Le Portique
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 13 Juil 2015 - 14:45

Suite à une route des plus longues, July aurait cru pouvoir se reposer en arrivant au pied de la montagne. On lui avait dit qu’il y avait un campement mais pour l’instant elle ne le voyait pas. Il fallut continuer encore un peu de temps dans cette ambiance relativement froide pour qu’elle découvre ce fameux campement mais il semblait avoir été abandonné au profit de monstres. Et des gros en plus ! Ils étaient tout de même assez nombreux, il semblait y avoir des femmes et des enfants en plus mais leur taille impressionnante aurait de quoi faire peur à n’importe qui. Les plus grands avaient des cornes qui devaient facilement faire la taille d’une main quoi ! La demoiselle qui désirait se reposer ici allait rapidement comprendre qu’elle devrait passer son chemin sans avoir la possibilité de prendre ne serait-ce qu’une petite pause. Et c’était si elle ne se faisait pas agresser par ces créatures.

En regardant autour d’elle, elle pouvait se rendre compte qu’il serait impossible de les éviter : il s’agissait du seul passage pour aller vers la montagne et donc le seul passage pour pouvoir traverser. Ses plans allaient de toutes façons se faire interrompre soudainement lorsque July entendit du bruit derrière elle. Bien qu’elle se cacha derrière un pilier pour pouvoir se camoufler, elle ne pourrait pas rester bien longtemps invisible à leurs yeux au vu de la fine épaisseur de ce pilier. Préparée à se battre, l’adolescente sauta aussi brutalement que rapidement sur la première des deux créatures qui revenaient. Elle n’eut pas même le temps de foutre une mandale à cette dernière qu’elle fut soulevée du sol par la deuxième. Ils parlaient vraisemblablement la langue commune puisque July parvenait à les comprendre.

« Pourquoi humaine attaquer Galik ? »
« Lâche moi espèce de monstre ! »

D’un regard entre lui et son camarade, les ronsos se remirent en route sans pour autant lâcher July qui continuait de se débattre pour se faire lâcher même si ça sous entendait de s’éclater sur le sol. Non, elle arriva sur le sol lorsqu’elle fut jetée aux pieds d’une autre de ces bêtes sauvages. Ni une ni deux, elle se redressa et tenta de s’échapper jusqu’à ce qu’elle ne se retrouve repousser d’un coup juste au dessus de la poitrine. La douleur était palpable mais l’adrénaline avait tendance à l’éclipser jusqu’à ce qu’elle ne se retrouve avec une lance devant la tête.

« Qu’est-ce que vous allez me faire ? Vous comptez me manger, c’est ça ? »

Après tout, il n’y avait pas le moindre signe d’humain dans le tas et c’était la seule chose qu’elle pourrait consciemment voir. Mais dans la position où elle était, elle n’aurait aucune chance de s’échapper. Ces bêtes étaient vraiment très fortes et, à côté d’elle, ça ne serait que d’une claque qu’ils pourraient la tuer à la limite. Pourtant, elle croyait presque voir un sourire sur le visage de ces choses là. Comme si leur proie les satisfaisait mais elle ne se laisserait pas faire. D’une claque bien virulente sur la lance – et une ouverture béante de la main – July alla foutre une claque au monstre qui la menaçait avant d’elle-même s’en prendre une qui l’assomma à moitié. De nouveau les fesses par terre, elle n’était plus qu’à moitié consciente pour entendre la créature lui parler.

« Assez joué petite. Que cherches-tu à faire à faire ici ? Les ronsos ne mangent pas les humains mais les monstres de la montagne. »
« Vous dites ça à toutes vos proies, c’est ça ? » La lèvre fendue, July témoignait tout de même une certaine vivacité.
« L’humaine n’a rien à craindre des ronsos, nous lui feront pas de mal. »
« Hmf… »

Dans sa situation, elle ne pourrait qu’espérer que ça soit vrai de toutes façons mais autant dire que dès qu’elle aurait l’occasion, elle partirait bien rapidement… Mais pour le moment, le manque de force risquait surtout de lui apporter des ennuis si on pourrait dire qu’elle n’en avait pas déjà. July daigna alors lever le regard sur celui qui lui parlait pour simplement se rendre compte que lui, il était plus petit que les autres et n’avait pas de corne. Pourtant, il semblait être le chef de la meute… Non, elle ne pourrait pas leur faire confiance et tenta encore une fois de se redresser en serrant les poings, laissant le fameux chef soupirer devant son entêtement.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 13 Juil 2015 - 18:47

Pour réussir à s’intégrer dans un monde qui n’était pas le sien, il fallait en connaître la culture et les croyances. C’est pour cette raison que Alphinaud décida d’entreprendre un pèlerinage jusqu’à cette grandiose ville nommée Zanarkand. Elle semblait très importante aux yeux des habitants de ce monde… A Bevelle, il avait crut saisir que cette contrée lointaine représentait jadis un lieu sacré où des gens que l’on appelait des invokeurs allaient prier pour le salut de l’humanité. Tant de poids sur les épaules de ces fragiles personnes… Sauver le monde grâce à une prière et un terrible sacrifice. Aujourd’hui, cette tradition avait été abolie grâce à une certaine Yuna. Cette demoiselle avait littéralement sauvée le monde de la destruction en réduisant à néant celui qui apportait la mort sur Spira. Tout cela était en soit fascinant mais, désireux d’en apprendre davantage par le vécu que par la lecture, Alphinaud récupéra ses effets personnels et prit le chemin qui le mènerait vers Zanarkand.

Ses pas foulèrent la Forêt de Macalania, où il eut le plaisir d’admirer de magnifiques arbres aux couleurs telles qu’il n’en avait jamais vu au courant de sa courte vie. Jamais il n’avait vu quelque chose de semblable sur Éorzéa. En voyant la brillance des feuilles cristallines et plus généralement le décor, il songea au Mor Dhona, plus ou moins… Ce n’était pas des arbres mais la géographie des lieux était tout de même similaire à l’éclat de ces environs. Le froid des environs n’était cependant pas très appréciable, si bien que l’élézen ne tarda pas trop à se frayer un chemin jusqu’à la plaine félicité.

Cet endroit était toujours une sorte de parc d’attraction. Il s’était informé auprès de quelques personnes concernant la géographie de Spira et ce qu’il pourrait penser y trouver. La plaine félicité était, selon eux, bafouée. Ce magnifique endroit était jadis un terrain de bataille pour lutter contre le terrible Sin, mais à présent que ce monstre terrifiant avait été mis à terre définitivement, ce lieu de paix et de grandeur avait été modifié pour se métamorphoser en une sorte d’amusement pour les touristes… Cela devait être encore plus vrai maintenant qu’il y avait ces Transporteurs. Alphinaud eut une sorte de désapprobation en regardant ces lieux. Il avait l’impression de sentir le poids lourd d’un millier de batailles sur ces terres et pourtant, devant ses yeux, il n’y avait que des gens cherchant à se faire de l’argent avec des jeux ridicules. Il suffisait de s’imaginer ce que cela aurait donné si Sharlaya aurait été transformé en un parc d’amusement par les gobelins pour comprendre la frustration de ces braves personnes qui avaient consentit à l’informer à ce sujet.

Après avoir lutté contre de nombreux monstres hostiles dont plusieurs qui lui rappelaient des races déjà présentes sur Éorzéa – notamment le Morbol pour donner un exemple plus concret – le jeune homme posa les pieds sur les premiers pans de neige de cette énorme montagne que l’on appelait le Mont Gagazet. Au moment où il posa les yeux sur cette neige qui lui rappela sans difficulté le Coerthas, l’érudit sharlayanais ressentit une montée d’éther en lui. Oh, cet endroit avait vu passer de trop nombreuses personnes et aurait dû en voir passer bien d’autres… Beaucoup étaient décédées avant d’atteindre ces chemins enneigés. Quel dommage. Une minute de silence pour ces âmes égarées et le temps était venu de poursuivre sa route. Bien des créatures l’attendaient sur ces chemins sinueux, il valait mieux ne pas trop tarder.

Il connaissait le peuple qui vivait ici— d’un point de vue théorique. C’était des Ronsos, un peuple pacifique qui protégeait la montagne malgré leur apparence assez animalière… On pourrait à tort les associer avec des monstres. Heureusement, il était au courant de leur absence d’hostilité, certains n’avaient pas cette chance… Ce qu’il put s’apercevoir en arrivant au niveau du portique. Une jeune demoiselle drôlement farouche, assez petite comparée à ces mastodontes au pelage bleu, qui semblait chercher la bagarre. Ses sourcils se froncèrent légèrement sous l’effet de la perplexité alors qu’il approchait d’un pas prudent. A l’entendre, elle croyait que ces individus étaient des monstres, une sorte de tribu barbare qui chercherait à faire de cette petite dame leur diner. Surpris devant tant de cran, Alphinaud comprit rapidement que s’il n’intervenait pas, un des parties subirait des dommages… et à voir le sang qui coulait de la paume de cette fille, ce serait sûrement elle.

« Peut-être vaudrait-il mieux que je parle avec cette jeune demoiselle ? »

Les Ronsos se tournèrent dans sa direction et se mirent à le dévisager. Sans doute se démarquait-il amplement avec ses grandes oreilles pointues, mais le jugement sur ces dernières n’importunait aucunement Alphinaud.

« Le petit homme pense pouvoir parler à cette petite ? articula le Ronso avec une corne brisée. »
« Je crois qu’une petite explication s’impose. »

Il était évident que cette jeune femme méprenait ces créatures pour des monstres. Convaincu d’être l’homme de la situation pour le coup, Alphinaud se permit d’approcher d’un pas assez lent pour s’apercevoir si cette inconnue prendrait bien son approche. Il ne voulait pas non plus goûter à la force de ses poings qui semblait tout de même être conséquente. Compernant assez vite que son côté farouche ne la poussait pas non plus à repousser la moindre aide, Alphinaud afficha un léger sourire apaisant et profita d’une accalmie pour lui parler.

« Ces créatures sont parfaitement pacifiques. Ce sont des Ronsos, c’est une tribu qui vit dans cette montagne et qui la protège. Vous n’avez aucune raison d’être effrayée d’aucune façon. Elles n’ont jamais eut l’intention de vous attaquer. »

Mais maintenant qu’elle avait une blessure à la main, cela semblait un peu idiot. Alphinaud ignorait comment c’était arrivé, mais quoi qu’il en soit, il conservait la même opinion sur le sujet ; les Ronsos étaient pacifiques. La plupart d’entre eux s’étaient déjà écartés, ne laissant que leur Ancien près d’Alphinaud et cette jeune femme pour s’assurer que tout rentrerait dans l’ordre.

« Je conçois que leur apparence puisse être trompeuse, mais je vous assure qu’ils ne vous veulent aucun mal. »
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 14 Juil 2015 - 20:47

Une nouvelle voix retentit et July tourna expressément le regard vers la nouvelle source d’hostilité. Ils allaient se mettre tous contre elle ou quoi ? Son regard s’écarquilla en voyant une personne qui faisait à peu près sa taille, avec de grandes oreilles, se pointer pour demander à parler avec elle. Une explication s’imposait qu’il disait… Parce qu’il pourrait s’en sortir sans se faire manger lui ? Aussi étrange que ça puisse paraître, après la première réponse de la grosse bête bleue la plus proche de July, tous les autres monstres se reculèrent comme s’il n’y avait plus aucune menace. Mais le nouveau venu s’approcha doucement d’elle pour voir si elle accepterait de l’écouter. Il lui mentionna sans attendre que ces monstres étaient pacifiques et gardaient la montagne. L’adolescente n’aurait donc aucune raison de se sentir menacée puisqu’ils n’auraient jamais eu l’intention de l’attaquer.

« Ca veut dire qu’ils ne me mangeront pas ? » fit-elle surprise. Non, ce n’était pas ce qu’elle aurait du demander à vrai dire… Elle avait ouvert les hostilités et ils avaient presque prit plaisir à se moquer d’elle. Mais maintenant qu’elle y pensait, il était vrai que personne ne l’avait vraiment attaqué si ce n’était cette lance qui l’avait menacée récemment.

Le goût du sang toujours présent sur le bord des lèvres, July serra le poing qui était le plus endommagé pour entendre cet individu lui parler encore une fois du fait que ces créatures ne voudront pas lui faire de mal. Et s’ils vivaient dans la montagne et que tout le monde le savait, elle comprenait qu’ils étaient probablement le campement dont ils lui avaient parlé dans la plaine félicité. Elle avait encore une fois jugé trop vite sur l’apparence de ces choses là qu’ils étaient hostiles. Mais pourrait-elle faire confiance à cette personne ? Il était petit mais il ne semblait pas être l’un de leurs enfants : il n’avait déjà pas le pelage bleu… Et il avait un visage assez mignon… July détourna le regard en ayant une petite gêne sur les joues du coup. Dans sa situation, on pourrait peut être l’assimiler à de la honte mais elle ne semblait pas convaincue de ce qu’elle devrait faire maintenant…

Devrait-elle s’excuser pour avoir fait une petite attraction en ce début d’après midi ? Peut être mais elle ne le ferait pas. Déjà, elle se redressa et se tourna pour être face à cet adolescent qui parlait si bien. Quelque part, il avait un air de ressemblance à sa sœur de par sa manière de parler et de se mêler de ce qui ne le regardait pas mais July n’irait pas chercher des problèmes à la personne qui venait de l’aider. Elle tourna la tête vers la créature à la corne cassée puis la retourna vers le nouveau venu.

« Est-ce qu’ils peuvent nous donner à manger alors ? »

C’était très impoli de la manière dont elle l’avait demandé mais elle avait déjà faim avant d’arriver ici et nécessitait du repos qu’elle n’avait en toute évidence pas pu prendre en arrivant dans le portique de la montagne. Bien que l’ancien n’appréciait pas l’attitude de cette petite humaine, il appela une personne pour lui demander d’apporter de quoi manger pour ces deux humains et se rapprocha du jeune garçon davantage à cette adolescente pour lui mentionner tout aussi discrètement qu’un plat allait leur être servi dans quelques minutes.

Bien qu’elle tenta d’écouter ce qu’il venait de dire, July ne le comprit pas par la manière étrange qu’il avait de parler quand bien même elle avait compris quelques mots de ce qu’il avait pu dire. Toujours sur ses gardes, elle préféra alors tout de suite se renseigner sur ce qu’il se passait pour pouvoir réagir aussi vite que possible en cas de nécessité de prendre la fuite.

« Qu’est-ce qu’il a dit ? »

Comme ça avait parlé de nourriture, elle se demandait s’ils n’étaient pas en train de conspirer pour que ça soit elle la nourriture justement… Mais vu comment ce petit bonhomme semblait gentil, elle pourrait peut être lui faire un peu plus confiance qu’à ces monstres et lui demander comment il s’appelait ? Non, elle le lui demanderait que lorsqu’elle serait sûre qu’il n’y aurait aucun piège dans ce coin. Bien qu’en regardant autour d’elle, elle pourrait se rendre compte qu’il y avait tout de même de nombreuses femmes et de nombreux enfants et s’ils cherchaient à faire quelque chose contre elle, ils ne prendraient probablement pas le risque de le faire comme ça devant les personnes les plus fragiles mais… Pour July, ça restait tout de même des monstres… Certes, pourvus d’une certaine intelligence, mais des monstres quand même…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mer 15 Juil 2015 - 10:43

Comme Alphinaud l’avait supposé, cette jeune demoiselle l’écouta d’une oreille attentive et comprit une chose ; que ces Ronsos ne la mangeraient donc pas. L’élézen bougea la tête de droite à gauche en guise de réponse. Elle semblait sincèrement étonnée qu’ils n’aient pas l’intention de se servir d’elle comme d’apéritif d’ailleurs… N’était-ce pas une bonne chose justement ? Ou désirait-elle vraiment avoir une raison pour se battre ? Non, elle semblait plutôt farouche mais pas idiote non plus. Les Ronsos étaient en toute évidence en surnombre et cela aurait été idiot de les provoquer inutilement juste pour le plaisir de se défouler un peu les poings et les pieds. Quoi qu’il en soit, cette jeune personne semblait avoir saisit qu’Alphinaud avait raison. Les Ronsos ne cherchaient en effet pas à l’attaquer en traître et étaient déjà, pour la majorité, retournés vaquer à leurs occupations tribales. Il n’y avait vraiment aucune crainte à avoir de ces créatures.

Décidément déterminée à rester directe du plus profond de sa personne, cette fille demanda spontanément si, alors, ils pourraient leur donner à manger. Alphinaud avait déjà mangé quelque chose au point de repos de la plaine félicité et ayant un appétit d’oiseau, il n’avait certainement pas les crocs actuellement. Toutefois, si elle avait faim, ce serait une possibilité— quoi que peut-être pas demandé de cette manière. Sa façon d’imposer sa famine sur la chasse des Ronsos ne perturba pourtant pas le vénérable Ancien qui appela un autre membre de sa communauté sauvage afin de quémander un repas. Il informa Alphinaud – plutôt que la concernée – que de la nourriture leur serait apportée avant de s’éloigner. Heureux de cette confiance mutuelle, l’élézen acquiesça avant de regarder le Ronso s’éloigner. C’est là que la farouche demoiselle se braqua sec en demandant ce que l’individu au pelage bleu avait mentionné, décidément bien méfiante vis-à-vis de ces gens.

« Il a l’intention de vous apporter ce que vous avez demandé. »

Impoliment et plutôt exigé certes, mais tout de même, cela revenait au même. Les Ronsos, pour la plupart de ce qu’il voyait en tout cas, n’étaient pas particulièrement un peuple qui s’outrait aisément. Quoi que Galik et Byran étaient des exceptions à la règle mais Alphinaud ne connaissait pas ceux-là. Il ne connaissait qu’une chose et c’était ce qu’il avait lut dans ces trop nombreuses livres. Il avait dû apprendre l’écriture spirienne d’ailleurs pour pouvoir lire, heureusement, il était du genre à apprendre rapidement. Mais cela ne concernait aucunement cette curieuse personne.

Farouche, c’était le moins qu’on puisse dire, mais elle était également très entêtée et fière. Oh, oui ça se voyait bien. Il ne se souvenait même pas avoir connu quelqu’un dans le genre… Même Alisaie n’exprimait pas aussi bien ses émotions. Elle n’aurait jamais cherché la bagarre avec une tribu étrangère. Malgré son attitude bien plus explosive que la sienne, elle aurait cherché à parlementer pour voir s’il y avait des raisons de faire preuve de méfiance. Enfin, autant ne pas parler d’Éorzéa… Les mots d’Hydealyn revenaient souvent en sa mémoire, lui rappelant qu’il devait se forger une place dans ce monde-ci et oublier son monde natal. C’était encore bien trop frais pour pouvoir le faire si simplement toutefois. Enfin… Autant se concentrer sur cette personne afin de se changer les idées et d’éviter de penser à tout ceci. Dans ces cas-là en plus, il avait l’impression d’avoir mal à la poitrine, pile là où l’épée du Brave de Cristal l’avait transpercé… Et c’était déplaisant.

« Que faites-vous dans les parages ? J’ai cru comprendre qu’il n’y a aucune ville au-delà de cette montagne. Seulement de nombreux monstres et des ruines considérées comme sacrées. Rien qui ne puisse attirer l’attention d’une personne lambda. »

Mais cette jeune demoiselle n’était pas lambda, à tout coup. Ce n’était pas une monsieur-madame tout le monde. Elle devait sûrement avoir une raison d’être là, mais laquelle ? Peut-être s’était-elle perdue aussi, c’était évidemment une possibilité. Toutefois, leur conversation fut coupée court lorsque, comme promis, on leur apporta de la nourriture. Le Ronso leur présenta un plat d’une viande épaisse et juteuse provenant sans doute d’un monstre de la montagne et d’herbes en guise d’accompagnement. Alphinaud sentit comme un blocage dans sa gorge en voyant le contenu de l’assiette. Non, ce n’était clairement pas pour lui, mais il espérait tout de même que la demoiselle était du genre carnivore. Oh, il aimait bien la viande. Mais là, c’était un peu trop pour lui… C’était bien trop gros et épais à son goût.

« Mangez, je n’ai pas faim. »

Il sourit doucement avant que son regard ne se tourne vers les mains de cette farouche combattante. Il remarqua à ce moment-là la plaie saignante qu’elle avait sur une paume. Ce n’était pas une très bonne idée de manger avec ça ! Ce ne serait clairement pas hygiénique.

« Attendez. Il tendit une main dans sa direction, paume vers le haut. Permettez ? »

Un coup d’œil vers sa main blessée et elle comprendrait sûrement de quoi il était question. Quoi qu’il en soit, qu’elle dépose sa main là ou pas, Alphinaud projeta un soin sur sa blessure peu de temps après pour refermer la vilaine plaie. Il aurait certes fallut qu’elle se nettoie les mains mais outre les passer dans la neige et les frotter un peu avec un tissu, il n’y avait pas grand-chose à faire. L’eau ne coulait pas à foison ici. Un hochement de tête plus tard pour désigner qu’il avait fini et elle pourrait vraiment cette fois attaquer sa nourriture. Alphinaud se contenterait volontiers de la regarder, n’ayant franchement pas bien faim en regardant l’épaisseur de cette viande bien trop juteuse. Enfin, chacun ses goûts…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mer 15 Juil 2015 - 17:56

On ne pourrait plus méfiante, July obtint une réponse de cet étrange énergumène : le ronso allait leur apporter ce qu’elle avait demandé et ce fut à ce moment que la demoiselle se relâcha complètement, comprenant qu’elle n’allait pas se faire attaquer. Elle s’installa par terre à cet endroit sans davantage d’attente et y resta en se demandant ce qu’elle pourrait faire ensuite. Continuer sur cette route dont elle ne savait rien ? Ce jeune homme allait éclairer sa lanterne d’ailleurs puisqu’il lui demanda ce qu’elle faisait dans les parages en sachant que si elle continuait, elle n’aurait rien d’autres que des sentiers et des ruines.

Sérieusement ? Elle allait droit dans un cul de sac ? July baissa la tête en se demandant ce qu’elle pourrait faire. Elle voulait tout visiter après tout mais elle ne pensait pas qu’elle arriverait dans un coin où il n’y avait aucune civilisation… Après, elle pourrait toujours lui dire qu’elle visitait et ça serait suffisant. Rien qui ne pourrait attirer l’attention d’une personne lambda disait-il. Il le croyait vraiment ?

« Je visite Pira alors je vais partout ! Même dans des ruines ! »

Des ruines dont elle ne connaissait pas le nom, un monde dont elle ne connaissait pas le nom. Après tout, elle ne savait même pas lire donc elle ne pourrait pas lire correctement le nom de ce monde non plus. Ce n’était pas Pira comme elle le disait mais bien Spira après tout… Le repas arriva et July ne se fit pas prier pour le manger, n’ayant aucune crainte de poison ou quoi que ce soit. C’était super bon mais elle se rendit vite compte que le plat qu’elle avait ne plaisait pas trop à son interlocuteur. Il n’aimait pas la viande ? Non, il n’avait pas faim qu’il mentionna juste ensuite. Par contre, avant qu’elle ne puisse poursuivre son œuvre, il lui demanda d’attendre un peu et il tendit une main pour qu’elle lui donne la sienne.

D’un œil incertain, elle le regarda prendre sa main et projeter une lumière dessus. Le sang resta présent certes mais la blessure se referma en un clin d’œil. C’était un mage, elle en était sûre dès l’instant où elle l’avait vu que c’était un mage ! En même temps, il ne semblait pas avoir d’épée ou d’arme physique… Quoi qu’on pourrait se dire qu’elle aussi elle n’avait aucune arme qui ferait d’elle une guerrière alors que pourtant, on pourrait se rendre bien compte qu’elle ne devait pas y connaître grand-chose en magie… Un certain manque de sagesse dirait-on…

« Merci… » Baragouina-t-elle en se disant qu’elle n’aurait pourtant pas du le remercier puisqu’elle n’avait rien demandé… Mais si c’était des ruines là où il allait… Pourquoi il y allait ? Il n’était pas une de ces personnes lamba dont il avait parlé probablement.

« Pourquoi tu vas dans ces ruines toi alors ? »

Evidemment, elle manquait tellement de politesse qu’elle n’irait pas vouvoyer un érudit… non, elle ne vouvoierait probablement même pas un dirigeant mais elle avait témoigné une certaine forme de respect au chef des ronsos sans même s’en rendre compte… Quoi qu’elle parlait du peuple de manière générale et s’adressait à eux de manière générale. Si son interlocuteur ne mangeait pas, elle ne s’en privait pas elle. C’était super bon et elle devait admettre qu’elle n’aurait jamais pensé que ça puisse être bon comme ça sans même qu’il n’y ait de sauce outre des herbes pour accompagner.

Elle termina donc sa part assez rapidement mais elle avait encore faim. Le jeune homme ne mangeant toujours pas, elle se permit de prendre sa part après lui avoir demandé l’accord tout en écoutant ce qu’il avait à lui répondre. Peut être pourrait-elle l’accompagner même si ça ne mènerait nulle part… Elle ne souhaitait pas retourner en arrière après tout ce qu’elle venait de faire puisqu’elle aurait l’impression d’avoir perdu du temps donc si elle aidait une personne, elle pourrait se dire que le temps n’aurait pas totalement été perdu après tout. Ainsi, entre deux bouchées, elle leva la tête vers cet être étrange pour pouvoir lui demander comment il s’appelait.

« Tu t’appelles comment sinon ? On pourrait aller jusque là bas ensemble. Ca me donnerait moins l’impression d’avoir fait tout ce chemin pour rien. »

Puisqu’il était clair qu’elle ne souhaitait vraiment pas repartir sur ses pas et se dire qu’elle était venue jusque là uniquement pour visiter des ruines. Ce n’était clairement pas son kiff mais ça pourrait être celui de cet individu. Elle allait le mettre à l’aise à révéler son identité aussi en révélant la sienne sans autre forme de procès.

« Moi, c’est July Mahime. »

Avec ce qu’elle avait déjà dit, le jeune homme pourrait parfaitement savoir qu’elle n’était pas de Spira justement et qu’elle devait probablement le visiter pour s’intéresser à une autre culture que la sienne. Maintenant qu’elle était rassasiée et plus ou moins reposée, July se montrait tout de même bien plus vivable qu’elle n’avait pu l’être à leur rencontre. Mais elle regardait toujours du coin de l’œil les ronsos : de son point de vue, c’était tout de même la première fois qu’elle voyait des monstres pacifiques qui étaient aptes de parler et de s’entendre avec des humains…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 16 Juil 2015 - 15:25

Il n’y avait qu’une seule raison pour laquelle cette fille s’aventurait même dans cette montagne au-delà de laquelle il n’y avait rien ; elle visitait le monde si bien qu’elle allait partout. C’était une raison incroyablement basique, mais une bonne raison quand même. La curiosité était souvent une justification suffisante pour s’aventurer dans des endroits dangereux. Ce n’était cependant pas une raison convenable pour la mort si jamais on tombait sur plus gros que soi… Cette jeune demoiselle semblait cependant savoir se défendre, elle l’avait bien prouvé en attaquant ces Ronsos sans la moindre retenue. Enfin, peut-être était-ce simplement de l’impulsion aussi, c’était possible. Elle aurait put juste être trop téméraire, ne pas réfléchir et bondir dans l’action sous l’effet d’un instinct de survie innée avant de songer à parlementer.

Quoi qu’il en soit, Alphinaud n’ayant pas faim, cette furieuse combattante se servait volontiers autant dans son plat que dans le sien, non pas que cela importune énormément l’érudit. Il venait de soigner la plaie qu’elle avait à la main et c’est d’un merci qu’elle lui prouva sa reconnaissance avant de continuer à manger. Elle semblait rudement affamée… ou était-elle simplement gourmande ? Peu importe la raison, elle mangeait à sa faim et en attendant, l’élézen prit place sur le sol devant elle. Il ne voyait aucune raison de s’en aller maintenant à vrai dire, il avait tout son temps devant lui. De toute façon, la jeune fille assise devant lui et bien préoccupée à manger lui posa une question, ce qui naturellement l’empêchait de se défiler. Elle voulait savoir pourquoi lui se dirigeait vers ces ruines. Alphinaud leva la tête pour observer le pic du Gagazet de son angle de vu avant de doucement sourire en ramenant ses yeux bleus vers le faciès de cette téméraire demoiselle.

« La curiosité. J’ai énormément lu au sujet de cette cité sacrée. Mais les livres ne sont bons que pour l’imagination. J’estime plus profitable de me rendre sur place moi-même et de m’apercevoir de quoi cet endroit peut bien avoir l’air. »

Quoi qu’il en soit, avec l’appétit assez féroce qu’elle semblait avoir, elle termina rapidement son repas en plus de celui d’Alphinaud. C’était un coup à avoir des nausées pendant le trajet mais soit, si elle était heureuse d’avoir le ventre plein, c’était tant mieux pour elle en un sens. L’élézen se leva donc et retira un peu de la neige qui s’était posée sur son manteau lorsque la farouche étrangère lui demanda quel était son nom. Elle suggérait qu’ils fassent route ensemble étant donné qu’ils allaient au même endroit de toute manière. Elle se présenta donc enfin sous le nom de July Mahime.

« Alphinaud Leveilleur. Je serais ravi de vous accompagner jusqu’à Zanarkand, July. »

Les habitudes avaient la vie dure et Alphinaud n’avait pas l’intention de cesser de la vouvoyer juste parce qu’elle le tutoyait. Il avait été élevé dans un environnement très maniéré après tout et avait apprit à s’adresser ainsi à tout le monde avec respect et courtoisie et ce, même lorsqu’il devait confronter quelqu’un sur sa façon de faire ou de penser.

July ne semblant pas désirer une quelconque pause et Alphinaud n’en ayant pas besoin, ils se mirent rapidement en route pour traverser cette trop grande montagne. Il y avait bien entendu beaucoup de chemin. Alphinaud avait une carte avec lui et pourrait affirmer que le Mont Gagazet couvrait une zone assez significative pour qu’ils doivent éventuellement prendre une pause lorsqu’ils arriveraient à une grotte par exemple. Ce serait risqué étant donné l’amoncellement de monstres qui se cachaient dans les environs mais ils n’auraient pas le choix. C’était moins suicidaire de fermer les yeux dans un semblant de sécurité que de lutter contre des créatures hostiles la fatigue plein la tête. Ils risquaient de s’effondrer au combat et ce n’était pas dans les intentions d’Alphinaud. Au sujet des combats, il fallait éclaircir ce détail…

« Je présume que vous savez vous défendre ? Beaucoup de monstres peuplent cette montagne. »

Et il faudrait assurément en confronter pas mal avant d’atteindre leur objectif. Alors qu’ils dépassaient les Ronsos et s’aventuraient sur le parterre de pierre où la neige recouvrait la surface grise, l’érudit pouvait déjà deviner quelques monstres qui battaient des ailes à l’horizon, d’autres qui flottaient simplement et certains qui longeaient les pans de la montagne, attendant une proie à venir déchiqueter de leurs bras immenses… Oh, la route s’annonçait longue et hardie. Avant qu’un monstre ne leur saute dessus, autant profiter d’un semblant d’accalmie pour papoter un peu.

« Vous n’êtes pas de ce monde n’est-ce pas ? Auquel cas vous auriez su ce qu’étaient des Ronsos. »

Direction : Les Sentiers
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Le Portique
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum