Aller à la page : Précédent  1, 2
 La magie du Sceau
Genesis Rhapsodos
Ex-SOLDAT Poète

avatar

Messages : 1680
Messages RP : 260
Comptes RP : Argento, Weiss, Runa Guado, Anaryelle, Sigvaldr Hatharsson, Kam'lanaut
A ÉTÉ POSTÉ Lun 12 Juin 2017 - 2:34

La lecture pouvait être très passionnante, même lorsqu'elle portait sur le domaine de la spiritualité, cependant là, ce n'était pas vraiment ça. D'ailleurs ce Bhunivelze avait beau être un dieu, je voyais plus tout cela comme une religion bien établie. Qui dit religion bien établie, dit obligations et interdits. C'était ce que j'avais toujours appris sur Gaïa en tout cas. Pour ma part j'avais choisi de croire en Minerva mais sans pour autant tomber dans la religion et ses contraintes... même si pour beaucoup j'avais souvent eu l'air d'un bigot complètement perché. Alors que pour ma part, je m'étais toujours senti en totale liberté dans ma façon de percevoir les choses et de méditer sur Minerva et son Don.
Cependant, l'opinion des uns et des autres, à vrai dire, je m'en moquais assez. Pour ce domaine en tout cas, car je devais bien le reconnaître, j'aurais adoré être un héros dans l'esprit de beaucoup mais là est un autre sujet.

Les lectures concernant Bhunivelze m'apparaissaient totalement différentes. En tout cas rien ne me parlait pas de ce culte. Je ne ressentais aucune liberté mais plutôt du négatif et cela ne me donnait aucune envie de méditer sur quoi que ce soit concernant ce dieu.
Au contraire, cet énergumène avait plutôt tendance à m'écoeurer et je me demandais en quoi il pouvait être qualifié de divin d'ailleurs. Ou alors sur ce monde, le divin avait une toute autre définition. D'ailleurs, en y pensant, mon regard se tournait dans la direction d'où le libraire était reparti. Car oui, je comptais bien amener la question, même si je me méfiais de lui alors qu'il était revenu au moment où j'avais trouvé un ouvrage qui pourrait sans doute poser quelque problème.

En attendant, je commentais ce que je lisais à Angeal. Je voyais bien que cela le faisait sourire, mais moi je ne souriais pas vraiment. Je gardais mon ton sérieux. C'était toujours ainsi, lorsque je lisais. À quoi bon sourire si on lisait quelque chose de sérieux. Cependant, je n'en voulais pas à mon vieil ami pour cela. Sûrement pensait-il à autre chose qui le faisait sourire, malgré les circonstances. Bien que cela me surprendrait de lui. Il avait tendance à être toujours très concentré.

À vrai dire, j'aurais bien attendu quelques réponses de mon ami par rapport à ce que je lui racontais concernant Bhunivelze, notamment le matricide. Ces réponses viendraient plus tard car le libraire était de retour encore. Peut-être lui-même allait-il se charger de me donner ces réponses ?
Dans un premier temps j'avais plutôt l'impression qu'il allait vouloir me poser quelques soucis, lorsqu'il découvrit finalement sur quel livre j'étais tombé.

Il commença par me questionner, et je lui répondis en restant le plus neutre possible et il se trouva que notre échange se calma un peu. Le fait que j'eus découvert ce livre lui était rassurant, d'après ce qu'il me fit comprendre, suite à quoi il nous expliqua d'avantage de choses concernant ce nommé Bhunivelze, puis sa mère. En même temps je posai le livre et je pris une tasse de thé tout comme mon ami.

Les explications de l'hommes me firent un peu froncer les sourcils et ma question quant à la façon dont les dieux étaient définis sur ce monde se faisait de plus en plus urgente. Cependant, j'attendis quand même la fin des explications.

« Ce Bhunivelze a détruit sa mère dites-vous ? Les dieux ne sont-ils pas immortels pour vous ? ».

Voilà, la question était posée. Bien évidemment je n'allais pas leur reprocher d'avoir une vision du divin différente. En revanche, cela m'amènerait bien d'autres questionnements sur ceux qu'ils qualifiaient de dieux.

« Ah. Je ne sais pas comment sont les dieux sur votre monde, mais il est dit que Mwynn a été consumée et engloutie par le Chaos. Voilà pour être plus exact. ».

Donc en gros Mwynn était morte d'une certaine façon uniquement. Je me tus cependant sur cette réflexion et restai simplement pensif alors que j'avalais en même temps une gorgée de thé. J'étais très curieux quant à toute ces histoires de divinités, cependant, une autre question bien plus importante me brûlait les lèvres. Plus encore que la tasse de thé.

« Avant de continuer sur les histoires divines, je me permets de vous faire part de ma surprise quant au livre que vous avez vu entre mes mains. Vous dites être satisfait que je sois tombé dessus. Cependant, si d'autres ne devaient pas tomber dessus, je me demande pourquoi il était en boutique... ».

L'homme fronça légèrement les sourcils et semblait mal à l'aise quant à ma question. Je l'avais posée sur un ton très neutre pourtant. Sans aucune ironie, sans aucun sous entendu. Je trouvais juste cela curieux, et je n'avais aucune intention de lui faire un interrogatoire sévère, ce que je m'efforçai de lui faire comprendre dans ma façon de parler.

« Une énorme inattention de ma part... à moins que quelqu'un d'autre l'y ai mis.
- Quelqu'un d'autre... avez-vous des employés ?
- J'en ai une, elle n'est pas là aujourd'hui. ».

Dans un premier temps je me contentai d'un signe de tête et d'un léger sourire. Après tout l'homme semblait sincère et puis je n'avais pas l'intention de lui apporter des soucis non plus. Il nous donnait des informations fort intéressantes, et il serait bien dommage de couper court à tout cela.

« Soit. S'il est satisfaisant que ce soit moi qui soit tombé sur ce livre, voyez m'en satisfait aussi. Surtout que maintenant j'ai d'autres questions qui viennent... Concernant les divinités. ».
J'avais précisé car vu la tête qu'il avait encore fait, j'avais senti l'homme encore mal à l'aise. À moins que mes exploits négatifs passés se voyaient un peu sur mes traits faciaux, encore ?

« Si Bhunivelze a créé Etro à l'image de sa mère alors qu'il ne l'aimait pas, avait-il une raison ? Et cette notion de Chaos, pourriez vous nous en dire plus ? ».

Mes questions pourraient sembler pointues mais plus nous en saurions, plus vite nous pourrions avancer. Pour compléter le tout, la question – même implicite s'il le fallait – sur une bibliothèque cachée finirait bien par arriver.
Angeal Hewley
Former Member of SOLDIER

avatar

Messages : 71
Messages RP : 54
Comptes RP : Oerba Yun Fang, Angeal Hewley
A ÉTÉ POSTÉ Lun 26 Juin 2017 - 13:13

Cette religion mettant Bhunivelze sur un piédestal avait quelque chose de dérangeant. Il Faut dire aussi que ça m’avait l’air davantage contraignant qu’autre chose. Croire en quelque chose Ok je veux bien, mais qu’on empêche de croire entre un autre dieu sous prétexte que celui en lequel on croit n’aime pas celui-ci c’est débile. Qui dit qu’il a raison de ne pas l’aimer, même voir de le détester ? Ce n’est pas parce qu’un dieu à ses propres avis qu’on doit les suivre à la lettre. Depuis quand le libre arbitre et la liberté de pensée n’est plus d’actualité ? Quoiqu’ici je ne sais même pas si ça à un jour exister quand j’y pense. Peut-être ne connaissent-ils pas ces concepts fondamentaux ?

Bref je restais concentré jusqu’à ce que le libraire nous interrompe, mais je l’envoyais vite fait bien fait nous faire quelques collations pour notre lecture, vu qu’apparemment Gen avait trouvé un livre intéressant. Je n’eus cependant pas vraiment le temps de lui dire mon avis sur le sujet par rapport à ce qu’il me disait car le libraire nous interrompait de nouveau et avait vu le fameux livre qu’avait Genesis dans les mains.

L’homme finit par s’asseoir avec nous car apparemment on allait réussir à en apprendre plus avec lui qu’avec ces fichus bouquins. Il nous raconta pas mal de choses intéressantes et Genesis s’empressait de poser une question à chaque fois que ça lui paraissait nécessaire. Faut dire qu’il était très curieux sur ce sujet généralement donc je les écoutais discuter tout en réfléchissant sur toute cette histoire.

C’était de plus en plus dément. La mère de Bhunivelze avait été détruite par le Chaos qui avait certainement été provoqué par son fils. Comment un fils pouvait-il faire cela à sa propre mère alors qu’elle l’avait élevé ? Tout ça pour avoir le pouvoir. C’était vraiment un dieu imbu de lui-même et aveuglé par son ambition démesurée. J’étais peiné pour sa mère. Je me demandais bien ce qu’elle avait pu ressentir face à ce qu’elle était devenue et si elle avait continué à aimer son fils malgré tout. Après peut-être que ce n’était pas une mère aimante, mais j’en doutais fort, vu qu’elle avait eu raison de ne pas donner cet accès à son fils. Malheureusement, il était du genre à prendre qu’on le veuille ou non. Autant dire que ça donne de moins en moins envie de le rencontrer en personne le bougre.

Gen posa ensuite une autre question par rapport à la place du livre et c’était légitime. Je m’étais d’ailleurs fait la même réflexion. L’homme nous expliqua que ça pouvait venir de deux causes qui était soit son inattention soit une personne qui avait déposé le livre ici de manière à ce qu’il soit découvert, car Gen n’avait eu aucun mal à le trouver. Apparemment une employée travaillait avec le libraire, donc il était possible que cette fille ait fait ça, mais dans quel but ? Parce que franchement, je doutais fort que ce soit une simple erreur d’inattention. Ce livre était là pour qu’on le trouve donc il y avait de fortes chances qu’on l’est mis là volontairement, et vu la surprise de l’homme son employée était la première concernée du coup.

Genesis était tout aussi sceptique que moi. Il allait falloir qu’on rencontre cette employée. Elle avait peut-être des réponses à nous donner. Si ça se trouve, c’était peut-être même une fidèle d’Etro qui sait ? Peut-être nous avait-elle entendu parler avec l’homme d’Eglise hier ? Plausible, dans tous les cas, je gardais en tête qu’on devrait essayer de trouver cette fille ne serait-ce que pour savoir sa raison de mettre un livre normalement défendu dans une bibliothèque où il pourrait tomber dans les mains de n’importe qui.

Malheureusement jeune homme cela devient déjà trop détaillés pour moi. Je suis loin d’être un spécialiste et on va dire que je n’ai pas trop poussé mes recherches non plus pour éviter d’avoir des problèmes.

Il se grattait la tête comme pour montrer qu’il était gêné de ne pouvoir en dire plus. Il voulait nous aider ça se voyait, mais il ne pourrait pas nous en dire davantage.

Pas de soucis, vous nous avez déjà grandement aidés mon brave. Pour ma part j’aurais aimé savoir où l’on pourrait trouver votre employée peut-être ? Et aussi s’il existait un quelconque endroit où l’on pourrait trouver une suite à nos recherches…

Je laissais ma phrase en attente vu qu’un client venait de rentrer dans la boutique. Merde !

Je ne connais pas d’endroit comme celui-ci et je ne sais pas où pourrait être mon employée je suis désolé.

Puis il partit dans son arrière-boutique avant de revenir et de nous donner une feuille sur laquelle il avait gribouiller une adresse puis une sorte de plan qui conduisait à un endroit bien précis dans les souterrains. Il préfère rester prudents et je comprends tout à fait, mais il nous a quand même donnés d’autres pistes pour continuer nos recherches donc c’est l’essentiel.

Merci à vous nous avons passé un très agréable moment ici et merci pour la tisane. Sur ce nous allons vous laisser, bonne journée à vous.

Il nous salua et on sortait donc de la librairie.

Bon on va où en premier ? Peut-être voir si on trouve l’employée tu ne penses pas ?
Genesis Rhapsodos
Ex-SOLDAT Poète

avatar

Messages : 1680
Messages RP : 260
Comptes RP : Argento, Weiss, Runa Guado, Anaryelle, Sigvaldr Hatharsson, Kam'lanaut
A ÉTÉ POSTÉ Mar 4 Juil 2017 - 4:47

Il y avait un tas d'informations diverses à apprendre sur ce monde et les histoires de divinités en faisait grandement partie. C'était en tout cas mon ressenti depuis que nous étions arrivés là. Certes, il était vrai que d'office mon attention avait été attirée par la cathédrale. On la voyait tellement ! Au final je me sentais de plus en plus déçu de ce choix. Pourtant, j'étais bien conscient que nous serions passés à coté de quelque chose d'une grande importance, et que tôt ou tard cela nous aurait rattrapé. Comme si ces recherches avait un quelconque avec la mission que la Déesse m'avait confiée ? Je ne voyais pas le lien avec Gaïa. Pourtant. Toutes ces recherches m'évoquaient quelque chose.

À vrai dire, j'avais de plus en plus envie d'apporter quelques précisions du genre à Angeal. Déjà nous étions amis depuis l'enfance, et surtout il était revenu d'entre les morts, et nous nous étions retrouvés. À Banora. Tout cela n'était pas anodin et ne pouvait pas l'être.

Au final, je fixai mon ami au bout d'un moment – bien que très brièvement –, prêt à lui parler. Ce que je ne fis pas puisque le libraire revint vers nous, avec du thé et du café.
Finalement, ce ne fut pas à Angeal que je m'adressai mais au vendeur. S'en suivit un échange concernant la nature mortelle des dieux de leur monde ainsi que le fait d'avoir trouvé le livre sur lequel j'étais tombé. La réponse de l'homme m'avait presque semblé étrange dans le fond. Il disait être satisfait que je sois tombé dessus. Si seulement il savait ce que j'avais pu faire par le passé. En tout cas la confiance qu'il m'accordait avait quelque chose d'agréable, je n'allais pas m'en plaindre, et du coup le sens de l'honneur que mon ami d'enfance à mes cotés m'avait toujours enseigné m'imposait de respecter cette confiance. De toute façon, à quoi bon mettre l'homme en difficulté... Nous n'étions pas venus pour cela.

Cependant, l'attitude qu'il montrait ne devait pas nous dissuader d'aller faire d'autres recherches ailleurs. L'employée de l'homme, en priorité. J'ignorais si Angeal pouvait penser de même mais nous en parlerions une fois sortis. Il se trouvait d'ailleurs que nous n'avions pas le choix d'arrêter nos recherches là pour le moment. Pas d'autres livres en vue, et le libraire nous faisait savoir qu'il ne pouvait pas répondre à ma question, n'étant pas assez connaisseur.

« Je vous remercie de même. ».

Je ne posai pas d'autres questions, Angeal m'ayant devancé. En revanche, alors que l'homme était parti dans l'arrière-boutique, je regardai à nouveau mon ami comme pour lui parler. Je restai encore sans parole cependant, puisque nous n'étions pas seuls dans la pièce.
Cela n'empêcha pas l'homme de nous donner un petit papier sur lequel il avait gribouillé une adresse. D'ailleurs, le client le regarda à ce moment là, et je lus une certaine curiosité dans l'expression de celui-ci. Je détestais cette expression mais je n'en fis rien et adressa un signe de tête à l'homme qui nous tendit le livre qu'il avait préalablement mis dans un sac de vente. D'ailleurs, il était chanceux, ses sacs de vente étaient bien opaques (en plus d'être écologiques).

« N'oubliez pas votre achat messieurs ! ».

Sur le coup j'étais un peu surpris mais je tâchai de camoufler ce sentiment au mieux quand je repensai aussitôt au client pas loin. L'homme voulait se débarrasser de ce livre, ou du moins il ne voulait pas que d'autres puissent le trouver. Aussi il me faisait savoir qu'il ne désirait pas de gils en contre-partie. Je jouai le jeu et esquissai un sourire en coin tout en prenant le paquet avant de faire un signe de tête et de rendre mon sourire un plus chaleureux en guise de remerciement discret à l'homme.

« Cela serait dommage en effet. ».

Angeal sortit avant moi mais j'étais certain qu'il allait vouloir payer le vendeur au plus tôt. Sinon son honneur en prendrait trop un coup !
Cela serait remis à plus tard cependant. Le libraire était trop occupé et puis il fallait donc trouver cette employée, d'ailleurs Angeal était donc partant aussi pour cela.

« Peut-être la trouvera-t-on à l'endroit indiqué ? ».

En même temps que je commençai à prendre la direction indiquée par le plan, je regardai autour de nous et alors que nous étions assez tranquilles, je finis par interroger mon ami sur une question qui me brûlait les lèvres depuis un moment.

« Au fait, Angeal. À part ce que tu as dit à Banora... as-tu une mission en particulier ? ».

En même temps, je stoppai ma marche quelques minutes, le temps de ranger le livre récupéré en lieu sûr. Le tenir ainsi à la main n'était pas une idée lumineuse, même si cela pouvait signifier tout simplement que nous avions fait les boutiques comme n'importe qui. Quand je parle de ranger le livre de façon sûre n'excluait pas qu'Angeal le prenne, s'il le désirait.
Je repris la marche, toujours en direction du plan et toujours en regardant autour de nous. Aussi, je marchais assez tranquillement, afin de laisser mon ami décider d'une autre direction, s'il le souhaitait. Histoire d'être attentif à ce qui nous entourait aussi, en particulier aux attitudes des individus que nous pourrions croiser.
Pour le moment, tout se passait bien en tout cas.


Note : Faut aller dans la Vieille ville pour les souterrains, c'est ça ?
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

La magie du Sceau
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort
» Le pentacle / Pentagramme
» Sceau et blason du Comté
» [skin]Magie sur ma skin de chat

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum