarqué en tout cas, que si je n’avais pas calmé ce gros plouc, l’original s’en serait chargé pour moi vu qu’il venait de ranger un poignard. Intéressant, mais inutile et je n’aimais pas qu’on pense que je ne peux pas me débrouiller seule. Depuis enfant, je ne dépends de personne et ce n’était pas maintenant que ça changerait. Je ne voulais pas être à la botte d’un homme, surtout pas. Si quelqu’un devait finir à mes côtés ils devraient suivre mes choix et mes envies pas l’inverse et c’est moi qui dicterait en tout temps les règles. Peut-être que de temps à autre je lâcherais prise, mais il faudra le mériter. Dans tous les cas, j’étais encore loin d’avoir trouvé l’homme qu’il me fallait pour le moment. Enfin, je dis homme, mais ce n’était pas dit que ça ne pouvait pas être une femme non plus. Mais même conditions dans tous les cas. Pourtant j’ai quand même envie d’avoir une personne qui a du caractère et me tienne tête tout en disant amen à mes caprices. Autant dire que c’est pas demain la veille.

Et ce n’était sûrement pas dans cette taverne que je trouverais. A moins que l’original s’avère plus intéressant que je ne le pense. Qui sait ? Je me dirigeais d’un pas assuré vers lui et me posais sur le siège à côté de lui tandis que je lui expliquais comment ça allait se passer s’il voulait que je continue de m’intéresser à lui. A aucun moment il ne baissa mon regard et un sourire en coin s’esquissa sur mon visage ça allait être une soirée vraiment intéressante. C’était bien le premier à soutenir aussi longtemps mon regard sans jamais s’en décrocher. Il demanda à ce que l’on me serve et tout en continuant de le regarder, ne voulant pas perdre ce combat, je commandais un whisky.

Cela commence plutôt bien monsieur l’original est un gentleman, ça change des autres abrutis de cette taverne.

Il reprit en se présentant cette fois et me fit comprendre qu’il payait le verre ce qui était très bien. Je n’avais pas vraiment de monnaie de toute façon donc ça tombait bien. Et je comptais bien me faire payer à boire que ce soit lui ou un autre n’aurait pas vraiment importé du moment que je peux me déshydrater.

Zan c’est ça ? Qui t’as dit que tu pouvais me tutoyer ? Ce n’est pas en m’offrant un simple verre qu’on peut être aussi familier avec moi.

Ce n’était que pour voir ce qu’il allait répondre je dois bien l’avouer. Sa répartie était intéressante et il ne se laissait pas démonter. Par contre sa peluche à côté était un peu de trop. Il n’avait pas l’air de servir à grand-chose et me regardait d’un air assez suspicieux. Il voulait une photo ou quoi ? Dans tous les cas, il avait intérêt à faire gaffe le mog, parce que je ne suis pas trop animal de compagnie donc s’il me gave je pourrais bien l’envoyer bouler. Il commença la conversation en reprenant l’incident de tantôt à propos du mec aux mains baladeuses et je souris. Il avait bien compris le message apparemment.

Je n’ai fait que riposter à une agression, s’il ne m’avait pas cherché ça aurait été plus simple pour tout le monde. Un homme qui ne sait pas contrôler ses pulsions n’est rien qu’un faible et un déchet.

Je pris le verre de Whisky que le fameux Roger m’avait servi et bu une première gorgée tandis que Zan s’informait de mon monde d’origine ayant compris que je n’étais pas d’ici.

Je suis du monde de Spira, je ne sais pas si tu connais ? Je suis tombé sur un sceau là-bas et il m’a amené ici au niveau de la caverne des glaces. Ce monde est plutôt pas mal, et comme j’aime l’aventure et l’exploration pour découvrir de nouveaux endroits et de nouveaux adversaires valables pour le moment je reste un peu ici, jusqu’à trouver le prochain sceau. Et toi d’où vient tu ?

J’imaginais qu’il n’était pas plus d’ici que moi vu qu’il avait dit plutôt avoir fait un voyage plutôt long.

_________________
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mer 9 Nov 2016 - 19:47

La demoiselle semblait fidèle à son rôle, reprochant à Zan une familiarité qu’elle c’était pourtant bien permise d’entré de jeu, sans doute pour assoir sa supériorité. Le vagabond ayant plus d’un tour dans son sac, il ne s’offusqua pas de cette réprimande, il attendit calmement que Lorelei soit servit pour prendre une gorgée d’alcool. Le gout amer et fort du breuvage le libéra d’une certaine lassitude, bien qu’il ne quitta pas son interlocutrice des yeux, soutenant son regard de prédatrice, il réplica d’une excuses sur un ton narquois :

« Ho vous m’en voyez désolé princesse, vraiment. »

Pesant ses mots, l’aventurier écoutait la dominatrice avec attention, il espérait bien que la jeune femme ne soit pas aussi bon marché. Après tout le jeu de séduction n’était réellement intéressant que si l’objet de son attention savait se faire désirée. Les filles faciles n’avaient pas vraiment sa préférence, le caractère et la combativité étaient à ses yeux aussi importants que la beauté physique, en Don Juan Zan pouvait se vanter d’aimer toutes les femmes, car à ses yeux toutes les femmes avaient le droit d’être aimées. Lui qui était coincé dans un univers qui lui était étranger, avait fait contre mauvaise fortune bon cœur et bien qu’il soit encore réfractaire à l’idée de jouer les héros, il acceptait quelques quêtes de ci de là, en espérant que ses exploits l’aide un jour à gagner le cœur de ces dames. Et en tant qu’ancien neet, il avait aussi développé des goûts particulièrement exotiques en matière de femme, gardant l’esprit ouvert à toutes les possibilités que ces nouveaux mondes avaient à lui offrir et pour le coup il avait été plus qu’heureux e découvrir sur plusieurs d’entre eux des femmes possédants des trais animalisé, comme les charmantes oreilles de lapins de l’une des plus délicieuses demoiselles qu’il est pu rencontrer à ce jour. Ces dernier temps c’était une bloumécienne de passage qui avait attiré son attention et le volubile vagabond avait fais des pieds et des mains pour gagner ses faveurs, essuyant les refus aussi catégoriques que successif de la part de la jeune femme. Cette fois il avait en face de lui une femme qui, même si elle était d’une beauté certaine, l’attirait surtout pour l’aura qui l’entourait ainsi que sa personnalité qui mettait du piment dans son jeu.

La jeune femme répondit à sa remarque sur son entrée, loin d’être un reproche, le compliment avait pourtant été prit comme tel semblait il. L’aventurier volage ne comptait pas laisser la situation ainsi, ajoutant sur un ton calme et plaisant :

« Et loin de moi l’idée de vous le reprocher, ils auraient dû savoir qu’ils n’étaient pas à la hauteur, c’est le genre d’erreur qui peu vite vous couter la vie. »

Il sourit tout en reportant son verre à ses lèvres, l’explication de la jeune femme avait toute son attention et si se félicita d’avoir vu juste. Bien qu’il fût dommage qu’il n’est pas lui-même visité Spira, la dernière réplique de Lorelei permit à Zan d’être certain qu’il avait bien en face de lui le personnage type de la princesse guerrière, hautaine à la recherche de challenge, il y avait fort a parier qu’elle ne soit pas déçu sur Héra. C’était le monde typique d’un jeu de rôle, plein de quêtes et de monstres en tout genre, le vagabond avait largement préféré sa petite escapade sur Ivalice qui regorgeait de paysage plus atypique. Mais pour le moment il allait répondre à sa séduisante interlocutrice en dévoila aussi une partie de sa petite histoire, avec une mou lascive alors qu’il évoquait son monde d’origine :

« Je viens d’un monde qui n’est malheureusement plus lié à cet univers. Mais c’est sur Héra que je me suis retrouvé en premier. Depuis je vais de ci de là au gré de mes envies, j’ai eu l’occasion de visité deux autres mondes connu sous les noms de Planète Bleu et Ivalice. »


Il lampa une nouvelle fois de son breuvage, avant de reprendre sa courte explication :

« Il est certain qu’on ne manque rarement d’action sur Héra. Les gens ont cette mauvaise manie de crier à l’aide à la moindre apparition de monstres, et fort heureusement pour l’incapacité de certain à régler ces problèmes m’a permit de faire un peu de profit. Comme je le dis souvent : Je ne suis pas un héro, payez moi. »

C’était vrais qu’il n’avait pas envi de jouer les héros, mais il aurait été stupide de ne pas utiliser ses nouveaux talents de guerriers pour rendre sa situation plus supportable. De son coté le mog espérait toujours que le jeune homme prenne goût au simple fait d’aider les autres et tant qu’au final il réglait des problèmes et participait au maintient de l’ordre c’était parfaitement acceptable qu’il soit pinailleurs concernant les récompenses. Ne s’étant que trop épancher sur son sujet, l’aventureux aventurier recentra l’attention sur la belle et froide demoiselle :

« Vous ne manquerez surement pas d’occasions de profiter de vos talents. Quel genre de monde peu bien être Spira afin d’avoir donné le jour à une femme aussi ravissante que dangereuse ? »

Une part de curiosité bien placée, après tout il serait toujours bon de savoir à quoi s’attendre si il mettait les pieds là bas, et d’un autre coté il avait l’occasion de flatté avec modération la jeune femme, bien qu’il ne faisait que montrer du doigt une évidence. Mais il restait sobre dans son parlé, il se doutait bien qu’il n’obtiendrait pas les faveurs de Lorelei en lui susurrant à l’oreille des mots sucrés. Il devait montrer qu’il avait à la fois de la classe, du bagout et certainement pas froid aux yeux puisque c’était à l’évidence la raison pour laquelle il lui avait tapé dans l’œil.
Lorelei Wynne
Stone Heart

avatar

Messages : 51
Messages RP : 48
A ÉTÉ POSTÉ Jeu 10 Nov 2016 - 20:46

Ce Zan avait décidément plus d’un tour dans sa manche. Il s’en sortait vraiment bien pour le moment et avait l’air de comprendre qu’il devait me prendre avec des pincettes. Pourtant même s’il restait courtois et poli, je sentais qu’il ne voulait pas non plus trop s’abaisser à la condition que je voulais qu’il ait. Tant mieux les fortes têtes sont bien plus appréciées chez moi. C’est généralement pour voir les peureux et ceux qui en ont dans le pantalon et Zan était de ceux-là.

Je me demandais donc ce qu’il pourrait bien répliquer quand à ma phrase sur sa familiarité alors que je le tutoyais moi aussi. Il s’excusa simplement utilisant donc le vouvoiement et le mot princesse à mon égard. Pas mal, même si le mot reine serait certainement plus juste, déjà il me donne un surnom royal alors on ne va pas chipoter vu qu’il m’est sympathique.

Tu te rattrapes bien Zan et pour le moment je te trouve amusant et distrayant à voir si ça va durer longtemps ~ dis-je afin de le taquiner un peu.

C’est quand même marrant de jouer avec mes proies, je ne vais pas m’en cacher et puis j’avais hâte de voir ce qu’il pourrait bien me sortir encore avec sa répartie. C’était un beau parleur alors je savais qu’il aurait toujours un truc à redire à chacune de mes phrases. Cela pouvait paraître présomptueux voire carrément irritant, mais moi je trouvais ça plutôt marrant. J’aime qu’on me résiste ça met un peu de piment. Si j’ai trop facilement ce que je veux je vais vite me lasser. Je ne sais pas si c’est pareil pour lui, mais je pense qu’il a le même état d’esprit sinon il n’aurait pas cherché à continuer la conversation il aurait juste pris les jambes à son cou rapidement ou alors ce serait détourner vers quelqu’un de plus accessible, car j’étais loin de l’être facilement pour ma part. Jusqu’à présent quelques rares élus avaient réussi à partager ma couche homme ou femme confondues.

En tout cas, j’avais appris à me faire désirer et j’attendais donc beaucoup de ce petit Zan devant moi. Un original pouvait réussir à me surprendre contrairement aux autres hommes qui essayaient de me séduire. Car je ne saurais pas à l’avance ce qu’il pourrait préparer ne connaissant pas ses limites. Il me parla d’ailleurs de mon entrée qu’il qualifia de fracassante. Ne sachant pas si c’était un reproche ou non je le pris comme tel et justifiait mon comportement qui cela dit était juste. N’importe quelle femme devrait agir comme moi dans une telle situation. Un homme n’a pas à toucher ce qui ne lui appartient pas sans la moindre permission.

Zan était d’accord avec cette vision et le fit savoir en me disant que ce n’était pas un reproche et qu’ils s’étaient brûlés e taquinant un feu bien trop gros pour eux. Il avait d’ailleurs raison sur le fait que j’aurais bien pu tuer ce gros porc ça en aurait fait un de moins sur ce monde, mais j’avais été dans ma soirée de bonté ce soir. Je n’avais pas envie de tuer. Surtout un mec aussi faible, je n’en voyais pas l’intérêt. Seul les guerriers valeureux méritaient la mort sur le champ de bataille. Ce genre de loque méritait juste de crever comme des rats dans une ruelle malfamée.

Tandis que je buvais de nouveau une gorgée de Whisky, je laissais Zan me raconter un peu de choses sur lui après lui avoir dit d’où je venais et ce que je recherchais. Il était donc d’un monde autre que ceux connectés ? Je me demandais du coup s’il pourrait un jour y retourner. Je ne sais pas si Spira me manquerait si j’étais dans son cas, du moment que je peux me battre avec des gens, je suis chez moi partout. Il me faut juste de l’action et je suis heureuse moi. Il parla ensuite de deux mondes autre que celui-ci dans lesquels il avait atterrit. Je ne les connaissais pas encore ceux-là d’ailleurs.

Et ces deux mondes ? Sont-ils mieux que celui-ci ? Lequel préfères tu pour le moment ? M%oi qui suis en quête d’action tu penses que je trouverais mon bonheur sur Héra ?

Il parla et sa réponse fut assez bien vu que ça me confortait dans l’idée que je n’étais pas tombé ici par hasard. Du moment que je peux combattre je peux aider les gens même si je ne me fiche pas mal de leur désarroi au final. Et c’est vrai que c’est sympa d’être récompensé en retour. D’ailleurs il ne se cachait pas à ce niveau-là, il voulait être payé. On risque sa vie après tout dans un combat, même si c’est plus ou moins risqué selon l’adversaire bien entendu.

Bref, il recentra la conversation sur moi et je souris face à sa demande. Toujours aussi charmant. Voilà un homme qui s’est traité une femme comme il le faut. Il savait très bien me qualifiée d’ailleurs ravissante et dangereuse ça me va bien. J’étais en effet comme la rose, sauf que j’avais doublement des épines comparées aux roses ordinaire, y a bien plus de chances qu’on se pique à mon contact parce que je suis justement exigeante sur la qualité de ceux qui peuvent m’approcher.

Spira est un endroit assez sauvage quand même on trouve des monstres un peu partout là-bas aussi. Plus ou moins forts mais ça j’imagine que c’est un peu partout pareil. Y a des faibles et des forts la loi de la nature. Bref, c’est un monde quand même pas mal croyant, mais je n’ai jamais vraiment été attaché aux croyances vivant recluse dans une plaine avec mon clan jusqu’à ce que celui-ci soit décimé par Sin le fléau de notre monde. Mon clan était trop faible et ils sont tous morts. J’ai survécu car je n’étais pas avec eux ce jour-là, j’étais partis chasser le monstre. On a un drôle de jeu aussi avec un ballon appelé blitzball, ça n’a rien de très amusant selon moi. La magie est aussi très présente là-bas et il est possible pour quelques élus d’invoquer des chimères de puissants monstres à leur solde. Je me demande d’ailleurs si je pourrais me battre contre l’une d’elle voir leur force.

Je le regardais de nouveau et posais mes questions par la suite en ayant assez dit sur mon compte pour le moment.

Et toi ? Que faisait tu dans ton monde ? Le regrettes tu ? Comment as-tu eu cette boule de poil volante qui te sert d’animal de compagnie ?


_________________
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 10 Nov 2016 - 22:39

Note importante:
 






Jusqu’à maintenant le volubile aventurier avait réussi l’exploit de garder l’attention de la belle, enchaînant habilement quelques vagues révélations sur lui-même à la demande de la jeune femme, avec quelques compliments biens placés, il arrivait à la distraire tout en attisant sa curiosité. Lorelei pensait avec une logique des plus implacable, la survie des forts aux détriments des faibles, la sélection naturelle dans toute sa gloire, mais si elle en était le résultat alors Zan se devait d’admettre que ça en valait largement la peine. Elle s’exprimait d’ailleurs sans détour ni signe apparent de regret ou de chagrin lorsqu’elle détailla la mort de ses proches, preuve que la jeune femme était décidément froide et endurcie par le dogme qu’elle suivait. Elle n’hésitait pas à écraser ce qui se trouvait sur son chemin, sans hésitation et sans même se retourner, le jeune homme savait qu’il allait devoir être se montrer à la hauteur des attentes que Lorelei commençait à avoir pour lui, au risque dans le meilleurs des cas de perdre totalement son intérêt, voir dans le pire des cas de subir sa colère comme le pauvre vieux bougre tripoteur un peu plus tôt. Et le contact du plancher, même s’il était laver avec amour par Roger à la serpillière une à deux fois par mois, n’enchantait pas spécialement le vagabond, surtout si il était question de son visage entre le sol et les talons hauts de la dominatrice. Il prit donc d’abord le temps de répondre à la curiosité de la princesse guerrière concernant les autres mondes :

« La planète bleu ressemble beaucoup à Héra, sans le mélange des saveurs coloré qui en fait le charme. »

Il parlait là des multiples races et espèces humanoïdes qui peuplaient ces contrées, Zan appréciait les diversités culturelles et les charmes exotiques que pouvaient avoir les femmes de ce monde. Il détourna un instant son regard de son interlocutrice tout en l’intiment à jeter un œil dans la pièce, la taverne avait commencé à se remplir et parmi les clients se trouvait Blouméciens, Hippopotames anthropomorphes, Kwe et divers humanoïdes à la peau colorée.  Il reprit une légère lampée de sa boisson avant de reprendre d’une voix suave :

« Ivalice par contre est un monde bien plus actif. C’est d’ailleurs là bas qu’est née l’association de chasseurs de monstres connu sous le nom de clan Centuro. Si c’est un vrai défi que vous cherchez, alors je pense que vous n’aurez que l’embarras du choix chez eux. »

Méditant toujours sur ce que la jeune femme lui avait apprit de Spira, un monde qui si ce qu’elle lui disait était exact, n’avait pas vraiment de quoi l’emballé, il aurait préféré de jolies plages de sable blanc, des boissons exotiques et des femmes peu vêtues, cela ne coûtait rien de rêver peu être allait il trouver un jour un coin tranquille. Mais où qu’il aille c’était la même rengaine : « des monstres et des ennuis », jamais  « des câlins et du Nutella ». De ce fait quel que soit le monde où il avait traîné ses guêtres, il c’était retrouver inéluctablement mêler à des aventures dangereuses et qui ne payait pas, le pire des scénarios selon son avis. Le mog lui semblait toujours étonnement satisfait de voir le guerrier dans les embrouilles, d’après lui tout cela faisait partit d’un plan cosmique visant à faire de lui un héro, un babillage inepte que Zan réfutait en bloc, si quelqu’un décidait de sa façon de vivre c’était lui et lui seul. Le point positif était qu’il avait décidément attiré l’attention de sa charmante compagne, cette dernière, bien curieuse, cherchait à en savoir plus sur son monde d’origine et ses états d’âme. Tachant de ne pas décevoir cette rose décidément bien épineuse, le vagabond volage humecta de nouveau ses lèvres dans son whisky avant de lui répondre :

« Pour répondre à vos questions, je n’y faisais rien, simplement car il n’y avait rien à y faire. Je n’ai pas de regrets, même si j’aurais apprécié mieux préparer mon départ. »

Il pensait entre autre choses à son historique internet à faire rougir un bombo qu’il n’avait pas eu le temps d’effacer, son disque dur externe qui n’était n’avait rien à lui envier ainsi qu’à son étonnante collection de figurines qui allait prendre la poussière, mais surtout il n’allait sans doute jamais connaitre la fin de ses séries d’animations préférées et cela était pour lui une grande source de frustration. Mais il ne pouvait bien évidement pas parler de tout cela, c’est pourquoi il ne donna guère plus de détails faisant comprendre à la jeune femme qu’il ne regardait pas en arrières et faisait sa vie sans plus s soucier du passé. C’est alors que venait le sujet le plus désagréable à expliquer, Boule de Neige Moggle Mog le XVe du nom, alias Peluche. La boule de poils au pelage immaculé qui était constamment sur son dos, chaperon imposé par la déesse Cosmos et ayant reçu la mission sacrée de veiller à ce que son « guerrier de la lumière » deviennent bien le héro que la divinité attendait. Il tourna donc la tête et planta son regard dans celui du mog qui était jusqu’à maintenant rester bien silencieux, par tout les saints , Zan souhaitait qu’il le reste car il n’avait jamais été aussi proche de conclure, qui plus est avec une créature aussi alléchante que la belle et froide Lorelei. Si Peluche gâchait les chances du vagabond séducteur ce soir, il gagnerait un voyage au fond du lac dans un sac lesté de plomb. Zan reporta son attention sur sa compagne du soir, en poursuivant sur le même ton calme et enjôleur :

« Peluche a pour mission de faire de moi un héro, alors il me suit où que j’aille, malgré le fait que je n’ai aucunement l’intention de jouer les champions de la justice. »

Il restait succinct, ne souhaitant vraiment pas gâcher la soirée en parlant de l’irresponsable déesse qui l’avait jeté sur Héra avec comme objectif flou de restaurer l’ordre. C’était sans doute la pire maître de jeu qu’il n’avait jamais eux, même pas d’indications ni de but clair, elle c’était réellement contenté de le parachuter dans ce bazar et de lui collé un mog aux basques pour être certaine qu’il reste sur le droit chemin. Zan posa son verre sur le comptoir, invitant le tavernier à lui resservir la même  chose, voir même à laisser la bouteille. Roger rouspéta dans sa moustache tout en ajoutant un morceau de glace dans le verre d’alcool. L’aventurier avait répondu aux questions de sa dominatrice de compagnie, certes il était resté évasif sur certain point mais c’était pour faire duré le mystère qui le rendait sans doute tellement intéressant aux yeux de la jeune femme. Car après tout elle qui aimait les défis devait appréciée qu’on ne lui serve pas tout directement dans son ravissant petit bec. Il se saisit donc de la bouteille, proposant à la jeune femme un nouveau service :

« Un autre verre très chère ? Je serais moi-même curieux d’en apprendre plus sur vos voyages, surtout que vous semblez prendre un grand plaisir à mettre vos talents à l’épreuve. »

Une nouvelle façon courtoise de recentrer l’attention sur la star de la soirée.
Lorelei Wynne
Stone Heart

avatar

Messages : 51
Messages RP : 48
A ÉTÉ POSTÉ Sam 12 Nov 2016 - 14:28

Bon il savait y faire mine de rien le petit Zan. Il parlait de son vécu, posant ensuite des questions sur le mien pour recentrer l’attention sur ma personne, et en même temps quelques compliments de-ci de-là afin de garder toute mon attention. Pour le moment c’était un exploit que personne d’autre que lui n’avait réussi à accomplir faut bien l’admettre. Cela faisait environ vingt minutes que j’étais dans un bar miteux et pourtant je n’avais pas envie d’en partir, car il avait fait plusieurs voyages sur d’autres mondes et ça me permettait moi-même d’en savoir plus pour la suite de mon périple. Les lieux où trouver des montres intéressantes, des paysages magnifiques et tout le nécessaire pour que je me fasse plaisir en voyageant. Ce n’était pas dit que le prochain monde sur lequel j’allais tomber serait l’un de ceux qu’il aurait visité, mais si jamais c’était le cas j’aurais déjà deux trois informations intéressantes.

Il n’avait pas l’air plus choqué que cela quand je parlais de mes proches morts. Quelque part tant mieux pour lui. Après tout c’était ma façon de vivre j’avais été élevé comme ça depuis ma plus tendre enfance. Je n’avais jamais eu de traitement de faveur parce que j’étais la fille du chef de clan. Non, je devais trimer jour et nuit et apprendre à chasser parce que ma vie en dépendait. Je ne devais compter que sur moi en tout temps, sans jamais un seul geste d’affection, du coup, j’étais très froide concernant la mort de mes proches. On ne peut pas dire que je les aimais, car je ne savais même pas ce que c’était que d’aimer. La loi du plus fort régissait ma vie alors si des proches meurent et bien c’est qu’ils sont faibles rien d’autre.

Cela peut paraître bien insensible aux yeux des autres gens, mais je m’en fiche je suis comme ça et faut me prendre comme je suis. Je ne suis pas prête de changer à part si je trouve quelqu’un pour me faire ouvrir les yeux, mais va falloir qu’il s’accroche. Je n’avais aucun regrets ou remords en tout cas. Je vivais comme je le voulais et ceux qui barraient ma route pour un défi et bien généralement ils n’en ressortaient pas vivant. Tous des faibles pour ceux qui ont voulus me tenir tête. Je ne tue pas par plaisir par contre, généralement, j’attaque simplement jusqu’à ce que mon adversaire ne puisse plus se relever. Si par la suite il meurt de ses blessures et bien c’est de sa faute à lui d’avoir été un faible.

Bref, je recentrais mon attention sur l’original qui allait m’en apprendre plus sur les autres mondes qu’il avait visité. Il me parla d’abord de la planète bleue. Celle-ci étant comme Héra. Et bien tant mieux alors, vu qu’Héra avait l’air d’un grand terrain de jeu si jamais je tombe sur la planète bleue je devrais bien m’amuser aussi. Je ne comprenais pas vraiment où il voulait en venir avec ses couleurs, mais quand il me fit signe de regarder la taverne c’est là que je compris. Venant de la Caverne des glaces, je n’avais pas encore vu beaucoup de monde sur Héra et je comprenais maintenant sa dernière phrase. Il y a énormément de races ici. Je savais qu’il y en a quelques une sur Spira, mais j’ai l’impression que y ‘en a davantage ici. Cela voulait donc dire que sur la planète bleue y aurait moins de diversité donc Ok noté.

Intéressant en effet. Je ne suis pas habituée à voir autant de diversité dans les gens. Mais ce n’est pas une mauvaise chose quand on voit le ramassis de crétin qu’il peut y avoir dans une seule race, dis-je en regardant l’autre crétin encore par-terre que j’avais explosé.

Il passa ensuite au monde d’Ivalice. Celui-ci était plus actif et il me parla d’un clan de chasse créer justement sur ce monde. Là il m’intéressait encore plus. Je le sentais bien ce monde, faudrait vraiment que j’y aille pour m’inscrire à ce fameux clan. Je suis sûr que comme ça, je finirais certainement par tomber sur des contrats riches en monstres forts et robustes comme je veux.

Dis-moi, ce fameux clan, comment on en deviens membre exactement ? Il y a une sorte de bureau d’inscription quelque part ? Il faut forcément être sur Ivalice pour pouvoir s’inscrire ?

Je ne cachais pas mon intérêt grandissant pour cette information et de toute façon, il me l’avait spécifié justement parce qu’il commençait un peu à comprendre mon fonctionnement. En même temps, je ne suis pas compliqué à comprendre, je suis compliqué à approcher et à attirer ce qui est bien plus intéressant pour un homme je pense. Il se prend moins la tête à savoir ce que je veux, et doit réfléchir plus à comment s’attirer mes faveurs par rapport à mes intérêts. Pour le moment Zan faisait un sans-faute d’ailleurs et même le tutoiement était passé au vouvoiement en un éclair. Mais il méritait bien que je lui fasse une faveur à un moment donné.

Je repris une gorgée de mon verre avant de m’informer sur son monde et savoir ce qu’il y faisait avant d’arriver ici. Apparemment, ce n’était pas aussi intéressant qu’ici vu qu’il n’y faisait rien. Ou peut-être était-ce moins dangereux ? Dans tous les cas, il ne regrettait pas son monde juste le fait qu’il n’avait pas forcément été assez bien préparé.

Eh bien pour quelqu’un de pas très bien préparer tu as tout de même survécu dans un nouvel environnement apparemment plus hostile que le tien. Tu n’es donc pas un de ces minables selon moi, mais un survivant comme moi. Peut-être est-ce pour cela que tu as attiré mon attention qui sait ?

Je ne savais pas trop s’il avait laissé de la famille derrière lui, mais il n’avait pas l’air de se soucier de tout ce qui pouvait toucher de son monde à présent s’étant fait une raison. En plus, si son monde n’était pas aussi dangereux, c’était forcément moins marrant, je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Donc, heureusement que je n’étais pas née dans son monde, je me serais bien ennuyée. Je mis donc le sujet du monde de Zan dans un coin de ma tête et m’interrogeais sur sa boule de poil qui avait un regard bien trop inquisiteur sur moi. Je n’aimais décidément pas ce truc, pourtant il était super mignon et je lui ferais bien un câlin, mais là je ne pouvais juste pas. Cela casserait mon image d’une, et de deux son regard ne me plaisait pas.

Zan me fit part du fait que son ami était là pour le faire devenir un héros ou du moins qu’il ne sorte pas du droit chemin. Pourtant Zan précisa qu’il ne voulait pas franchement être un champion de la justice non plus. Je l’avais bien compris vu qu’il préférait être payé pour ses services contrairement à un héros qui ne demanderait rien en échange. En tout cas, il ne passa pas quinze ans sur le sujet. Sûrement parce qu’il n’était pas plus content que ça de la présence de sa boule de poil alors qu’il essayait de flirter avec une femme. Cela ne doit pas forcément être évident. Enfin là pour le coup, le mog avait l’air bien silencieux alors que d’habitude ces machins là ça parle.

En fait, c’est plus une sorte de boulet que tu te traînes parce que tu n’as pas le choix. Pourquoi tu ne t’en débarrasses pas ? Tu pourrais le vendre pour un bon prix je suis sûre ~.

Une suggestion qui était intéressante pour moi, parce que comme ça il me regarderait plus aussi méchamment et une façon aussi de provoquer le mog pour voir s’il parlait vraiment, ce qui me paraissait sûr s’il aidait Zan dans ses voyages. Je finis mon verre et le déposa vide sur le comptoir du bar quand Zan m’en proposa un second tout en expliquant pourquoi il voulait me retenir. Je souris.

Pourquoi pas ? Et maintenant que tu as passé la première épreuve tu as l’autorisation de me tutoyer de nouveau. Alors, j’ai pas mal voyagé sur mon monde. J’ai dû voir tous les recoins possibles et imaginables. Combattus tous les monstres les plus forts qui soient. Mais ce qui m'énerve grandement, c’est que depuis l’arrivée des sceaux, j’ai l’impression que toutes mes aptitudes m’ont été enlevées. Cette Nyara ou ne je sais quoi à aspirer les pouvoirs de la plupart des gens des autres mondes et apparemment elle s’est fait un plaisir de nous sucer jusqu’à la moelle aussi, nous les natifs. Du coup, je n’ai pas encore eu le loisir de commencer vraiment à voyager pour être honnête. Depuis que je suis ici, j’ai rencontré juste un mec qui était aussi avenant qu’un mur de béton. C’était quand je suis arrivé par le sceau de la Cavernes des glaces. On a combattu un peu ensemble avant que je finisse par vouloir quand même explorer ce nouveau monde. Et du coup je suis arrivé dans cette ville aujourd’hui même. Bref, je suis en manque de combat et j’essaye de voir ce que je pourrais trouver dans le coin pour réaffûter mes techniques.

_________________
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 13 Nov 2016 - 18:09

Suite du Thème

Cette soirée se passait merveilleusement bien, Lorelei n’avait pas décrochée de la conversation ce qui voulait dire que Zan avait trouvé les mots justes pour captiver l’attention de la belle dominatrice. Dans le fond de la salle, les deux mercenaires aidaient leur ami à se relever en ramassant ses dents, il avait comprit que ce qu’il en coutait de tripoter sans vergogne d’une demoiselle d’une catégorie bien supérieur à la sienne. En plus le volubile vagabond était certain que la femme de ce tripoteur du dimanche n’apprécierait guère que son maris ne s’engage dans ce genre de pratique, ce qui donnait un atout de plus dans sa manche lorsque Roger lui demandera de régler son ardoise. Il recentra bien vite son attention sur Lorelei, bien plus attirante et agréable à regarder, il déduit de sa réaction que Spira n’était pas aussi cosmopolite qu’Héra ou Ivalice, un détail intéressant pour le jeune homme qui reprit alors :

« Personnellement j’aime la diversité, l’exotisme, ça rend les voyages plus intéressants et disons… palpitants. »

En effet l’aventurier n’hésitait jamais à sauter sur une occasion de flirter avec une jeune femme d’une autre ethnie, c’était ce qui donnait du charme à cette aventure forcée dans ces mondes fantaisistes. Jusque là Viera et Bloumécienne avaient eux sa préférences, mais il avait aussi tenté sa chance avec une Vangaa et une Grias, Ivalice était réellement un petit coin de paradis pour ce qui était de la diversité culturelle. Mais pour le moment la jeune femme qui lui faisait face avait son indivisible attention, c’est pourquoi lorsqu’elle lui fit un compliment, il était réellement chanceux ce soir. Il était vrais qu’il c’était bien adapter à sa nouvelle vie, même si le départ avait été des plus chaotiques. Et bien que la peluche qui lui servait de compagnon de route l’avait parfois mit dans des galères hallucinantes, il avait aussi été particulièrement utile de par son savoir encyclopédiques sur les différents mondes qu’ils avaient visités. Zan n’aimait pas trop l’admettre mais la présence du Mog lui avait permit d’éviter pas mal de problème, surtout en ce qui concernait la culture des locaux, il fallait parfois s’adapter aux meurs des gens des coins qu’ils visitaient et Peluche donnait parfois e très bons conseils dans ce domaine. C’est pourquoi en guise de réponse, le jeune homme tapota gentiment la tête de son compagnon à fourrure, sans quitter Lorelei des yeux :

« Et bien très chère, mon petit compagnon Pluche ici présent est aussi d’une aide précieuse. Il connait la plupart des mondes sur le bout des doigts, fais la comptabilité et en plus tien chaud l’hiver. »

Une petite note d’humour pour la fin, mais cela résumait bien les raisons logiques pour lesquelles Zan laissait le petit mog le suivre à la trace, les autres raisons moins avouables étaient qu’il n’aurait sans doute pas le cœur de vendre la boule de poils et sans doute qu’au final il c’était attaché à la présence imposée de Peluche. Surtout qu’au début lorsqu’il avait tenté de semé le moogle, ce dernier l’avait toujours irrémédiablement retrouvé, voir même l’attendait avant même que le guerrier n’arrive à sa destination. Bref  il avait donc apprit à faire contre mauvaise fortune bon cœur et accepter la présence du mog. Il se délecta par la suite de l’explication de la jeune femme, il avait visiblement gagné assez de points pour se permettre un peu de familiarité avec sa charmante compagne, ce qui était un plus non négligeable. Une part de son histoire était semblable à ce que lui avait déjà apprit le silencieux petit mog, celle qui semblait à l’origine de tout ce désordre cosmique avait outrageusement puisé dans le potentiel des habitants des ces différents mondes, ce qui expliquait en partit pourquoi la déesse Cosmos était partit piocher des champions dans des univers hors e portée de la tempêtes. Mais quand à savoir pourquoi son attention c’était portée sur Zan lui-même, qui n’était réellement pas un parangon de vertu, cela restait un mystère des plus total. Il prit un instant afin de bien intégrer ce qu’elle venait de lui apprendre, avant d’ajouter sur un ton toujours aussi avenant :

« Et bien Lorelei, tu as e la chance car il me semble qu’un comptoir du clan Centuro ait ouvert récemment dans cette ville. Et cela serait un véritable plaisir que de t’y accompagner dès demain à leur ouverture, récemment la ville est à court de travail pour les mercenaires et aventuriers de mon acabit, c’est pourquoi je comptais moi-même jeté un œil aux contrats du clan. Si cela te convient bien entendu. »

C’était aussi un moment de faire d’une pierre deux coups, il montrait à la ravissante jeune femme qu’il n’avait ni froid aux yeux, ni peur de retrousser ses manches, mais aussi de montrer à cette fan des combats qu’il était lui-même assez habiles pour gagner sa vie de son épée. Si Lorelei respectait autant les compétences martiales, alors Zan avait tout intérêt à l’éblouir. C’était d’après lui le moyen le plus rapide de gagner le cœur glacé de la belle princesse guerrière. Et il comptait bien y mettre du sien afin de pouvoir voir Lorelei sous un angle encore plus favorable.
Lorelei Wynne
Stone Heart

avatar

Messages : 51
Messages RP : 48
A ÉTÉ POSTÉ Mar 15 Nov 2016 - 19:04

Je m’amusais vraiment bien à cette soirée. Cela faisait même longtemps que je n’avais pas pris autant de temps pour parler avec quelqu’un de façon aussi simple. Mais c’était loin de me déplaire, c’est vrai que je devais avouer que certaines fois le contact humain me manquait, à force d’effrayer les autres et de les prendre de haut faut dire aussi que je ne me faisais pas que des amis. Mais ceux qui arrivaient à passer au-dessus de tout ça était ceux qui pouvaient valoir la peine que je m’intéresse à eux, comme ce très cher Zan qui ma foi était plutôt débrouillard. Surtout qu’il restait tout de même naturel avec moi, même si je n’étais pas facile à vivre je l’admets. Il était patient et ne cachait pas son intérêt pour ma personne.

Difficile en même temps de ne pas voir entre ces compliments assez fréquents et ses yeux parfois volage, mais je ne lui en tenais pas rigueur, vu qu’il arrivait à faire en sorte que je ne m’ennuie pas ce soir. S’il n’avait pas réussi cet exploit il aurait sûrement fini comme l’autre abruti auquel on donne un coup de main pour se relever. Il se donne bien beaucoup de peine si vous voulez mon avis, il serait plus facile à rouler qu’à porter concrètement… Enfin bon c’est leur problème après tout pas le mien ou du moins plus à l’heure actuelle.

Je suis assez d’accord avec toi, l’exotisme des lieux et des gens donne davantage de surprise et donc c’est plus excitant de voir un peu sur quel endroit et quelle personne tu vas tomber. J’imagine qu’en tant que séducteur invétéré tu as du essayer d’autres races. Comme le prennent-elles ?

Je ne suis quand même pas née de la dernière pluie, j’avais bien remarqué qu’il était quand même assez dragueur. Je ne devais pas être la première sur laquelle il tentait de faire marcher son charme. Du coup, je demandais voir par-là s’il avait eu deux trois chances de conclure ou non. Qui sait certaines races sont peut-être discriminatoires envers les autres je n’en sais rien. Ou peut-être que c’est juste le fait d’être humain, ce n’est pas toujours bien vu.

Bref, il me parla ensuite de son monde et qu’il ne regrettait rien à part de ne pas avoir eu le temps de prendre deux trois affaires histoire d’être un peu mieux préparé à son arrivée ici. Je dois bien avouer que si son monde était aussi peu excitant c’est qu’il devait sûrement y avoir moins de danger et donc qu’il s’en était plutôt bien tiré ce que je lui fis comprendre. Par contre je lui parlais par la suite du mog et lui demandais pourquoi il ne l’avait pas envoyé paître ailleurs s’il avait tellement l’air de l’ennuyer. C’est donc là qu’il argumenta le fait que le mog l’avais quand même bien aidé en lui évitant certains soucis grâce au fait qu’il connaissait pas mal de choses sur les différents mondes. J’imaginais bien qu’il soit un tantinet utile du coup s’il ne le faisait pas partir. Et pour le coup, il était même plus utile que je ne le pensais. S’il était une véritable encyclopédie pour chaque monstre c’était facile avec lui de savoir quel monstre était plus ou moins dangereux et les coins qu’il fallait explorer.

Je comprends mieux pourquoi il est toujours présent du coup. Mais je te le dis tout de suite, y a peu de chance qu’il tienne plus chaud que moi durant l’hiver mise à part si je suis d’une humeur massacrante où il peut s’avérer plus efficace.

Moi provocatrice ? Si peu. Il faut bien se faire désirer un minimum sinon ce n’est pas drôle surtout que Zan avait l’air d’apprécier le jeu de séduction alors autant que je me prenne un peu plus au jeu moi aussi, après tout je n’avais rien à perdre. Et puis s’il finissait par me décevoir je couperais court à l’échange ce n’était pas plus compliqué que ça.

Zan attira de nouveau mon attention en parlant d’un comptoir du clan de chasse qui avait apparemment ouvert ici. C’était juste une aubaine, il fallait que je m’inscrive. Je ne pouvais pas ne pas le faire. C’était ma chance de pouvoir combattre des monstres vraiment intéressant. Et il se proposa même de faire le guide jusqu’à ce fameux comptoir ce qui ne serait pas du luxe, vu comment la ville était grande j’allais mettre une éternité à le trouver si j’y allais seule. Du coup, je profitais de cette offre sans hésiter.

Avec plaisir Zan, ce n’est pas tous les jours qu’on peut être guider par si un homme aussi charmant que toi et puis tu as l’air de t’y connaître en combat, je suis assez curieuse de te voir à l’œuvre.

En attendant mon ventre commençait à crier famine donc j’enchaînais assez rapidement sur un sujet totalement différent.

Je commence à avoir faim tu connais un endroit sympa ? A moins bien sûr qu’il serve ici, je ne sais pas.

_________________
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Come and get your love
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum