Après l'attaque de Nyara
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Ven 19 Fév 2016 - 18:27

Alphinaud et July viennent de la Forêt de Macalania

Maintenant le combat terminé, plus rien n’entravait leur route pour rejoindre Bevelle, July allait partir mais elle se permit tout de même de regarder ce que Alphinaud faisait pour s’assurer qu’il allait bien. Elle finit même par lui demander si ça irait mais, lui-même n’étant pas sûr, il ne fit que de répondre que oui et que, dans tous les cas, il devrait s’y rendre. Ainsi, les deux compagnons entrèrent finalement dans la ville sainte dévastée par les cultistes et par ce que la sorcière Nyara avait pu faire. Il n’y avait plus âme qui vive dans les rues et plus personne pour leur indiquer où étaient les zones sûres. Néanmoins, July put faire part d’une chose à son camarade lorsqu’elle s’en rendit compte.

« Il y a tout plein de lucioles comme tout à l’heure. On risque de se faire attaquer encore, non ? »

Oui et ce ne serait pas pour plaire à Alphinaud d’ailleurs mais l’élézen avait d’autres intentions que de se battre. Le temple était le premier lieu qu’ils pourraient visiter sur la route mais ce n’était pas sa cible même si ça paraître le plus logique de se rendre ici ; il préférait au contraire aller jusqu’à l’hôtel pour pouvoir vérifier quelque chose avant de se rendre au temple. July ne connaissant pas la ville, elle garda l’itinéraire d’Alphinaud plutôt que de faire sa tête brûlée et suivre sa propre route, elle n’aurait aucune raison de lui fausser compagnie après tout.

« D’accord, je te suis. »

L’hôtel n’était pas le plus proche mais ça serait rapidement atteint surtout avec personne pour les arrêter si ce n’était des furolucioles. July s’assura d’ailleurs de toujours passer aux endroits où il y en aurait le moins pour ne pas voir un monstre l’attaquer. Ce ne fut qu’une fois devant l’hôtel qu’elle se décida à lui parler de la question qui lui brûlait les lèvres depuis quelques minutes : que comptait-il trouver ici ?

« Tu crois qu’il y a des personnes qui se sont réfugiées ici ? »

C’était stupide de le demander comme ça mais elle ne voulait pas simplement dire que l’hôtel avait été tout aussi touché que le reste. Il y avait des vitres cassées, il y avait la porte d’entrée dans l’hôtel qui était brisée, rien ne laissait entendre qu’il y aurait des survivants ici mais Alphinaud n’allait pas perdre de temps pour entrer. Peut être que les personnes qui étaient ici étaient déjà parties maintenant… Rien ne permettrait de deviner qu’une personne aurait pu mourir ou partir d’ici si des furolucioles remplaceraient la dite personne.

En réfléchissant à toutes les choses qu’elle pourrait lui dire pour tenter de le convaincre qu’il ne trouverait personne ici, July se disait que c’était justement pour ça qu’il avait été affecté dans le vaisseau : il devait être conscient que la personne qu’il connaissait ici avait du se faire tuer si elle n’avait pas eu le temps de partir. La seule manière de le savoir serait de voir un registre de ceux qui étaient partis, de ceux qui étaient morts aussi… Peut être pourraient-ils se rendre à l’au-delà pour en avoir le cœur net mais pour l’instant Alphinaud désirait voir ce qu’il voulait savoir ici. L’endroit était sinistre et sentait la mort en tout cas… July ne s’y sentait pas bien du tout et aurait préféré ne pas avoir à y mettre les pieds. Si elle y était maintenant, ce n’était que pour pouvoir soutenir Alphinaud puisqu’elle sentait qu’il aurait besoin de soutien malgré qu’il faisait des pieds et des mains pour ne pas laisser paraître combien il pouvait être touché par cette attaque sur la ville.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 23 Fév 2016 - 11:27

Honnêtement, Alphinaud ne savait pas exactement à quoi s’attendre. Une chose était sûre ; il avait un mauvais pressentiment et son instinct ne lui mentait généralement jamais. Il était persuadé que ce sur quoi il tomberait serait négatif, déplaisant, assurément déboussolant, mais il n’avait pas le choix. Il devait en avoir le cœur net.

Pour le moment, ce qui préoccupait surtout July, c’était l’omniprésence des furolucioles. Il y en avait partout et elle demanda s’ils risquaient de se faire attaquer d’un moment à l’autre. Il était vrai que ces sphères colorées étaient symbole de mauvais augure mais Alphinaud ne pouvait pas lui répondre. Il savait ce que ça signifiait, il savait que ça voulait dire que de nombreuses personnes étaient mortes dans les environs mais ça, ce n’était pas tellement une surprise finalement.
« Sans aucun doute. Des monstres doivent s’être manifestés après la mort des habitants… Restons sur nos gardes. » Alphinaud avait déjà expliqué à July comment les monstres sur Spira venaient à prendre vie. Elle devrait donc comprendre assez facilement ce qu’il voulait dire par là. Puisque personne n’avait été là pour guider les âmes perdues et troublées vers l’Au-Delà, elles avaient sans doute dû se transformer en monstres et il y avait fort à parier pour qu’ils se fassent surprendre par un monstre à un coin de rue.

Ils arrivèrent devant l’hôtel qui avait été saccagé. Les cultistes avaient dû s’y faufiler, comme dans de nombreuses autres maisons, pour tuer les innocents et nourrir les desseins de leur ignoble gouvernante, cette Nyara. Alphinaud sentit son cœur accélérer alors qu’il dévisageait les fenêtres brisées aux étages. La curiosité poussa alors July à lui demander s’il croyait trouver des survivants ici.

« Je l'espère. » Répondit-il un peu sombrement. Sa voix s’était éteinte sur la fin, on devinait qu’il n’en était absolument pas convaincu. Trêves de bavardage donc, il s’avança pour pousser la porte qui émit une plainte et craqua comme si elle était abimée. Sans doute avait-elle été enfoncée de force. Incertain de ce qu’il devait penser, Alphinaud entra donc dans le hall de l’hôtel.
L’endroit était un véritable chantier. Le comptoir d’admission avait été vidé de ses tiroirs, des feuilles déchirées couvraient le sol, des meubles avaient été renversés, des étagères vidées de leurs contenus qui était maintenant étalés par terre… L’élézen contempla le spectacle avec amertume avant de s’avancer un peu pour rejoindre la porte menant aux chambres et aux escaliers.

Il ouvrit quelques portes sans rien trouver. La personne qu’il cherchait, la gentille dame qui lui avait confectionné ces vêtements et l’avait même hébergé gratuitement ici après l’avoir trouvé dans la forêt, semblait introuvable. Il n’y avait aussi personne d’autre. Dans quelques chambres, il eut la déplaisance de tomber sur du sang qui souillait les draps parfois, ou les murs lorsque le carnage avait dû être plus violent. Il commençait à décourager.

« Je n’ose même pas imaginer ce que ces pauvres gens ont dû subir… » Commenta-t-il tristement lorsqu’ils passèrent dans une chambre où le spectacle était des plus démoralisants, surtout lorsqu’on notait la présence d’une ravissante petite peluche moomba qui était couverte de sang. Alphinaud s’accroupit et la récupéra pour la regarder quelques secondes, l’air particulièrement déchiré. Des enfants avaient été tués dans cette attaque, évidemment, mais le constater soi-même était plus difficile que de simplement en être conscient. Cette Nyara était monstrueuse. Elle devait être arrêtée. Le plus vite possible…

L’érudit posa la peluche sur un bureau en prenant soin de la mettre en position assise, comme si cet acte aussi léger soit-il rendrait hommage au pauvre gamin qui adorait tant cet objet, avant de quitter la pièce, la mine sombre. Il leur restait encore l’étage à fouiller… Ils ne devaient pas abandonner, peut-être trouveraient-ils quelqu’un.
Ou peut-être ne trouveraient-ils rien du tout…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 27 Fév 2016 - 11:27

Toujours en restant sur leur garde pendant qu’ils avançaient, Alphinaud et July ne tardèrent pas à arriver devant l’hôtel dont la porte branlante finit par tomber par la poussée du jeune homme. Il espérait trouver des survivants dans cet endroit mais déjà le hall d’entrée annonçait la couleur de ce qu’ils trouveront plus tard. Le bazar était tel qu’on pourrait supposer qu’il y avait eu de nombreuses luttes ici mais qu’au final, c’était le surnombre des cultistes qui avait fait la différence. Des meubles, des affaires et du sang couvraient maintenant le sol et même les murs par moment. Les escaliers pour aller sur les étages étaient dans le même état mais personne n’était plus présent pour pouvoir raconter ce qu’il se passait. Il n’y avait que des furolucioles pour laisser comprendre que Nyara avait fait le ménage proprement et scrupuleusement.

Les chambres étaient dans un état pire encore puisqu’on pourrait comprendre que des personnes n’avaient certainement pas eu la chance de se défendre. Voir une peluche ensanglantée leva le cœur de July qui se mettait sans aucune difficulté à la place de cet enfant qui avait été tué dans la peur en serrant cette petite chose contre lui. Elle détourna le regard de ce que faisait Alphinaud à ce moment là malgré que son camarade tentait de rendre un dernier hommage à ce petit bonhomme probablement décédé comme la majorité des autres personnes ici.

Déterminée à mettre un terme à Nyara, July sentait une rage bouillir en elle à un point tel que même la Shinra s’avérait être une douce entreprise à côté. Si elle rencontrait un cultiste, elle ne le tuerait pas directement : elle prendrait grand soin de le faire souffrir un maximum avant qu’il ne meure juste pour apaiser la douleur qu’elle ressentait à voir une telle chose. Alphinaud n’était pas en reste mais il tentait de garder une face forte et déterminée pour ne pas céder maintenant. Pourtant July était bien plus difficile à garer calme. Elle avait les dents serrées et espérait ne pas en voir davantage mais elle put entendre du bruit dans une pièce lorsqu’ils retournèrent dans le couloir. Ni une ni deux, elle fonça ouvrir la porte de la chambre en question pour simplement voir un homme qui tenait sa femme mourante dans ses bras. Il suffit qu’elle ouvre la porte pour qu’elle vole en furolucioles.

Le spectacle serra l’abdomen de July qui chercha du regard quelque chose sur quoi elle pourrait taper mais rien n’était présent, rien ne pourrait lui alléger la douleur qu’elle ressentait et, le pire dans l’histoire, c’était que cet homme était lui-même très mal en point. On pouvait noter qu’il avait une jambe coupée au niveau du genou ce qui l’empêchait de ne serait-ce que se lever, il était difficile de savoir si c’était de son sang qu’était couvert ses vêtements ou celui de cette personne qui venait de disparaître. Pourtant, lorsque July se dirigea vers lui pour tenter de lui porter secours, elle avait même déjà sorti une potion malgré l’inutilité de la chose, elle le vit abandonner ses dernières forces et lui aussi disparaître sans pouvoir dire le moindre mot.

Jamais elle n’avait assisté à la mort d’une seule personne en direct. A chaque fois, June s’était bien assurée qu’elle ne soit pas dans les parages si bien qu’elle n’avait jamais même vu une personne morte dans sa vie. Elle commençait à réaliser ce qu’elle voyait mais c’était comme si elle n’était plus dans son corps pour le contrôler. L’idée de trouver des survivants était tellement risible qu’elle se demandait même pourquoi elle avait simplement espéré… Et encore, elle ne connaissait personne ici contrairement à Alphinaud. Elle releva le regard vers lui en se disant qu’elle devrait être forte, au moins pour lui, pour pouvoir non seulement garder la face mais aussi le soutenir lorsque lui ne pourrait plus tenir. C’était surtout lui qui risquait d’avoir besoin d’aide et non pas elle.

« Je tuerais cette sorcière et tous ses larbins dans les pires souffrances qui peuvent exister. » Dit-elle entre ses dents, la tête bien basse et le regard fixé sur le sol couvert du sang de cet homme, l’emplacement où il était avant de se dissiper. « Ils ont intérêt de se planquer lorsque j’arriverais parce que je ne les épargnerais pas. »

Elle sentait la rage continuer de l’envahir mais elle tentait de garder le plus possible son calme alors qu’elle se retournait pour pouvoir finalement démontrer à Alphinaud qu’il n’y avait plus rien à faire ici. Il devait seulement rester quelques pièces mais ça ne serait pas différent d’ici sauf si quelqu’un aurait réussi à se cacher de ce massacre. Ce n’était pas le cas de quiconque jusqu’à maintenant néanmoins…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 1 Mar 2016 - 11:19

L’hôtel avait été mis à sac, vidé de son contenu mais également de ses occupants qui avaient été tués les uns après les autres. Tandis qu’Alphinaud marchait en fixant le sol du couloir, il ne se posait qu’une seule question ; qu’est-ce que le Culte espérait accomplir ? Pourquoi tuer tous ces gens, pourquoi terroriser Bevelle ? Avait-elle tenté de frapper un lieu connu pour ébranler la population de Spira ? Ce n’était pas facile de se mettre à la place de cette ignoble sorcière… Une chose était sûre cela dit, ses desseins étaient sombres et malsains. Ils devaient l’arrêter, ils devaient trouver un moyen de stopper cette femme, sinon un jour, elle réduirait le monde entier en cendres… et continuerait jusqu’à tous les renvoyer à l’état de poussières.

Alphinaud réfléchissait de trop puisqu’il fut étonné d’entendre July foncer dans une pièce à côté de laquelle ils passèrent. Elle s’engouffra à l’intérieur et se jeta sur quelques survivants, enfin, un survivant… Un brave homme tout tremblotant qui tenait le corps de sa femme morte dans ses bras. L’élézen suivit son amie pour s’apercevoir de la situation et sentir un sentiment de tragédie l’envahir dans la seconde. Par Hydaelyn, pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de mal ? Et pourquoi ici, et maintenant ?
Déboussolé, Alphinaud ne s’approcha que de quelques pas alors que July essayait en vain de prendre une potion pour soigner ce pauvre homme. Malheureusement, et ça l’érudit l’avait déjà saisit, il était déjà mort. Il tenait le coup pour sauver son épouse mais rien n’y fit et le couple se réduisit en furolucioles sous le regard marqué de la jeune guerrière. Touchée par ce qu’elle venait de voir, elle affirma vouloir anéantir cette sorcière et ses larbins… Alphinaud ferma les yeux quelques secondes, cherchant de quoi répondre. Il les rouvrit après quelques secondes pour voir une July au regard rempli de rancœur et de haine devant lui.

Il ne dit rien cette fois. Il n’avait rien à dire. Il avait déjà rencontré la mort plusieurs fois au courant de sa vie, en même temps, comment être épargné d’une chose aussi banale sur Éorzéa ? Cependant, il devina rapidement que July n’avait pas cette chance – si on pouvait appeler ça ainsi. Cette expérience du métier, plutôt. Son regard troublé le laissait comprendre. Du coup, il se sentit navré pour elle, navré qu’elle ait eut à voir une telle chose. Même pour lui, c’était difficile, et pourtant ce n’était pas si nouveau que ça à ses yeux.

Avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit cela dit, ou même faire un geste compatissant, il sentit ses oreilles siller. Un sifflement indistinct qui vint lui chatouiller les tympans et qui le poussa à se tourner pour tomber nez à nez avec une silhouette sombre dans le couloir. Un personnage masqué, encapé de noir, qui se préparait à attaquer. Il était armé d’un arc magique… Alphinaud comprit vite que ce n’était pas lui qu’il visait mais July. Ce qu’elle venait de dire n’avait pas dû lui plaire. Personne ne menaçait Nyara, semblerait-il, sans en subir les conséquences…

« Ne reste pas là ! » Ni une ni deux, il la bouscula brutalement d’un coup d’épaule, ce qui la propulsa sur le sol. La flèche quitta l’arc à ce moment-là pour lui transpercer violemment l’épaule gauche. L’impact le fit reculer de plusieurs pas, jusqu’à se retrouver dos à une fenêtre abimée. En toute évidence, cette personne était un Cultiste. Alphinaud avait donc vu juste ; il en restait encore quelques uns dans la ville. Ils patrouillaient sûrement pour trouver quelques dernières victimes à abattre avant de disparaître dans l’ombre.

« Tsch… » C’est que ça faisait un mal de chien en plus ! Les dents serrées et le souffle court, Alphinaud leva péniblement une main pour attraper la queue de la flèche et s’apercevoir rien que d’un petit geste qu’elle était profondément plantée dans son corps. Impossible à retirer juste comme ça… et qui plus est, il n’avait pas tellement le temps avec ce type qui préparait déjà une autre flèche.

« La prochaine touchera le cœur. » Lança sombrement le Cultiste. Alphinaud eut forcément le réflexe de vouloir bouger avant de s’apercevoir avec horreur qu’il ne le pouvait pas. Ses jambes n’obéissaient plus et son corps commençait à s’endolorir. Un goût ferreux lui remontait dans la gorge. Son regard marqua sa stupéfaction. Cette flèche était empoisonnée et l’avait paralysée. Même parler lui fut impossible, il ne pourrait donc pas utiliser sa magie… Son cœur entra en tachycardie, ce qui lui fit tourner la tête. Il dévisagea le Cultiste avec une haine notable en s’attendant déjà à voir l’autre flèche lui filer dans la poitrine. Mais il ne perdrait pas espoir si vite. Il avait encore une arme.
Il avait encore July.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 1 Mar 2016 - 20:52

Toujours à réfléchir à toute sorte d’atrocité qu’elle pourrait faire subir à Nyara, July regardait l’emplacement où les deux corps avaient été juste avant. Alphinaud regardait derrière elle de son côté mais il respectait visiblement ses choix étant donné le silence qu’il laissait paraître. Ce ne fut que lorsqu’elle se fit pousser que l’adolescente comprit qu’elle venait d’éviter de justesse un projectile. Le poids plume dont elle faisait part à Alphinaud se retrouva sur le sol et elle fut aux premières loges pour voir la flèche se loger dans l’épaule de l’élézen. Son cœur se souleva aussi vite qu’elle fut redressée, elle tourna la tête à une vitesse si grande qu’elle aurait pu créer une onde de choc. Ce fut l’impression qu’elle eut du moins.

Même ce qu’il lui avait dit, même ce qu’il laissait entendre prouvant sa douleur, ça ne passait plus dans ses oreilles. Le sang battait tellement fort dans ses tempes qu’elle ne captait presque plus rien. Elle vit et entendit le type qui préparait une nouvelle flèche. Il parla de la faire passer dans le cœur d’Alphinaud et cette fois, July comprit que la menace était non seulement réelle mais aussi que cette menace lui faisait très peur. Si elle ne faisait rien, il allait tuer Alphinaud et elle resterait là à le regarder…

« Non ! » Hurla-t-elle alors qu’elle se jeta sur le cultiste. Elle n’avait probablement jamais été aussi rapide à partir, jamais aussi protectrice même avec June. Elle s’était littéralement mise devant l’arc de ce type, elle n’avait pas attendu qu’il tire pour envoyer son poing en avant alors qu’elle courrait toujours. Alors qu’elle était consciente que sa force suffirait à casser les côtes d’une personne normale, elle ne visa pourtant pas le ventre, l’épaule voire même les bras, elle envoya toute sa puissance en pleine tête de cet individu. La flèche partit au même moment et si July sentit une égratignure lui lécher le visage, elle ne réalisa pas qu’elle venait de l’éviter de même pas un doigt.

Le pauvre homme – façon de parler évidemment – se retrouva pour sa part mort sur le coup. Le coup de poing de July venait d’émettre un tel craquement qu’on pouvait déjà deviné qu’il devait avoir la nuque brisée. Mais vu qu’il passa au travers le mur en face d’elle, il fallait supposer qu’il ne se relèvera de toutes façons pas.

Cet excès d’adrénaline s’estompa assez vite et July sentit une douleur foudroyante dans son poing mais, bien qu’elle tenta de la contrôler en serrant les dents, elle se retourna en restant inquiète pour son ami. Il ne pouvait plus bouger, il ne pouvait peut être même plus respirer : cette flèche avait quelque chose d’handicapant mais elle ne savait pas quoi. Ce n’était pas létal cependant puisqu’il ne se serait pas cassé les pieds à vouloir en décocher une autre.

« Ca va Alphinaud ? »

Elle ne savait pas du tout ce qu’elle pourrait faire pour retirer cette flèche. Elle tenta de regarder ce qu’elle pourrait faire mais elle savait que ça lui ferait mal si elle tirait simplement dessus… Elle n’était pas médecin non plus et ne savait pas du tout comment s’y prendre. July chercha pourtant à savoir ce qu’elle pourrait faire mais comme elle ne ressortait pas de l’autre côté, il y avait fort à parier qu’elle s’était arrêtée au niveau d’un os. Elle était peut être plantée dedans et ça serait encore plus difficile de la retirer de la sorte.

Sans s’en rendre compte, tout ce qu’elle vivait actuellement avait fait couler des larmes sous les yeux de July, elle sentait son cœur se faire écrabouiller à chaque souffle qu’elle devait prendre mais elle ne savait même pas quoi faire pour aider Alphinaud. Elle était désemparée et n’arrivait rien à faire de mieux que le regarder, impuissante, à la recherche de la solution miracle pour l’aider à aller mieux.

« Est-ce que je dois retirer la flèche ? » Demanda-t-elle finalement en allant déposer le plus délicatement possible sa main dessus pour ne pas l’enfoncer davantage par inadvertance. Elle déposa l’autre sur la poitrine de son ami et elle n’attendit que le signal pour tirer d’un mouvement sec et la retirer. Elle pouvait presque sentir la douleur qu’il ressentait, elle pourrait même dire avoir si mal au cœur que ça devait être plus ou moins la même chose. Néanmoins, elle crut entendre des pas et elle regarda vivement derrière elle pour s’assurer que personne d’autre ne viendrait. Non, elle ne vit personne. Elle retourna à ce qu’elle devrait faire et, la voix tremblante, sachant qu’elle n’aurait pas le choix pour qu’Alphinaud puisse se libérer de cette paralysie, elle donna un compte à rebours pour le prévenir de ce qu’elle allait faire.

« A trois, je l’enlève… » Elle peinait à ne pas faire trembler sa voix mais si la colère y aurait été pour quelque chose, c’était surtout la peur actuellement… « Un… Deux… » Et elle ne fit même pas trois. Dans le prolongement du deux, elle tira suffisamment fort pour entendre un craquement et ressortir la flèche sans ressortir autre chose avec si ce n’était beaucoup de sang. Il y en eut une bonne giclée sur elle d’ailleurs mais elle eut le réflexe presque immédiat de lâcher la flèche et d’aller appuyer dessus avec ses mains pour arrêter l’hémorragie. Elle était drôlement proche d’Alphinaud mais pour l’heure, elle ne s’en souciait pas une seconde, elle espérait juste ne pas lui avoir fait une douleur atroce en agissant comme ça même si elle en doutait fortement…

« C’est fini, c’est bon… C’es terminé… » Fit-elle surtout pour se rassurer elle plutôt que pour rassurer Alphinaud.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 6 Mar 2016 - 11:10

La situation était relativement gênante, autant l’admettre. Et pas dans le sens de je-suis-drôlement-embarrassé-et-je-devrais-avoir-honte mais bien davantage du côté de je-vais-me-faire-tuer-dans-trente-secondes-et-je-peux-rien-y-faire. Autant dire qu’Alphinaud ne pouvait ni bouger ni se défendre, cette flèche l’avait entièrement paralysé de la tête aux pieds et ça attaquait même ses organes, signe qu’en plus de la paralysie et du mutisme qui avait serré sa gorge, il y avait également un poison virulent dans la pointe de cette flèche. Le cultiste avait vraiment bien joué ses cartes… Il avait sut qui essayer de frapper en sachant que la force physique de July était très puissante, mais il avait eut une cible différente dont il souhaitait se défaire illico-presto maintenant.

Ni une ni deux, July fonça sur l’ennemi et lui brisa sans aucun doute la nuque en plus de bien d’autres os de son visage à n’en pas douter. Le cultiste n’eut pas le temps de décocher une autre flèche mais July eut l’opportunité de passer à un doigt à peine de se faire transpercer le visage par la pointe de celle-ci. Une ligne rouge sanguinolente souillait sa joue et Alphinaud eut de quoi le voir de proche lorsqu’elle revint vers lui pour lui demander s’il allait bien.
Honnêtement ? Non.

Il ne pouvait plus parler ni se mouvoir, donc inutile d’essayer bêtement de répondre à July. Il ne pouvait que la regarder et c’était bien pénible parce qu’il aurait put au moins procéder à quelques soins avant de retirer cette flèche… car ça fit bien mal à la seconde où July la toucha. Elle demanda s’il fallait l’enlever avant de décider de le faire quand même. Elle ne semblait pas rassurée du tout avec la situation et un faux mouvement pourrait bien empirer la propagation du poison. Le cœur et le cerveau n’avaient pas encore été touchés, mais c’était probablement la seule chose qu’il restait encore à empoisonner, donc autant faire vite.

Alphinaud ne vit pas le coup venir lorsqu’elle retira la flèche. Une pulsion d’adrénaline se fit sentir accompagnée d’une aveuglante douleur qui laissa le visage de l’élézen marqué de souffrance. S’il se pencha en avant sur le coup, la réaction soudaine de July pour boucher la blessure de ses mains le repoussa aussi sec contre le mur. Et voilà qu’elle avait du sang dans les cheveux, si ce n’était que ça… C’était dommage quand même mais là n’était pas le moment de songer à l’esthétisme des choses. Bon, au moins c’était retiré maintenant. Il entendit la guerrière marmonner que c’était terminé, que ça allait. Et effectivement, maintenant que la flèche était enlevée, Alphinaud commençait à sentir qu’il reprenait le contrôle de son corps et qu’il pouvait peu à peu un peu mieux bouger.

« Merci… » C’était beaucoup plus difficile qu’il ne le pensait que de parler. Un goût ferreux était toujours sur sa langue et ce simple mot peina à sortir de façon compréhensible. Encore souffrant cela dit, il tenta au moins d’alléger ses souffrances en levant une main pour projeter un sort curatif sur sa personne. Ce fut maladroit et lent mais il parvint à invoquer les puissances de sa magie pour au moins panser un peu la blessure, même si ça ne soigna pas l’intégralité du mal. Il faudrait se reposer un peu avant de penser repartir, en espérant qu’il n’y aurait pas d’autres cultistes dans les parages…

Cela dit, July semblait vraiment marquée par ce qui venait de se passer. Il notait les tremblements de ses pupilles, sa façon précipitée de s’être jeté sur l’ennemi et aussi son obstination à vouloir garder ses mains sur sa blessure comme si elle craignait qu’il ne souffre d’une hémorragie. L’ouverture s’était partiellement refermée mais sans doute ne s’en rendait-elle pas compte. C’était… curieusement touchant. Elle l’avait protégée et aurait bien put mourir dans la manœuvre. Ça avait de quoi faire un drôle d’effet au creux de la poitrine, ou plus précisément, au cœur.
Comme ça commençait à aller un peu mieux, il leva une main à nouveau pour aller la déposer sur la sienne et ainsi lui faire signe qu’elle pouvait s’arrêter. Le coup d’adrénaline qu’elle avait eut avait dû l’épuiser. Cela dit, il lui était reconnaissant. Sans son intervention aussi violente que soudaine, il serait certainement mort à l’heure actuelle, et la seconde chance qu’Hydealyn lui avait donnée aurait été gaspillée bien trop rapidement.

Par contre, un détail le gênait. Il lâcha la main de July pour la diriger vers son visage et effleurer du pouce la vilaine coupure que la flèche lui avait fait. Une petite concentration et un soin quitta ses doigts pour refermer cette blessure. Bien, ça c’était une bonne chose de faite. Cependant, garder le bras levé lui demandait trop d’efforts, aussi le laissa-t-il mollement retomber.

« Si tu n’y vois pas d’inconvénient… J’aimerais rester là en attendant de reprendre des forces… Je doute de pouvoir bouger pour le moment. » Il sourit, navré, en espérant que ça ne l’incomberait pas. Il était toujours inquiet pour cette brave dame qui l’avait secouru à son arrivée sur Spira mais quoi qu’il veuille faire, il ne pouvait pas bouger pour le moment. Ses jambes ne répondaient pas à ses commandes et il préférait attendre que sa respiration soit redevenue normale avant de faire quoi que ce soit…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 6 Mar 2016 - 13:51

Encore tremblante après ce qu’elle venait de vivre, July savait qu’elle devrait agir vite mais dès que la flèche fut retirée, elle ne sut pas davantage comment réagir et elle avait donc plaqué ses mains sur la blessure pour éviter l’hémorragie aussi vivement que possible. Elle ne s’en rendait pas même compte et, à vrai dire, elle ne s’en souciait pas une seconde, elle se mettait du sang partout sur ses vêtements, elle en avait jusqu’à ses cheveux mais tout ce qu’elle désirait, c’était aider Alphinaud à s’en sortir. Elle reprit conscience de la réalité seulement en entendant sa voix, certes faibles encore avec ce qu’il venait de vivre, lui dire un merci. Elle redressa la tête sans relâcher la pression mais elle sentit un soulagement l’envahir.

Se faisant, elle put alors réaliser qu’elle avait eu si peur que son cœur battait à un rythme et une intensité effroyable. A vrai dire, son cœur battait si fort qu’on pouvait la voir bouger légèrement à chaque nouvelle impulsion. Alphinaud faisait des efforts pour se soigner comme il le pouvait et amoindrir autant la douleur que l’écoulement du sang. En fait, ça ne devait même plus saigner mais July était encore sur la blessure pour l’empêcher de couler. Son regard était encore affolé mais elle s’apaisait au fil du temps jusqu’à ce qu’elle ne ressente la main de son ami effleurer sa joue pour ressentir une intense chaleur venir la réconforter et lui faire un bien fou. Malgré sa situation, elle eut un vague sourire devant le geste qui pourtant lui rappelait que ce n'était pas elle qui était le plus mal mais ça lui fit chaud au coeur également.

« Repose toi d’accord ? » Parvint-elle à dire alors, maintenant assez calmée pour comprendre qu’il allait mieux. Elle relâcha donc un peu la pression sans manquer de bien regarder l’emplacement de la blessure désormais largement dénudé par le retrait de la flèche. Il y avait un trou mais elle constatait que ça ne saignait plus… Sans se soucier de tout l’hémoglobine présente sur ses mains et ses bras – et si ce n’était que ça – July avait elle aussi laissé retomber ses bras le long de son corps mais elle était rassurée. Elle soupira pour expulser toute cette pression qui lui martelait encore la tête et la poitrine. Qu’est-ce qu’elle avait eu peur. Elle se sentait encore crispée, elle se sentait courbaturée, elle avait d’ailleurs encore mal au poing mais elle put voir qu’Alphinaud allait bien. Il lui demanda d’ailleurs s’ils pourraient faire une petite pause ici parce qu’il doutait pouvoir beaucoup bouger.

« Oui, c’est bon. Il faut que tu te reposes. » Répondit-elle aussitôt qu’il eut laissé le silence reprendre son cours. July avait envie de le prendre dans ses bras mais son regard suivi encore une fois le chemin de la blessure qu’il avait et elle jugea que ce n’était pas la peine de le faire sans quoi elle risquait de lui faire mal. Néanmoins, il serait certainement mieux à dormir dans le lit si bien que cette fois, sans son accord, elle se rapprocha de lui, se positionnant sur le côté probablement attisant la surprise du jeune homme. Elle le souleva en gardant une main derrière son dos pour le soutenir et une autre en dessous de ses genoux et elle alla le déposer juste à côté dans le lit. Il n’y avait pas de drap ou alors il était collé contre le lit à cause du sang qu’il y avait eu dessus mais ça ne serait pas une gêne, Alphinaud serait bien mieux sur un matelas si bien que July l’y déposa avant de reprendre la parole, se recula un peu du lit.

« Je vais veiller au cas où. »

Oui, c’était ce qu’elle désirait faire mais elle était tout de même très fatiguée avec toutes les émotions qu’elle venait d’avoir. Elle alla jusqu’à la porte pour pouvoir regarder le couloir fantôme de cet étage, elle referma la porte et revint vers le lit pour pouvoir s’installer assise à côté de son ami. Elle le regarda un moment comme si elle espérait le voir s’endormir. July avait ramené ses genoux contre sa poitrine et mettait ses pieds sur le lit sans la moindre gêne. Néanmoins sans même s’en rendre compte, elle pensait avoir fermé les yeux ne serait-ce qu’une seconde de son côté mais il se trouva que ce serait certainement bien plus long puisqu’elle s’endormit comme ça, déposant simplement la tête sur ses genoux, ses cheveux venant se positionner devant son visage.

Etant donné qu’elle regardait Alphinaud, ce dernier pourrait très nettement voir qu’elle venait de tomber dans le sommeil. Elle qui voulait veiller sur lui, elle qui espérait pouvoir surveiller que personne ne viendrait lui faire du mal, July aurait beau avoir tenté de se montrer forte, elle était trop fatiguée pour ne serait-ce que faire semblant qu’elle veillait sur la sécurité du mage. Mais elle avait le sourire, on ne pourrait plus ravie d’avoir pu le protéger et de l’avoir sauvé.

La pression était bien largement retombée pour elle en tout cas, elle semblait être paisible comme ça et se reposerait suffisamment avant de partir… Du moins, Alphinaud pourrait l’espérer puisqu’elle s’en voudrait d’être tombée de fatigue de la sorte lorsqu’elle sortirait de cet état de sommeil.

July se repose (Restauration de 40% de HP et MP)
Fiche modifiée.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 6 Mar 2016 - 15:04

Maintenant, il n’y avait plus rien à faire sauf prendre du repos et espérer pouvoir être remis sur pieds rapidement afin de quitter les lieux. Lui qui tenait tant à venir ici, autant dire qu’il avait récupéré un bien mauvais souvenir de cet endroit… Mais Alphinaud savait qu’il y avait encore des lieux à fouiller. Il ne perdrait pas espoir aussi simplement de trouver des survivants. Cela dit, pour le moment, il ne pouvait pas bouger de toute façon donc c’était inutile de penser pouvoir arpenter la ville dans cet état. Comme July le lui indiqua clairement, il devait se reposer pour le moment. C’était la meilleure chose à faire.

Alphinaud acquiesça en s’attendant à dormir simplement là où il était, mais July avait d’autres plans. Elle eut de quoi surprendre le jeune homme lorsqu’elle décida de le transporter de la force de ses bras jusqu’au lit pour qu’il puisse convenablement se reposer. Voilà une chose à laquelle il ne s’attendait pas du tout mais soit, il fit avec. Ce serait toujours plus adapté que le sol. N’ayant pas trop l’envie de parler, il lui sourit pour lui prouver sa reconnaissance et hocha juste fébrilement de la tête lorsqu’elle mentionna qu’elle veillerait.

Il pourrait donc dormir sur ses deux oreilles, même si ce n’était pas trop tentant étant donné l’état des lieux.
Qu’il le veuille ou non de toute façon, le poison s’était chargé de son état physique. Il était obligé de dormir afin de permettre à son corps de se soigner tout seul. Avec cette idée en tête, il ne tarda pas trop à laisser ses paupières se fermer. Chaque respiration était encore brûlante mais au moins en dormant, il ne le ressentirait plus de trop, du moins l’espérait-il. Ce serait bête de vouloir se reposer et finalement se faire importuner incessamment par une douleur à laquelle il ne pouvait échapper étant donné qu’il devait bien respirer pour vivre, après tout.

Le silence était pesant, mais il fut le bienvenu pour vraiment se reposer. L’élézen trouva le sommeil assez rapidement malgré un début difficile à cause de la blessure encore piquante. Il ne dormit pas trop longtemps, deux heures tout au plus, mais ce fut suffisant pour emmener le crépuscule à leurs portes. Il ferait bientôt nuit… ce ne serait pas une bonne stratégie de rester là.

Difficilement, l’érudit de Sharlayan se redressa. Il réalisa avoir retrouvé le contrôle de son corps, même si ses membres étaient un peu endoloris mais sa respiration était redevenue normale et son cœur ne battait plus aussi vite. Outre un goût des plus amers dans la gorge, ça allait. Il tourna la tête pour voir comment allait July juste pour s’apercevoir qu’elle s’était endormie dans une position très déplaisante. Elle allait avoir mal au dos en se réveillant… De toute façon, ils ne devaient pas rester ici encore trop longtemps, il faudrait donc la réveiller.

« July ? » Il leva une main pour l’apposer sur son épaule et gentiment la secouer. « Nous devrions partir. La nuit va tomber. »
Ce n’était pas qu’il craignait le noir mais il n’y avait aucun endroit où se reposer à Bevelle. Qui plus était, le Transporteur n’était sans aucun doute plus utilisable. Ils devraient donc traverser la forêt à nouveau et espérer pouvoir rejoindre au moins le comptoir de la Plaine Foudroyée. L’avantage à avoir fait une sieste, c’était qu’ils pourraient sûrement tenir le coup jusque là malgré l’avancement de la période nocturne.

Dès qu’elle releva la tête, l’air encore bien dans les vapes, il lui sourit doucement avant d’enlever sa main de son épaule. Il tourna la tête ensuite vers la fenêtre qui démontrait clairement un paysage orangé aux teintes rougeoyantes qui annonçait la tombée de la nuit. Ils avaient encore quelques recherches à faire dans l’hôtel en plus, et Alphinaud ignorait encore à quoi s’attendre. En ramenant son attention vers son amie, il se dit surtout qu’ils auraient besoin d’une bonne douche dès qu’ils auraient accès à une auberge. La pauvre avait du sang jusque dans les cheveux, quelques éclaboussures avaient souillées ses mèches blanches. Il se sentit mal à l’aise d’ailleurs. C’était quand même son sang à lui qu’elle avait sur elle, et cette idée était déplaisante.

« Comment te sens-tu ? » Il attendit qu’elle réponde pour poursuivre. « Puisque j’ai retrouvé ma mobilité, j’aimerais fouiller ce qu’il reste de l’hôtel… ensuite, je crois qu’il serait plus sage de quitter les lieux. Je doute que le cultiste qui nous a attaqués était seul. D’autres doivent rôder dehors. » Qui plus était de toute façon, ce n’était pas l’endroit pour rêvasser ou traîner. Ils étaient venus chercher des survivants et n’en avaient pas trouvés… et Alphinaud, malgré son côté aussi optimiste que réaliste, n’était pas convaincu qu’ils en trouveraient. Cela dit, ça ne coûtait pas grand-chose d’encore chercher un peu pendant qu’ils en avaient l’opportunité.

Alphinaud se repose (40% de HP et de MP restaurés)
Fiche modifiée.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 6 Mar 2016 - 20:51

Les yeux clos, elle s’endormit dans le temps de le dire et lorsqu’elle se réveilla, ce fut parce que Alphinaud avait mis sa main sur son épaule pour la secouer un minimum. Doucement mais sûrement, elle sentit la pression et se réveilla progressivement sans comprendre pourquoi elle était dans un état comme celui là. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Elle surveillait que personne ne s’approche mais elle se rendit compte que son ami était redressé et allait bien mieux. Elle comprit à ce moment là qu’elle s’était fort probablement endormie. Elle avait les yeux collants et aurait bien besoin d’un lit pour pouvoir prendre du vrai repos. Ca devait faire au moins deux jours qu’elle ne dormait pas si ce n’était peut être même trois. Depuis qu’elle était sur Spira, elle n’avait pas dormi dans un lit du moins et n’avait pu prendre que de vagues repos ici ou là.

Il lui mentionna que la nuit allait tomber et qu’ils seraient mieux de repartir avant que ça ne soit le cas. Elle suivit son regard par la fenêtre et put comprendre qu’il était temps de partir effectivement. Elle se sentait mal de s’être endormie alors qu’elle lui avait dit qu’elle veillerait et sentit une certaine honte lui prendre le ventre. « Désolée… Je me suis endormie. » Fit-elle seulement.

Elle avait du mal oui, elle n’était pas du matin et c’était surtout parce qu’elle avait beaucoup de difficulté à se réveiller. Là, elle était en plus de ça encore fatiguée et sentait toujours une certaine pression dans sa main à cause du coup qu’elle avait fait précédemment. Elle regarda d’ailleurs la porte et put croiser tout le sang maintenant séché qu’elle avait sur les mains, les poignets, les bras ou encore sa tenue, plus particulièrement sur le haut.

Chose qu’elle pourrait noter facilement aussi, c’était le mal de dos qu’elle avait. Pile au milieu du dos, elle sentait comme une pression qui l’obligea à s’étirer de manière exagérée vers l’arrière, ressortant pleinement la poitrine – non pas qu’elle en aurait besoin pour troubler Alphinaud non plus. Un craquement se fit parfaitement entendre dans la manœuvre et ça lui fit un bien fou avant qu’elle ne puisse entendre son ami lui demander si elle allait bien, précisant la situation pour lui et ce qu’il comptait faire : terminer la visite de l’hôtel, il ne restait que cet étage là à terminer après tout.

« D’accord. Ca va pour moi, t’inquiète. On devrait peut être chercher un truc pour ta blessure avant de partir aussi. Il doit bien y avoir une infirmerie ou un hôpital dans la ville pour désinfecter, non ? »

July était de nature à ne s’inquiéter que d’elle mais là, elle se surprenait elle-même à penser à Alphinaud aussi. Pourtant, ce n’était pas son genre de s’inquiéter d’une autre personne. Peut être qu’elle s’était attachée à lui… En même temps, vivre des choses aussi fortes avec une personne, se faire sauver la vie de cette manière… C’était une chose dont elle n’avait pas l’habitude et ça entraînait aussi d’autres choses, une affection qu’elle ne pensait jamais avoir pour une personne un jour, outre sa sœur… Et encore, ce n’était pas la même chose. En le regardant, elle sentait son cœur s’emballer et l’envie d’aller le prendre dans ses bras se faisait sentir mais elle la refreinait et la repoussait pour mieux sortir de ce lit et se préparer à repartir. Elle changea ses pensées en regardant encore une fois ses mains : elle devrait trouver un point d’eau pour se nettoyer un peu au passage elle…

« Tu es sûr que ça ira pour marcher ? »

Et voilà qu’elle devenait un peu trop poule avec lui mais elle ne désirait pas le voir flancher et s’assurerait donc qu’il puisse vraiment repartir. Pourtant, cette fois en le regardant, elle sentit une forme d’attirance qu’elle ne put repousser. Il venait à son tour de se lever du lit pour lui prouver qu’il pourrait le faire mais ce n’était pas la réponse qu’il allait recevoir lorsque l’adolescente termina le peu de distance à faire pour le coller et sceller ses lèvres aux siennes. Son cœur s’emballa encore une fois, elle serra les poings en se demandant ce qu’elle faisait mais son esprit était assuré d’avoir fait ce que son cœur lui dictait mais la crainte et la gêne s’emparait peu à peu d’elle si bien qu’elle finit par se reculer après deux petites secondes en sentant ses joues en feu tellement elle avait rougi. Elle ne sut même pas quoi dire, elle ne sut même pas à quoi s’attendre, elle ne sut même pas ce qu’elle pourrait faire pour réagir et l’envie de s’excuser arriva dans sa tête. Pourquoi elle avait fait une telle chose ?! Des nuées d’émotions montaient dans sa gorge, des milliers de pensées s’amusaient à passer dans sa tête et repasser encore à une allure si vive qu’elle n’arrivait pas même à en attraper une en vol.

Si elle le pourrait, elle aimerait pouvoir se cacher sous le plancher pour disparaître et ne pas se faire juger. Mais dans les secondes suivantes, elle regrettait presque ce moment, elle s’était sentit si bien en l’embrassant qu’elle y retournerait volontiers maintenant. Mais la gêne qu’elle ressentait la poussait encore à craindre la réaction d’Alphinaud. Oui, elle l’aimait, elle le comprenait parfaitement maintenant mais elle avait encore bien plus peur de se faire repousser maintenant. C’était pour ça qu’elle ne donnait et qu’elle ne donnerait jamais sa confiance à quiconque. Pourtant, elle avait réussi à se faire détruire toutes ses protections rien qu’en voyant ce jeune homme. Elle ne le connaissait pourtant que depuis deux ou trois jours ! Mais quand le cœur s’attachait à quelqu’un, il était généralement beaucoup plus difficile de lui résister que tout autre chose au monde… Et ce n’était pas faute d’avoir résisté dans le cas de la jeune femme.

D’un petit pas en arrière, elle s’était reculé pour mettre une petite distance entre elle et lui, elle n’osait même pas regarder son visage : elle avait baissé la tête et les yeux au niveau de la poitrine d’Alphinaud, elle était stressée, une sensation qu’elle ne connaissait presque pas et elle le marquait en liant ses mains juste sous sa poitrine à se tortiller les doigts. Bon sang, qu’est-ce qu’elle devait faire maintenant qu’elle avait fait une telle chose ? Pourtant, elle osa tout de même relever le regard vers celui d’Alphinaud pour saisir sa réponse, il ne parlerait peut être pas après tout et, quand bien même elle appréhendait la suite, elle ne voulait pas rater la réponse qu’il donnerait. Ca avait beaucoup d’importance et ça pourrait peut être lui permettre de cesser de douter et de se sentir aussi désorientée.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 7 Mar 2016 - 15:27

Après une sieste pareille, inutile de penser se rendormir de suite, même si la position que July avait adoptée en s’endormant inopinément n’avait certainement pas été reposante. Elle devait être crevée mais ce serait extrêmement imprudent de penser pouvoir passer la nuit en ces lieux. Si Alphinaud avait effectivement songé que des gens auraient put venir s’abriter ici lors de la destruction du temple au cœur de la ville, il y avait de fortes chances pour que le restant des cultistes le pense aussi. Ils rôderaient certainement dans les couloirs et ils devaient encore trouver un moyen de sortir après avoir fouillé le reste des pièces de l’étage. L’élézen ne se faisait pas trop d’illusions cependant. Il ne pensait pas vraiment pouvoir trouver une autre âme qui vive ici, sauf des monstres fraîchement transformés ou eux-mêmes.

Quoi qu’il en soit, le jeune homme entreprit de se lever peu de temps après que July se soit excusée de s’être endormie. Ce n’était pas comme si c’était grave comme le répondit Alphinaud en parvenant à déjà s’asseoir sur le bord du lit. Sa blessure piquait encore un peu mais ce n’était absolument rien comparé au moment où il avait reçu la flèche. Il se fit d’ailleurs la réflexion que s’il n’avait pas protégé July, elle l’aurait reçu en pleine poitrine, bien plus près du cœur. Elle serait certainement morte, ou aurait été en très grand danger…
En y songeant, il esquissa un sourire. Finalement, la douleur en valait la peine.

Justement, July lui prouva son éternelle inquiétude en lui disant qu’ils devraient sûrement trouver un centre médical où ils pourraient désinfecter correctement la blessure. La magie c’était bien pratique, mais ça ne retirait pas toujours tout le mal. Alphinaud se leva et jeta un coup d’œil à la parcelle de son manteau qui n’était maintenant plus existante ; le retrait de la flèche avait déchiré le tissu. On voyait bien la vilaine plaie certes à peu près fermée mais pas nettoyée. July n’avait pas tort.

« Ce n’est pas faux… Cependant, le seul endroit où je verrais une telle chose, c’est au temple. » Et le temple avait été détruit. Cela dit, peut-être qu’ils pourraient encore trouver quelques choses d’utilisable dans les décombres, ou avec un peu de chance, les dégâts ne seraient pas aussi impressionnants qu’ils ne se l’imaginaient. Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir ; s’y rendre. Avant qu’il n’en parle, July s’inquiéta encore en lui demandant si ça irait pour marcher. « Le repos fut suffisant pour me permettre de bouger. Ne t’en fais pas. » Il lui sourit pour la rassurer mais il devait bien admettre avoir encore quelques picotements… ça partirait en marchant un peu.

C’était curieux qu’elle agisse ainsi avec lui tout d’un coup. Etait-ce parce qu’il lui avait sauvé la vie ? Ce genre de situation avait toujours eut tendance à rapprocher exagérément deux personnes, surtout pour celle qui fut sauvée. Peut-être que July se sentait si reconnaissante que maintenant, elle était devenue trop couveuse avec lui. Ce n’était pas désagréable, même s’il se savait suffisamment raisonnable pour savoir si oui ou non, il était capable de faire telle ou telle chose selon son état physique comme mental.

Bon, en route pour le temple alors. Le chemin serait certainement parsemé de danger, avec les créatures qui gagnaient du terrain sur la ville… Préparé mentalement à ce qui allait leur entraver la route, Alphinaud prit donc les devants pour quitter la chambre.
Il ne put cependant quitter la pièce, bien que ce fut son plan initial. Entre la porte et la route à traverser pour y parvenir, soit quelques pas, il y avait July et l’adolescente pétillante avait décidément eut une autre idée en tête. Elle lui bloqua la route, s’approcha de lui, et ni une ni deux, pressa ses lèvres aux siennes. Sur le coup, il figea net. Ça par contre, il n’y était pas préparé mentalement. Il ne se souvenait même pas de la dernière fois où quelqu’un lui avait fait une simple étreinte, alors là… C’était une première.

Il se sentit d’ailleurs terriblement maladroit d’être figé de la sorte, aussi prit-il la peine de se calmer cinq secondes et de se détendre un peu le corps parce que là, il devait vraiment avoir l’air… crispé. Oui c’était le mot. Ce n’était pas tout à fait ce à quoi il s’attendait en venant en ces lieux. Surpris, et c’était le moins qu’on puisse dire, il ne trouva pas tant ça déplaisant cela dit. Il était juste surtout très nerveux et ignorait où se mettre. C’était arrivé tellement soudainement ! Comme ça, sans prévenir. Et pourquoi d’ailleurs ? Parce qu’il lui avait sauvé la vie ? Probablement en fait, maintenant qu’il y pensait… Si lui-même l’avait fait, c’était bien parce qu’il n’avait pas voulu qu’elle soit blessée ou pire, tuée. Le sentiment était donc partagé.

C’est elle qui se recula la première et il tâcha au maximum de ses efforts de ne pas paraître trop troublé. Loin de lui l’envie de lui donner le sentiment que ce qu’elle avait fait n’était pas convenable ou même accepté. Il l’appréciait beaucoup il devait bien l’admettre, elle lui rappelait de nombreuses choses, de nombreuses personnes du temps où il vivait dans un monde bien différent de celui-ci. Elle avait la fougue et l’entêtement de sa sœur, il y avait ça, mais plus encore, elle lui rappelait le Guerrier de la Lumière qu’il avait eut pour mission de guider et protéger au courant de sa trop lourde et grande aventure pour ramener la lumière dans ce monde enténébré. Peut-être était-ce pour ça, et en plus pour ce qu’elle était, elle, qu’il l’appréciait tant.

Elle semblait aussi paumée que lui cela dit. La pauvre était soudainement timide, renfermée, comme craintive de se faire jeter. Elle fixait le sol, ne disait rien, elle voulait sûrement disparaître et quelque part, Alphinaud fut rassuré de s’apercevoir qu’il n’était pas le seul à ne pas trop savoir quoi dire, quoi faire, ou plus généralement comment répondre à ça. Il ne put parler pendant quelques bonnes secondes. Il avait l’impression que son cœur était plus affolé encore que quelques heures plus tôt, quand la flèche avait bien manquée de le transpercer.
Mais il faudrait bien dire quelque chose. C’était trop embarrassant de rester là, à ne rien exprimer.

Il cherchait maladroitement quelque chose à dire lorsque soudain, il pensa à un détail. Quelque chose lui revint en tête. Hydaelyn lui avait donné une seconde chance lorsque ce Brave de Cristal l’avait tué. Elle lui avait dit qu’elle l’enverrait dans ce nouveau monde et qu’il devrait y trouver sa place. Y trouver sa place… Peut-être que c’était une manière de trouver sa place. D’être avec July. Jamais l’idée d’avoir une compagne de vie ne l’aurait effleuré sur Éorzéa, bien trop absorbé par sa mission et celle du Guerrier de la Lumière. A présent, il n’avait plus cette quête qui lui entravait la route. Il pouvait juste vivre et forger sa place dans cet univers. Il pencha la tête en comprenant que, peut-être, c’était l’occasion. L’occasion d’accepter qu’il puisse être une énième pièce du puzzle qui construisait cette planète. Après tout, Hydaelyn lui avait clairement fait comprendre qu’il ne pourrait jamais retourner sur Éorzéa.

Penser à ça, le constater et l’accepter le rassura de beaucoup. Le silence perdura énormément mais à présent qu’il avait compris ce message, qu’il avait compris ce que, inconsciemment, July lui offrait, il ne resta pas là à ne rien faire. Apaisé, l’élézen releva la tête pour croiser son regard et constater qu’elle avait toujours terriblement peur d’avoir fait une bêtise. Alors il s’approcha et l’enlaça tout simplement. C’était une chose dont il n’avait pas l’habitude non plus, mais ce n’était pas désagréable du tout. C’était même doux, rassurant. Quel dommage qu’il n’ait eut que trop rarement l’occasion de profiter de ce genre de contact humain.

« Merci. » A elle de comprendre ce qu’elle voulait de cette reconnaissance. Lui savait ce que ça voulait dire, il savait le message qu’il voulait transmettre. Grâce à elle, il avait une occasion d’accepter avoir été arraché de son monde injustement. C’était une chose qu’il avait eut du mal à digérer pendant bien longtemps… Et tant pis si ça ne faisait pas longtemps qu’ils se connaissaient. Certains événements, après tout, forgeaient bien plus rapidement les relations que d’autres…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 7 Mar 2016 - 18:52

Le seul endroit où il pourrait peut être trouver de quoi se soigner ou, du moins, nettoyer sa blessure, c’était le temple. July avait cru comprendre que ce dernier avait été totalement détruit mais ça ne coûterait rien d’au moins aller voir s’il resterait quelque chose. En tout cas, Alphinaud allait suffisamment bien pour pouvoir reprendre la route bien qu’il se demandait pourquoi July semblait si inquiète pour lui. Ce n’était pas comme si elle devrait lui devoir la vie qu’il lui avait sauvée mais il allait sans dire que ça jouait beaucoup. Pour la demoiselle, il avait risqué sa propre vie pour sauver la sienne et ce n’était pas un acte qu’on ferait à la légère surtout en connaissant la personne en question seulement depuis trois jours. Probablement était-ce aussi pourquoi la jeune femme avait foncé sans réfléchir sur leur bourreau et ne lui avait absolument pas épargné la puissance qu’elle pouvait disposer au point même de se faire mal en le frappant.

Mais, néanmoins, l’embrasser de la sorte avait été peut être une erreur. Les pensées de July étaient si nombreuses à défiler aléatoirement dans son esprit qu’elle ne savait plus où elle en était mais pourtant, Alphinaud semblait aussi perdu qu’elle comme le prouva ce silence qu’il garda un bon moment. Moment qui parut être une éternité pour la jeune femme. Pourtant, il avait lui aussi des tas de questions sans réponses en tête, des raisonnements qui le conduisaient à penser à ce qu’il pourrait faire, à ce qu’il pourrait dire, à ce qu’il avait vécu même. Aléatoirement, July pensa à sa sœur en se disant qu’elle lui aurait certainement fait un sermon pour ça ou qu’elle n’aurait pas apprécié son attitude envers un étranger. Mais ironiquement, elle s’imagina sa tête et, si elle n’aurait pas été aussi stressée, elle se serait certainement mise à sourire avant d’en parler à Alphinaud.

Ce dernier restait silencieux, mais il semblait toujours chercher la manière dont il devrait se dépatouiller avec une telle action. Finalement, ce fut d’un pas vers l’avant qu’il réduisit une fois encore la distance le séparant de July pour pouvoir l’étreindre et raviver l’intense flamme qui réchauffait tant le corps de July, tout autant que ses joues certainement. Il la remercia alors que July se sentit très gênée de recevoir une étreinte. Oui, elle n’était pas réellement habituée à ce genre de chose et elle resta les bras balans encore quelques secondes avant de réaliser que c’était sa manière d’accepter ce qu’elle avait fait. Ça avait quelque chose d’étrange, de gênant peut être mais d’agréable à sentir mentalement. July leva les mains et alla les passer autour d’Alphinaud pour mieux pouvoir se coller contre lui. La chaleur qui lui tournait dans le ventre était si intense maintenant qu’elle aurait accepté de dormir là contre lui mais elle était consciente devoir partir.

Elle réalisa cependant qu’il l’avait remercié par contre. Pourquoi avait-il dit merci ? Parce qu’elle l’acceptait comme il était ? Parce qu’elle lui donnait de l’amour ? Parce qu’elle lui donnait un but à suivre ? Il devait se dire qu’elle lui offrait une place auprès de quelqu’un dans ce monde mais ce n’était pas tout à fait la réponse qu’elle attendait. Au moins, elle pourrait se dire qu’elle avait eu une réponse plutôt positive à ce qu’elle avait fait puisqu’il ne l’avait ni repoussé, ni grondé, ni n’avait-il mentionné que ce n’était pas le moment ou pas réciproque. July avait donc toutes ses chances de laisser son cœur la conduire jusqu’au sien et elle trouverait certainement la route avec le temps. Pour l’heure, ils avaient assez perdu de temps et ils risquaient de se retarder davantage en amourette s’ils restaient comme ça. Si Alphinaud était toujours à regarder avec pragmatisme ce qu’il devrait faire, July était elle aussi très terre à terre et n’accepterait certainement pas qu’un cœur tendre soit à l’origine de complication. Elle devrait avouer que ça faisait du bien de se sentir aimer de la sorte au passage mais elle savait aussi qu’elle devrait continuer et ce malgré la difficulté à se reculer cette fois.

« Il faut qu’on reparte. » Fit-elle avec un certain regret. Elle aurait pu le remercier aussi mais ce n’était pas une habitude qu’elle avait, comme pour les câlins mais elle risquait vite de devenir accro à ce genre de choses vu comment elle avait aimé celui qu’elle venait de recevoir à l’instant. « La nuit arrive et j’aimerais qu’on ne soit plus ici lorsqu’elle sera tombée. » Elle désirait quitter la ville avant la nuit pour éviter de se faire surprendre par des cultistes et ça resterait compréhensible.

A contre cœur, elle relâcha son étreinte autour du jeune homme mais, en croisant son regard, elle eut un sourire définissant la pensée qu’elle venait d’avoir. Oui, c’était très étrange même pour elle mais elle se permit de rapprocher encore une fois son visage du sien pour pouvoir coller ses lèvres à celles d’Alphinaud. Elle n’avait jamais embrassé une autre personne et craignait de mal le faire mais c’était agréable qu’importait la manière de faire si bien qu’elle appréciait la manœuvre. Elle n’y resta encore une fois qu’une à deux secondes… Le temps d’un petit baiser qu’on pourrait déposer sur la joue au passage par exemple. C’était suffisant pour elle, suffisant pour lui démontrer qu’elle l’aimait et suffisant pour la soulager de ce poids avant de partir de cette chambre.

Maintenant qu’elle y pensait, depuis le temps qu’ils étaient présents ici et sans le moindre signe qu’il resterait quelque chose, July proposa une chose malgré les quelques pièces restantes à fouiller. « On pourrait peut être faire l’impasse sur la fouille des autres pièces non ? Je doute qu’on retrouve une personne vivante… » Et ce n’était pas tout même si elle avait de la peine pour Alphinaud du coup : il était venu ici en espérant retrouver une personne après tout. « Depuis le temps, tout ce monde est sûrement déjà devenu un monstre. » Elle baissa la tête et attendit qu’il fasse quelques pas vers la porte. Elle prit sa main sur le passage, c’était une chose dont elle avait davantage l’habitude de faire avec sa sœur déjà mais ça faisait si longtemps que ça lui semblait faire une éternité qu’elle n’avait eu aucun contact avec personne. Elle reprit donc pour terminer le fil de ses pensées. « Je suis désolée… Pour la personne que tu cherchais. »

Il y aurait encore l’espoir qu’elle soit partie à Luca avec le reste mais comme July ne savait pas du tout les marches à suivre dans ce cas là, elle ferait comme si elle était morte. Maintenant, si Alphinaud voulait aller jusqu’à Luca pour vérifier sur place, July n’y verrait aucun inconvénient si ce n’était qu’elle aimerait tout de même se reposer quelque part assez rapidement. Elle commençait à sentir le poids de la fatigue lui monter à la tête et savait bien qu’elle ne tiendrait pas une nouvelle série de vingt quatre heures consécutives sans prendre de repos.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 8 Mar 2016 - 9:44

Même si la réaction d’Alphinaud avait été des plus inhabituelles pour une personne venant de recevoir un baiser de la part d’une autre, il estima que c’était la meilleure manière pour sa part. Il aurait put rester bêtement là, figé sur le moment présent en se questionnant sur la véracité de ce qu’il était en train de vivre et d’expérimenter, mais non. Et encore heureux. Ça aurait été d’autant plus gênant dans ce cas. Et de cette façon, cette étreinte l’apaisait un peu plus. La proximité humaine entre deux individus après tout avait une sorte de remède naturel contre les maux psychologiques ou l’angoisse. C’était la réaction idéale pour l’un comme pour l’autre.

Cela dit, la réalité reprit rapidement de son cours lorsque July lui mentionna qu’ils devaient quitter les lieux.
Ah, oui… C’était bien pour ça à la base qu’elle l’avait importunée dans son inconfortable sommeil. Ils devaient essayer de quitter Bevelle avant que la nuit ne tombe au risque de rencontrer des dangers bien plus importants qu’à l’habitude. Et avec la rancœur et le chagrin des gens qui furent tués à Bevelle par tous ces cultistes et la nécromancienne elle-même, il y avait fort à parier pour que ce soient des créatures hostiles d’une envergure assez effrayante et d’une très grande puissance. Ce n’était cependant que de la théorie, Alphinaud n’avait jamais put confirmer ça. Et autant admettre qu’il n’en avait pas spécialement l’envie. Ils avaient besoin de repos, après tout ils n’avaient pas dormi depuis… maintenant qu’il y pensait, depuis très longtemps. Le confort d’un bon lit lui manquait d’ailleurs.

« Oui, tu as raison. La zone risque de devenir plus dangereuse encore si on s’attarde. » Mentionna-t-il en jetant un coup d’œil vers la fenêtre. Il ramena son attention vers July, qui s’était reculée, en attendant de voir si elle prenait les devants puisqu’elle était la plus à proximité de la porte et elle se situait entre l’élézen et celle-ci. Oui elle prendrait les devants mais d’abord, elle se permit de revenir l’embrasser rapidement. Loin d’avoir l’habitude encore, l’érudit se retrouva de nouveau pris de court mais au moins sembla-t-il bien moins crispé que quelques secondes plus tôt. Ce fut même sincèrement agréable cette fois, puisqu’il prenait déjà en considération que l’amitié n’était plus vraiment un mot qui leur était seyant, même si cette sensation lui était encore curieuse.

Ils quittèrent donc la pièce et au moment où July lui prit la main, elle lui suggéra de partir maintenant de Bevelle plutôt que de s’embêter à fouiller les autres pièces de l’hôtel. Elle estimait que ça ne servait à rien et qu’ils perdraient du temps. Le jeune homme pencha le regard pour considérer le sol alors qu’elle disait qu’ils devaient tous être transformés en monstres de toute façon. Elle s’excusa pour la personne qu’il cherchait mais Alphinaud bougea la tête de droite à gauche.
« Ce que tu dis est sans aucun doute vrai. Inutile de perdre davantage de temps ici si c’est pour risquer nos vies. » Le ratio n’était pas vraiment bon si on le prenait ainsi ; c’était idiot de penser pouvoir sauver une personne probablement déjà morte si c’était pour risquer la vie de deux autres. Le jeune homme prit donc les devants pour descendre les marches de l’hôtel, et non pas poursuivre ses recherches dans les autres pièces de l’établissement comme il avait prévu de le faire initialement.

Avec tout ça, l’heure du crépuscule était passée. C’était davantage la nuit que le jour à présent, bien qu’un éclat lumineux pouvait encore être perçu à l’horizon. Avec ces grandes bâtisses cependant, ils ne le voyaient presque pas. L’intervention des cultistes avait éteint la majorité des sources de lumière de la ville, aussi furent-ils rapidement plongés dans une noirceur inquiétante. Fronçant les sourcils, Alphinaud regarda partout autour d’eux. Il y avait des bruits, des pas lourds, parfois légers, parfois précipités. Des monstres ou des cultistes, difficile à dire.

« Nous n’irons pas au temple. C’est inutile ; à priori, il a été détruit par la sorcière. Le meilleur choix serait de retourner dans la forêt. Il faudra la traverser et nous trouverons une auberge près d’un lac… Nous serons en sûretés là-bas. » Se diriger vers le temple serait de toute façon suicidaire. La majorité des cultistes devait se situer près de là. Cela dit, ça ne réglait pas leur souci de luminosité absente. Alphinaud dû lâcher la main de July un moment pour sortir son grimoire et l’ouvrir à une page bien précise.

Le visage empreint de concentration, l’érudit de Sharlayan fit apparaître une plume magique dans sa main dont il se servit pour rédiger des mots incompréhensibles même pour ceux qui n’avaient pas étudiés l’arcanisme sur Éorzéa. Dès que ce fut terminé, il fit disparaître la plume et tendit brusquement la main devant lui pour faire apparaître son carbuncle mais cette fois, différent. Il n’était pas rouge mais noir. Sa silhouette était tout juste visible et un éclat de lumière discret se dégageait de lui. Carbuncle chercha les monstres mais n’en voyant pas, il se tourna vers son maître, intrigué quant à la raison de son invocation.
« Guide-nous hors de cette ville Carbuncle. Sois prudent ; des ennemis rôdent dans les environs. » L’invocation acquiesça avant de subitement leur tourner le dos et de foncer en bondissant. Alphinaud s’empressa de récupérer la main de July, s’assura qu’elle était prête, puis suivit Carbuncle qui semblait connaître le chemin à suivre pour les guider hors de Bevelle et au cœur de la forêt. Cela dit, le chemin ne risquait pas d’être aussi sécurisé qu’on pouvait se l’imaginer et Alphinaud s’attendait déjà à voir des ennuis entraver leur route…
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 12 Mar 2016 - 14:15

Il faudrait un certain moment pour sortir de Bevelle et même s’ils n’iraient pas au temple comme il le mentionna par la suite, il faudrait passer non loin de ce dernier pour aller sur le grand pont et finalement rejoindre la forêt de Macalania. Ainsi, ils quittèrent l’hôtel sans perdre davantage de temps à fouiller les autres salles, leur vie avait tout de même plus d’importance que la potentielle existence de rescapé si tant était qu’il y en aurait ne serait-ce qu’un. Pour le prochain repos, il suggéra de se rendre à l’auberge de la forêt puisqu’il y aurait davantage de confort et moins d’adversaires potentiels. Il faudrait espérer que ça soit le cas puisque July n’était pas convaincue qu’une auberge aussi proche de Bevelle puisse s’en sortir là où la ville en avait pris un sacré coup.

« D’accord, j’espère que ça ira pour y arriver. »

Elle n’était pas pessimiste mais elle restait incertaine de ce qu’elle devrait faire maintenant. July était fatiguée et elle savait que de rester ici serait suicidaire, autant que de reprendre la route dans son état. L’auberge de Malacania était donc un bon compromis mais la noirceur rendait les rues de Bevelle aussi sombres que dans un four. La seule lueur encore présente était issue des quelques bâtiments encore en train de brûler puisqu’il n’y avait plus de lumière pour illuminer la ville, il n’y avait plus d’étoiles ou d’astre lunaire pour couvrir le ciel brumeux de Bevelle. Alphinaud invoqua alors sa chimère mais elle avait une teinte différente à l’habitude. Sa brillance était toujours présente mais c’était d’un noir que le carbuncle brillait. L’invoqueur lui demanda de les conduire à l’extérieur de la ville avec prudence pour pouvoir éviter le maximum de monde mais July se posa la question trop longuement pour l’ignorer. Lorsqu’Alphinaud lui reprit la main pour se remettre en route, elle le lui demanda.

« Comment ça se fait qu’il soit noir maintenant ? »

Pour autant, July ne ralentissait pas le pas et put atteindre les escaliers qui conduiraient au temple. Ce dernier étant en ruines, il y aurait peut être des cultistes devant mais dans l’obscurité, le silence leur permettrait peut être de passer inaperçus… Il y aurait ensuite le grand pont et la sortie de Bevelle serait atteinte. Peut être pourraient-ils réussir à sortir sans avoir besoin de se battre mais la présence du carbuncle pourrait sous entendre le contraire… Après, la réponse serait peut être tellement logique que July ne l’aurait pas vu venir… Le noir pour passer plus discrètement que s’il était bleu fluorescent. Ca serait même tellement logique que July pourrait mentalement s’insulter de cruche pour avoir osé poser une telle question. Mais comme elle avait vu le carbuncle normal tourner au jaune pendant le combat précédent afin de mieux les protéger, elle se demandait si le noir aurait d’autres capacités à leur prouver.

Le rythme assez élevé de marche pourrait leur permettre de sortir rapidement mais July traînait un peu des pieds par la fatigue cumulée. Elle ne savait pas même si elle serait en mesure de se battre correctement mais elle s’arma de volonté en serrant davantage la main qu’elle tenait d’Alphinaud. La sentir ainsi s’écraser, sans non plus lui faire mal, dans la sienne lui redonna pas mal de courage et la détermination nécessaire à se battre si c’était pour le protéger. Il était hors de question de perdre ce qu’elle venait de découvrir et elle le protégerait envers et contre tout si c’était nécessaire. De l’autre côté de la balance, ça devait être la même situation du point de vue d’Alphinaud : il refuserait certainement que quoi que ce soit blesse July de la même manière que cette dernière ne voudrait rien voir arriver sur l’élézen.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 17 Mar 2016 - 18:45

La situation était assez risquée ; ils ne voyaient pas vraiment très loin devant eux, comme si l’influence des cultistes avait carrément noirci même le ciel nocturne, empêchant donc Alphinaud et July de détecter quoi que ce soit dans les environs sans s’avancer pour en déduire eux-mêmes. Incertain de la manœuvre à suivre, l’élézen avait décidé d’utiliser son carbuncle sombre pour éclairer la voie, mais pas trop non plus. Il ne voulait pas qu’ils se retrouvent pris au piège parce qu’il aurait alerté les environs avec une lumière qui déambulait dans les rues vides de vie de Bevelle.

Cela dit, l’idée d’Alphinaud intrigua July qui lui demanda surtout pourquoi son carbuncle était maintenant noir au lieu de son bleu turquoise habituel. Il était vrai que la jeune femme n’avait peut-être pas fait attention à la couleur qu’avait pris la chimère au courant de la bataille contre l’énorme sphère magique et ses myrmidons. Elle devait être dans le feu de l’action et ne l’avait donc pas capté.
« C’est une magie de mon invention. De cette manière, Carbuncle est plus solide. Mais si je l’ai invoqué, ce n’est pas pour ses capacités à encaisser les coups… C’est essentiellement pour qu’on ait une lumière subtile à suivre dans la noirceur afin de gagner la sortie de la ville sans encombre. » Il espérait qu’ils ne croiseraient aucun souci majeur. Il ne s’attendait pas honnêtement pas à ce que ce soit une promenade de santé. Il y aurait certainement des problèmes mais pour le moment, ils se débrouillaient.

La fatigue n’arrangeait pas du tout les choses en plus. Alphinaud n’avait pas dormi confortablement depuis bien longtemps… La dernière fois, il avait fait un somme près des sources chaudes dans le Gagazet et ensuite, plus rien. Et encore ! Quel repos ! Il était assis, adossé contre une pierre froide et avait somnolé pendant quelques heures. Pas de quoi se remettre d’une lourde journée et cette aventure commençait à lui peser lourd dans le corps et dans l’esprit.

Prenant bien soin de tenir la main de July en tout temps, Alphinaud suivait les mouvements de Carbuncle au maximum. Il espérait quand même qu’il parviendrait à les guider dehors sans trop de mal… Il bifurquait souvent ce qui obligeait l’érudit à tirer vivement sur la main de sa compagne, ce qui l’embarrassait, mais il n’avait pas le choix. Il espérait juste que ça ne lui faisait pas trop de mal.

Malheureusement, tout ne serait pas rose pendant cette fuite.
Alors qu’ils se faufilaient rapidement le long des rues, Alphinaud tourna la tête pour remarquer qu’un puissant éclat illumina la nuit. Une énorme gerbe de flammes explosa à quelques mètres derrière eux. Ils auraient put s’arrêter et combattre, mais Alphinaud n’était pas stupide. Il savait qu’ils étaient trop épuisés, lui-même ne pourrait pas tenir une bataille, surtout que la flèche qu’il avait eut dans l’épaule le lançait encore beaucoup… C’était douloureux et parfois, un mouvement trop brusque lui filait un coup de jus dans le bras et une partie du torse. Inutile de songer à engager un combat avec leurs conditions actuelles.

« Continuons ! Une fois hors de la ville, nous pourrons nous cacher dans la forêt. » Il se doutait que July n’apprécierait pas cette tactique, elle qui n’était pas couarde et qui ne fuyait donc aucune bataille, mais Alphinaud se permettait d’être la tête de proue de leur duo pour l’heure. Il intima donc à Carbuncle de poursuivre et la petite chimère accéléra le rythme. Plusieurs éclats de feu et de foudre éclairèrent la nuitée jusqu’à ce qu’ils n’arrivent sur le grand pont, la dernière ligne droite jusqu’aux bois de Macalania.

Ils furent brutalement immobilisés lorsqu’une magie de terre atterrit juste devant eux. Ça forma un grand mur de terre marron qui écrasa littéralement Carbuncle sous les yeux de son invocateur. L’élézen freina le mouvement soudainement en voyant la lumière de son plus fidèle ami disparaître et revenir dans sa direction. Certes il pourrait l’invoquer à nouveau, mais c’était quand même horrible comme spectacle…
« Carbuncle… Désolé… » Souffla-t-il avant de tourner les talons pour remarquer une bande de cultistes qui les empêchait de fuir. Ils se préparaient tous à attaquer et ils étaient coincés avec ce mur de terre derrière eux. Alphinaud savait qu’il ne pourrait pas combattre et certainement pas contre cette foule. Il faudrait trouver une façon de passer outre le mur magique et ensuite filer vers la forêt, sinon, ils seraient perdus !
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 17 Mar 2016 - 20:49

Ce carbuncle était une création d’Alphinaud pour renforcer celui qu’elle avait vu précédemment. Elle n’avait pas fait attention à sa couleur dans le combat précédent, elle avait juste noté qu’il était plus fort et certainement aussi plus résistant pour les protéger mais maintenant que le jeune homme mettait le doigt dessus, elle comprenait ce qu’elle avait manqué et le pourquoi il l’avait utilisé. Ils continuaient donc de suivre cette petite créature un peu partout dans la ville. July se faisait souvent tirer la main par Alphinaud puisque le Carbuncle prenait souvent des virages assez serrés pour pouvoir esquiver la majorité des personnes présentes dans les coins de la rue. Ce n’était pas l’adolescente que ça dérangeait mais elle se demandait tout de même si la chimère savait où elle allait pour quitter la ville.

Ce qui était sûr, c’était qu’ils couraient toujours pour aller au plus vite jusqu’à ce que des jets de lumière ne leur passe à côté : de la foudre, du feu ou même de la glace : des mages étaient présents et tentaient de les arrêter à leur manière mais, si July aurait bien attaqué pour leur montrer de quel bois elle se chauffait, elle fut tirée par Alphinaud qui ne comptait pas s’arrêter pour se battre et lui mentionna de continue… Une fois dans les bois, ils pourront se cacher pour leur échapper. Ca ne lui plaisait pas mais elle savait que c’était le plus sage : s’arrêter et se battre ne ferait que de leur faire perdre du temps, d’autres cultistes pourront arriver et c’était sans parler du fait qu’Alphinaud allait encore assez mal au niveau de son bras. L’un comme l’autre n’avait pas pu avoir de repos convenable depuis un moment aussi et ça commençait à se faire sentir.

« D’accord. » Fit donc July en continuant de plus belle à suivre la chimère qui faisait de son mieux pour les mener vers l’extérieur. Néanmoins, les magies continuaient à fuser et l’un d’entre eux, peut être plus intelligent, utilisa un autre type de magie pour dresser un mur de terre devant eux… Carbuncle se fit littéralement écraser par ce mur de terre et disparut sans préavis. En le voyant se faire ainsi écraser, July sentit son cœur se faire écraser aussi et elle lâcha la main d’Alphinaud pour tenter de le dégager de là mais il était trop tard. La chimère était déjà revenue dans une forme spirituelle et l’élézen s’excusait de ce qu’elle avait eu à subir. Les sons des pas se faisant entendre, il faudrait maintenant faire front et July était prête à leur casser la figure pour leur faire payer ce qu’ils avaient pu faire à Carbuncle, néanmoins ce n’était pas les plans d’Alphinaud qui espérait encore trouver une manière de fuir. Le grand pont se terminait non loin derrière ce barrage en plus…

July regarda sur les côtés et comme il y avait de l’eau, elle était consciente qu’il n’y aurait pas trente six solutions. Il faudrait agir avant que les cultistes ne réalisent ce qu’il se passait puisqu’ils pourraient bien geler l’eau et les piéger de cette manière. Ainsi, donnant l’impression qu’elle irait à l’assaut, l’adolescente se jeta sur eux non pas pour les attaquer mais pour les faire reculer, elle avait eut le temps de prendre un de ses objets totalement inutiles, une pierre qui n’avait aucune particularité magique, afin de la jeter à la tronche d’un cultiste et ce dernier manqua de s’écrouler sur un de ses camarades. Profitant de la diversion pour s’esquiver, July alla chercher la main d’Alphinaud pour le tirer dans l’eau. Le bond fut effectué avant de réfléchir mais elle se fit tout de même frapper par une lourde boule de feu dans le dos avant de se retrouver frigorifiée dans une eau qui ne devait pas faire bien plus de cinq à dix degrés.

En espérant que son ami suivrait, elle fit quelques mouvements de poussées avec ses pieds pour atteindre la berge derrière le mur de pierre et elle remonta pour pouvoir aider Alphinaud à suivre son rythme. Elle le hissa sur le pont et elle se remit à courir avec lui pour arriver jusqu’à la forêt. Ca allait encore être pire une fois dans la forêt cristalline : ils seraient d’autant plus frigorifiés que la forêt était mieux aérée que Bevelle mais, au moins, ils seront bien plus aptes à prendre la fuite comme Alphinaud le désirait. Le souffle commençait à manquer mais July ne lâchait pas l’affaire et continuait à courir en s’assurant que son allié suivait. Une fois le grand pont passé, elle alla à l’opposé de la grande plaine où elle était arrivée en direction de la plaine foudroyée mais elle suivrait Alphinaud à partir de ce point puisqu’il semblait mieux connaître la forêt qu’elle.

Ce n’était pas encore terminé mais ce n’était plus très loin qu’elle se disait. L’adrénaline commençait à baisser et la brûlure qu’elle avait dans le dos se faisait de plus en plus ressentir. July craignait que ses forces ne l’abandonnent mais elle ne devait pas encore lâcher l’affaire. La pression de sa main sur celle d’Alphinaud était néanmoins bien moins virulente qu’au départ et le jeune homme pourrait se rendre compte que son alliée ne tarderait plus à s’arrêter alors qu’il faudrait encore continuer un minimum pour se cacher dans un arbre ou quelque part dans cette forêt où les cultistes ne pourront pas les trouver. Elle parvint tout de même à murmurer la question qu’elle se posait maintenant.

« Où on va maintenant ? »

Direction de July et Alphinaud : Forêt de Macalania
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Après l'attaque de Nyara
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum