Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Quand le soleil fond dans la mer
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 18 Juin 2016 - 10:32

Suri ferma la porte de l’auberge derrière elle et se dirigea vers la colline juste devant, une boule de pain cuit dans la main. Il n’y avait pas une seule petite brise malgré la proximité de la mer, ce qui était curieux… Soit, elle n’irait pas s’en plaindre, elle n’aimait pas particulièrement avoir froid, bien que ce ne soit pas un souci quelconque. Elle aimait bien cet endroit ; la température était chaleureuse sans trop l’être et c’était un lieu tranquille. Aucun monstre n’approchait cette bâtisse et les quelques créatures qui passaient étaient des chocobos, des oiseaux que Suri n’avait jamais vu auparavant, une belle découverte en arrivant sur ces terres !

Ses pas la menèrent automatiquement vers cette falaise qui chutait directement dans une eau profonde. Au devant, elle pouvait voir ce qui semblait être des ruines. Comme une sorte de pont, ou d’arche… Ses yeux ambres se plissèrent un peu pour essayer de deviner la silhouette de ces décombres, mais le soleil couchant, qui chutait peu à peu derrière, en brouillait le galbe.
Loin d’être gênée cela dit, Suri se contenta de s’installer sur le bord de cette falaise. Elle repoussa la base de son manteau rouge pour éviter de s’asseoir dessus et s’installa dans l’herbe. Là, elle entreprit de manger ce qui constituait son repas ; cette boule de pain. Ce n’était pas grand-chose mais en tant que demi-éon, elle n’avait pas particulièrement besoin de manger. Sa partie humaine réclamait parfois de la nourriture et dans ces cas-là, elle mangeait un peu ce qu’elle désirait. Dans ce cas-là, du pain chaud faisait l’affaire.

Ça faisait plusieurs lunes qu’elle avait quittée son père. Avec sa permission, elle avait touchée à ce drôle de symbole et s’était retrouvé dans un temple où le feu régnait. Tout de suite, elle avait sentit une grande familiarité avec l’être caché en ces lieux, mais les prêtres avaient refusés qu’elle aille voir, si bien qu’elle avait rebroussée chemin et prit un bateau pour une ville nommée Luca. Après y avoir passé quelques jours pour se familiariser avec ce monde, Spira, elle avait voyagée jusque là. Les gens étaient sympathiques, du moins, étant donné qu’ils ne connaissaient pas sa vraie forme… Ce serait autre chose en ces conditions, assurément…

Ses dents mordirent avec vigueur dans le pain. Pendant qu’elle mangeait, elle eut la surprise d’avoir un petit visiteur ; un oiseau minuscule aux plumes d’un bleu azur éclatant. Le petit volatile, nullement effrayée par cette femme pourtant habitée d’une entité que l’on pourrait bien qualifier de démoniaque, venait de se poser sur sa cuisse. Suri figea immédiatement.
« T’as du courage toi dit donc. » Dit-elle avant de sourire doucement et de se risquer à approcher son index. L’oiseau grimpa dessus. Forcément, il était intéressé par le pain qu’elle avait dans la main. Sans doute était-il suffisamment affamé pour ignorer sa crainte des êtres humains et s’approcher en espérant pouvoir récupérer quelques miettes. « Tiens, sers-toi. »

Elle tendit la partie mordue du pain, où la mie était visible, vers l’oiseau qui se plut à y planter son bec. Il mangea à sa faim, avant de chanter joyeusement et de s’envoler vers le soleil qui commençait à mourir derrière l’horizon. Ce n’était pas la première fois qu’un animal aux apparences innocentes l’approchait, mais ça la surprenait toujours… Là où les Hommes la craignaient dès qu’ils voyaient sa véritable apparence, ces bêtes de la nature s’en fichaient, et venaient vers elle quand même. Peut-être parce que son âme n’avait rien de monstrueux.

Au moins, ça l’avait mise de bonne humeur. Suri laissa un sourire dessiner ses lèvres avant de continuer de manger en admirant le paysage. Une petite brise se leva justement, et vint faire onduler sa chevelure blanche au gré d’Éole. Elle ignorait où elle irait ensuite, mais suivre cette brise ne serait pas une mauvaise idée… Elle se déplaçait vers la route inverse à Luca. De toute façon, faire demi-tour aurait été idiot, et elle avait envie de découvrir un peu de ce fabuleux monde aux couleurs extraordinaires.
Qui plus était, la nuit tombait. Et après des années passées sur la Lune Rouge, elle préférait voyager de nuit. Le départ serait donc pour bientôt.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Sam 18 Juin 2016 - 11:13

A préféré vivre dans le froid, Matteo avait été servi en arrivant dans le temple de Kilika : il y faisait une chaleur insoutenable et il avait tout de suite mis le plus de distance possible entre lui et ce temple, allant jusqu'à prendre le bateau pour arriver à Luca. Il n'y resta qu'une nuit avant de repartir sur une grande route où il pourrait apprendre le maximum sur ce monde, on lui avait dit dans le bar qu'il y avait une auberge où il pourrait faire une pause le soir venu et c'était pourquoi il n'était pas parti avec des provisions non plus. Mais avant d'arriver à l'auberge, il avait été attiré par une charmante jeune femme qui était installée sur le bord d'une corniche en train de manger du pain.

Un vif coup d'oeil vers l'auberge et sa décision était prise : il voulait aller voir cette demoiselle pour se renseigner sur le monde. Il aurait pu largement le faire avant, il aurait largement pu en savoir même davantage qu'elle en arrivant ici mais il avait choisi cette demoiselle parce qu'elle était bien plus agréable à voir que la majorité des autres personnes, selon lui du moins. Et, mine de rien, son apparence était particulière et lui donnait envie d'entendre le son de sa voix donc pourquoi se gêner ?

Sans la moindre hésitation, sans non plus qu'il ne se retrouve gêné de s'approcher comme ça d'elle, Matteo alla jusqu'à ce qu'il soit à ses côtés pour pouvoir lui demander tout de même la permission de s'installer à côté d'elle.

« Puis-je ? » Demanda-t-il en indiquant clairement la place à côté d'elle. Peu importait sa réponse pour le moment, il allait continuer pour préciser tout de même le fil de ses pensées, il ne manquerait plus qu'elle le prenne pour un pervers ou un type qui désirerait s'en prendre à son argent par exemple ! « Je viens d'un autre monde et j'aurais aimé en apprendre davantage sur celui ci. Et quoi de mieux que de le faire devant un paysage tout aussi magnifique que la source d'informations, non ? »

Il s'avançait peut être un peu trop et certainement bien rapidement mais il avait toujours été comme ça. Il avait eu une très longue vie mais il ne perdait pas de temps pour ne jamais penser au passé et, ainsi, ne plus avoir de regret. Il s'efforçait de ne jamais pensé au mal et de ne jamais vouloir le mal. Il pourrait voir de la gentillesse chez des mauvaises personnes ou chez des monstres désormais donc il ne craindrait absolument pas le rejet. Au moins, il se disait qu'il aurait essayé et pourrait se rendre compte de ce que voudrait cette demoiselle finalement.

Mais il était vrai qu'elle était très belle comme il avait pu le voir de loin, il regrettait presque de ne pas être arrivé avant ; le soleil était déjà camouflé derrière l'horizon et si le ciel était voilé de nuages orangés manifestant indéniablement l'arrivée de la nuit, il avait manqué de peu le coucher de l'astre diurne... Il aurait pu en profiter avec cette jeune femme mais il avait trop traîné à tenter de dompter cette bombe tout à l'heure. Ca avait fini qu'elle en avait eu marre et qu'elle avait explosé malheureusement – paix à son âme...

Son observation fut coupée lorsqu'il put entendre la réponse de cette demoiselle. Il retourna donc son regard vers le sien pour pouvoir l'observer plus profondément : elle avait de très beaux yeux aussi, d'une couleur tout aussi originale que sa manière de s'habiller... Quoi qu'il ne devrait pas être surpris vu que tous les mondes étaient liés désormais.

_________________



Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 19 Juin 2016 - 11:40

Alors qu’elle songeait à cet oiseau qui s’était envolé, Suri se fit surprendre par quelqu’un qui l’approcha. Habituellement, ses sens étaient plutôt aiguisés, elle avait le réflexe de se tourner avant même que les gens ne soient trop près d’elle, mais pas cette fois… Elle tourna vivement la tête lorsqu’un homme lui demanda s’il pouvait s’installer à ses côtés. La jeune femme parut confuse à prime abord et avec raison ; le connaissait-elle ? Ou était-ce normal pour lui de simplement s’approcher des inconnus pour leur demander s’il pouvait s’asseoir avec eux pendant qu’ils dégustaient leur dernier repas de la journée ? Curieux.

« Ehm, oui, je suppose. » Cette falaise ne lui appartenait pas après tout, pourquoi irait-elle lui interdire la possibilité de s’asseoir sur l’herbe hein ? Ce serait une façon plutôt égocentrique et égoïste de voir les choses. Elle détacha ses yeux de ce curieux personnage après quelques secondes d’observation pour simplement finir son pain avant qu’il ne soit froid. Il était encore tiède si bien qu’elle s’empressa de terminer les deux bouchées qu’il lui restait lorsque l’homme lui affirma venir d’un autre monde et chercher quelqu’un qui pourrait l’instruire sur cette planète. Il lui glissa aussi un compliment mais Suri ne le retint pas, probablement parce que la formulation de sa phrase fut des plus subtiles. Elle pensa juste qu’il disait que le paysage était beau à regarder— ce qu’il était d’ailleurs.

« Oh, je suis désolée, je ne viens pas d’ici non plus. Je suis arrivée il y a quelques jours. » Donc elle en savait certainement plus que lui mais ça, elle ne pouvait pas le savoir non plus. Ils étaient ironiquement arrivés exactement au même endroit, mais pas en même temps. Lui avait déprécié l’ambiance du temple d’Ifrit, bah elle aussi, puisque sur la Lune Rouge, la température était assez neutre, alors que dans ce temple, il faisait une chaleur insoutenable… Ici au moins, c’était couci-couça, elle préférait ça. « Et vous venez d’où ? »
Peut-être venait-il du même monde qu’elle… Il n’avait pas une tenue si différente de ce qu’elle avait déjà put observée sur sa planète natale. Un grand manteau blanc, très élégant, avec des chaînes dorées qui tombaient sur l’albâtre du tissu. Il semblait être un genre de dignitaire, ou peut-être un souverain d’une quelconque stature. Il lui donnait le sentiment d’être fortuné en tout cas, rien qu’à voir sa façon propre de se vêtir. Ce manteau à lui seul devait avoir coûté une véritable fortune.

« Je sais seulement que cette route est la Route de Mi’ihen, et qu’elle est trop longue pour être parcourue en une journée. » Dit-elle avec un sourire navré. « Je ne pense pas pouvoir vous êtres d’une grande aide. » Suri haussa les épaules avant de remarquer que le soleil à l’horizon venait de fondre totalement dans la mer. De ce fait, elle allait pouvoir repartir dans peu de temps. Elle préférait voyager de nuit, c’était bien plus confortable et plus invitant pour elle qui avait passé de nombreuses années à vivre, littéralement, sur la lune. Autant dire qu’il ne faisait jamais jour sur la lune. Le soleil ne la gênait pas, mais ce n’était pas son environnement de prédilection.

La jeune femme se leva donc de sa position, mais ne quitta pas son emplacement puisqu’elle supposa qu’il serait très impoli de bêtement fausser compagnie à cette personne. Il était venu lui parler, autant patienter et attendre que la conversation s’épuise d’elle-même. Ce n’était pas comme si elle était pressée ; elle n’avait aucune destination précise. Elle comptait juste laisser le destin mener ses pas vers ses lendemains et peut-être vivre de grandes aventures de ce fait… ou juste faire une promenade de santé qui durerait des jours.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Jeu 23 Juin 2016 - 21:28

Ca aurait de quoi surprendre n'importe qui de se faire demander l'autorisation de poser son postérieur à côté de soi. Enfin, Matteo n'était pas non plus le genre trop imposant même s'il venait de radicalement s'incruster dans les pensées de la demoiselle à l'instant. Il pourrait faire mieux encore en lui demandant des renseignements qu'elle ne pourrait malheureusement pas lui fournir. Il aurait aimé l'entendre davantage parler pour suivre le doux son de sa voix, il aurait aimé qu'elle parle davantage pour pouvoir la regarder plus longuement et ainsi tout justement passer tout autant de temps supplémentaire à ses côtés.

Ici depuis seulement quelques jours, Matteo se faisait la réflexion que c'était toujours plus de temps que lui mais il était vrai qu'elle ne pourrait pas lui en dire autant qu'il semblerait vouloir en entendre. Il allait être condamné à prendre le temps de visiter alors ? Si c'était en si charmante compagnie, il le ferait volontiers et lui glisserait certainement le commentaire d'ici peu, surtout s'il savait qu'elle comptait repartir pour voyager de nuit. Elle l'incita à reprendre la parole enfin parce qu'elle lui demanda d'où il pouvait venir, comme s'il serait possible qu'il vienne du même monde qu'elle.

« Le monde s'appelle maintenant Nova Chrysallia me semble-t-il... Enfin, ce n'est pas le plus beau monde que j'ai eu l'occasion de voir. Rien à voir à celui ci. » Spira donnerait envie de rêver, Spira donnerait des couleurs à une image en noir et blanc si bien qu'il appréciait déjà beaucoup le monde malgré la chaleur étouffante du temple de Kilika. Regrettable cependant, la jeune femme ne parla pas d'elle et ne lui renvoya pas la réponse sur ses origines. Il pourrait les lui demander par la suite sans aucun doute mais elle avait entamé un autre sujet qui aurait tout intérêt à être rapidement abordé en effet : le rôle qu'elle pourrait jouer pour lui...

Certes, elle ne venait pas d'ici mais elle put au moins lui dire qu'il se situait sur la route de Mi'ihen, une route qui ne pourrait pas être foulée en une seule journée mais lui n'avait pas encore pris de pause et pourrait bien contredire cette affirmation en se remettant en route. Elle ne pensait pas pouvoir lui être d'une grande aide mais, l'esprit très analytique, Matteo jugea qu'elle devait donc avoir pris du repos pendant la journée dans l'auberge avec ce qu'elle disait... Ce n'était pas comme si elle venait d'arriver là non plus puisqu'elle était en train de manger lorsqu'il était arrivé. Si elle ne pensait pas pouvoir l'aider, elle allait avoir le choix de le faire tout de même puisque Matteo ne perdait jamais l'illumination qui éclairait son visage et qui lui permettait d'avoir le sourire.

« Tout comme moi vous visitez alors, non ? » Il attendit une réaction de l'adolescente et reprit aussi rapidement qu'il put en noter une. « Non pas que ça me démange de faire appel à votre générosité pour m'aider, j'aimerais savoir si ça vous dérangerait de visiter ce vaste monde en ma compagnie ? »

Le soleil était en train de s'éteindre derrière la ligne d'horizon. Les derniers rayons étaient encore présents pour éclairer ce visage si jeune et si beau de la demoiselle. Un visage qui démontrait mille émotions, un visage qui pouvait, tantôt être assuré ou ambition, tantôt être gêné ou incertain. C'était une énigme à lui seul et la personne le portant avait tout de suite su comment attirer un ancien Fal Cie. Quoi que n'importe qui aurait pu en faire autant vu que c'était l'une des premières personnes que Matteo avait eu la chance de rencontrer depuis son départ. La majorité du monde ne l'avait pas même écouté leur parler lorsqu'il s'adressait à eux donc c'était pour lui une première dont il ne comptait pas se détacher maintenant s'il le pourrait...

_________________



Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 25 Juin 2016 - 18:59

Comme Suri s’interrogea sur le monde d’où venait cette étrange personne, l’homme lui répondit que sa planète s’appelait maintenant Nova Chrysalia… Il ne semblait pas certain lui-même et sa façon de le dire laissait presque présager que ce monde portait un nom différent auparavant. Suri arqua un sourcil en se demandant si c’était ça… Une planète pouvait-elle vraiment juste changer d’identité ? Est-ce qu’il y avait un comité pour décider de ce genre de choses ? Elle ne s’imaginait pas si tout d’un coup, quelqu’un décidait qu’un monde tout entier devait changer de nom…
Quoi qu’il en soit, concernant ce monde, il affirma que ce n’était pas le plus beau. Pas davantage que celui-ci. Suri pourrait confirmer. Sauf que du coup, le sujet glissa un peu sous la table et elle ne lui dévoila pas d’où elle, elle venait, non pas que ce soit très important pour le moment.

Etant donné que Suri avait clairement dit ne pas pouvoir lui être d’une grande aide, l’homme aux cheveux blancs lança qu’elle devait donc être en train de visiter et qu’ils pourraient peut-être poursuivre leur visite à deux, non ? C’était une demande qui sortait drôlement de nulle part… Il insinuait que ça l’aiderait de ne pas le faire seul. Suri ne s’attendait pas à ce qu’un étrange lui lance ça comme ça, elle fut étonnée, mais pas dans le mauvais sens. Ni dans le bon. Juste étonnée.

Elle finit par sourire, amusée de la situation.
« Peut-être qu’on devrait commencer par se présenter avant de penser voyager ensemble, non ? » Lança-t-elle en riant un peu. Ce type était un peu bizarre mais il avait quelque chose d’affectueux. Comme un petit chiot qui cherchait à tout prix à ne pas être délaissé. C’était mignon… Et qui plus était, Suri savait bien qu’elle ne dirait pas non à un peu de compagnie. Elle avait passée des années isolée sur la Lune Rouge, mais elle avait son père avec elle. Depuis quelques temps, elle apprenait à vivre par elle-même, mais ce n’était pas trop facile. Avoir un allié ne serait pas de trop pour visiter ce monde inconnu.

Suri entreprit donc de se lever pour constater que cette personne était beaucoup plus grande qu’elle. C’était un grand homme svelte qui se trouvait à être enveloppé dans un grand manteau blanc qui paraissait être des plus chaleureux. N’avait-il pas chaud là-dedans d’ailleurs ? Enfin, ce n’était pas tellement la question pour l’instant… La nuit était tombée et Suri se rendait bien compte que l’air marin apportait son lot de brises fraîches.

« Je m’appelle Suri. Je veux bien voyager avec vous, si on peut se tutoyer et s’appeler par nos prénoms. » Dit-elle en posant ses mains sur ses hanches, l’air sûr d’elle et particulièrement motivée à démontrer qu’elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds. S’ils devaient devenir amis, autant que ça commence ici et maintenant.
Certes c’était un peu imprudent, ce mec était peut-être un espèce de psychopathe qui se cachait derrière de charmants sourires, mais elle n’avait absolument pas peur et jugeait que de toute façon, sa partie chimérique se réveillerait si jamais elle devait faire face à un danger beaucoup trop important pour elle.

Elle regarda un peu autour pour remarquer qu’il semblait avoir un katana à sa taille. Il savait donc se défendre. Bien. Elle n’aurait pas été particulièrement déranger à devoir protéger quelqu’un mais quitte à voyager avec une autre personne, autant que ce soit côte à côte, comme des frères d’armes, plutôt qu’avec l’impression d’avoir un boulet… Lui par contre ne pourrait pas voir son épée sombre ; elle était magique et n’apparaissait que si Suri le désirait.

« Par contre j’espère que tu n’as pas peur du noir. » Dit-elle en ayant décidé qu’ils pouvaient se tutoyer après ce qu’elle avait dit précédemment. « Je préfère voyager de nuit. La lune me donne la pêche quand elle est haut perchée dans le ciel. »
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Mar 28 Juin 2016 - 23:46

On pourrait se demander si Matteo ne serait pas pressé par quelque chose ou pressé d'aller sur la dernière étape d'une amitié en discutant avec cette jeune femme. Il ne la connaissait pas encore qu'il lui proposait de voyager avec elle. Ce n'était pas qu'une seule étape qu'il venait de sauter mais la demoiselle ne s'en offusqua pas et lui répondit qu'ils devraient peut être commencer par se présenter en bonne et due forme avant de penser voyager ensemble.

« Il est vrai que ça serait certainement plus évident pour le voyage ! » Mais il ne se présenta pas pour autant puisque la demoiselle semblait vouloir commencer. Elle était l'instigatrice de cette dernière parole après tout et aurait certainement l'envie de commencer, non pas que ça n'embête le fal cie non plus. Il avait détourné le regard quelques secondes histoire de voir que le soleil venait de plonger dans l'eau à l'horizon : il n'y avait donc désormais qu'un ciel noir drapé d'étoiles en guise de luminosité, c'était suffisant et donnerait presque envie de rêver.

Enfin, Matteo put avoir une réponse à l'une de ses interrogation : cette charmante jeune femme se nommait Suri et elle acceptait de voyager avec lui sous une seule condition : qu'ils s'appellent par leur prénom et qu'ils se tutoient. Ca semblait être une chose respectable si bien que Matteo fit un signe affirmatif de la tête avant de répondre.

« Tes conditions me plaisent bien. Personnellement, je m'appelle Matteo. » Il n'avait pas donné le nom de famille étant donné que Suri ne l'avait pas fait. Il jugeait que c'était peut être que ça n'existait pas sur son monde et que donner son nom complet lui vaudrait le droit de se faire appeler de cette manière tout au long ensuite donc autant éviter puisque ça lui serait intensément désagréable à l'oreille à chaque fois.

Ce qui était sûr, c'était qu'avec les postures qu'elle se donnaient, cette fille ne semblait ni avoir la langue dans sa poche, ni être d'une timidité qui la pousserait à faire ou dire des âneries. Ca risquait d'être intéressant un voyage en sa compagnie. Un sourire venait de naître sur le visage de Matteo alors qu'il s'imaginait déjà pouvoir passer une bonne route avec cette demoiselle et elle semblait d'entrain à suivre voire même à prendre les devants. Elle avait un corps généreux et tout aussi agréable à voir qu'à s'imaginer toucher mais Matteo n'insista pas trop dessus avant de plus directement regarder ses yeux alors qu'elle proposait de partir maintenant, espérant donc que Matteo n'aurait pas peur du noir étant donné qu'elle préférait voyager de nuit sous prétexte que la lune lui donnait d'autant plus de forces qu'elle n'en aurait besoin.

« Si tu es à l'aise dans le noir, ça m'ira d'autant plus que ça nous fera aller plus vite. Je n'ai jamais réellement voyager personnellement, je ne peux donc dire ce que je préfère. »

Mais que ça soit de noir ou de jour, il serait avec une charmante jeune femme qui illuminera parfaitement son chemin. Et s'il ne se permit pas de le lui avouer sur le coup, ce n'était que parce qu'il se demandait si c'était correct. Après avoir jaugé la situation quelques secondes de plus, il prit les devants pour lui démontrer qu'il était prêt et reprit la parole pour laisser entendre ce qu'il venait de penser.

« Et qui aurait peur de voyager dans le noir avec un soleil tel que toi pour guider ses pas ? »

Suivi d'un petit sourire charmeur, Matteo lui adressa un clin d'oeil et se prépara à avancer, contredisant alors ce qu'il venait de dire sur le fait que Suri pourrait guider ses pas : elle connaissait autant que lui donc autant ne pas lui laisser prendre tous les risques non plus. Devrait-il lui avouer qu'il préférait être à l'arrière pour la soutenir et la soigner en cas de besoin ? Non, il ne lui dirait pas... Elle s'en rendrait compte bien assez tôt certainement.

_________________



Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Ven 1 Juil 2016 - 18:28

Ce charmant personnage se présenta sous le nom de Matteo. C’était un nom assez basique qui laissa Suri souriante. Au moins, c’était facile de se souvenir. Elle hocha de la tête pour confirmer avoir bien retenu son nom tout en comprenant qu’ils s’entendraient probablement bien ; les conditions de la demoiselle pour faire ce voyage ensemble convenaient parfaitement à ce bel homme et c’est sans hésitation qu’il se mit à la tutoyer, comme elle l’avait demandé.
Cela dit, elle demanda autre chose aussi ; voyager de nuit. Elle était plus confortable ainsi.

Matteo n’y vit aucun problème. Il trouva même le moyen de la complimenter en disant qu’avec un soleil comme elle pour guider ses pas, il n’avait absolument aucune raison de se faire une frayeur du noir. Suri rit un peu de façon relativement ironique. Elle, un soleil ? C’était mignon comme tout de lui dire une chose pareille mais ce n’était pas tout à fait vrai dans le fondement. Elle venait de la lune, elle n’était pas une descendante du peuple qui vivait sur la Lune Rouge auparavant, mais elle avait vécue suffisamment longtemps là-bas pour savoir qu’elle était une fille de la lune, et qu’elle n’avait rien d’un soleil.

La jeune femme leva la tête pour regarder la lune qui était pleine, bien dressée dans le ciel. Elle songea à son père l’espace d’un instant et eut un sourire nostalgique, avec un brin de mélancolie, avant qu’elle ne rejoigne Matteo qui avait déjà pris les devants. Elle était supposée le guider comme il l’avait dit, mais il s’était déjà avancé pour la devancer, ce qui décrédibilisait un peu son rôle de soleil hein ! Mais tant mieux, elle n’avait pas tellement envie de s’embarrasser à guider, surtout qu’elle ne connaissait pas ce monde.

« Hé, c’était pas supposé être moi le soleil qui guide tes pas ? » Dit-elle à la blague en pressant le pas pour le rejoindre.
Ils ne se connaissaient que depuis quinze minutes mais elle se sentait plutôt à l’aise mine de rien avec lui. Il était sympathique, beau, et il respirait quelque chose d’agréable, comme la promesse d’une bonne compagnie.

Elle se retrouva à ses côtés et marcha en regardant droit devant elle. Elle ignorait ce qui les attendait mais il lui semblait correct de penser que ce serait une aventure pleine de rebondissements ! Suri jeta un coup d’œil quand même vers l’arrière pour voir si elle n’avait pas oubliée quoi que ce soit mais à priori non. Son épée apparaîtrait par magie sur demande de toute façon si bien qu’elle n’avait pas à s’inquiéter de l’oublier quelque part. C’était le bonheur d’avoir une arme chimérique.

Quelques monstres se gambadaient devant eux. Comme les sujets de conversation manquaient, Suri improvisa.
« Et ton monde du coup, Nova Chrysalia, tu as dis qu’il s’appelait comme ça maintenant… Il avait un autre nom avant ? » C’était amusant comme idée quand même. Pourquoi un monde changerait-il de nom ? C’était vraiment une chose que Suri ne comprenait pas. En tout cas pour le moment, ils n’avaient aucune menace en face d’eux donc autant papoter un peu pendant qu’ils le pouvaient. Certes on pouvait se faire des amitiés au travers des combats mais elle préférait établir ça sur une base plus sociable que l’entrechoquement des lames et les explosions de magie… « Le mien n’a même pas de nom. On l’appelle la planète bleue. » Révéla-t-elle en haussant les épaules, un léger sourire amusé au visage.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Ven 1 Juil 2016 - 22:05

C'était sans attendre que Matteo était parti sans laisser la chance à son soleil de passer devant : Suri avait en effet vérifié ne rien oublier sur la route avant de prendre les devants et elle le lui mentionna en s'arrangeant tout de même pour le rattraper. En l'entendant arriver pour mentionner qu'elle pensait être le soleil, Matteo se retourna pour marcher dos à la route histoire de la voir et lui parler bien en face pour ainsi se faire entendre sans se soucier de ce qui pourrait se dresser sur sa route.

« C'est toujours le cas mais je n'oserais imaginer ce que deviendrait un soleil s'il se faisait dégrader par les dangers de la route. Je préfère m'assurer qu'il ne lui arrive rien quitte à endosser le rôle de chevalier. »

Même s'il n'était techniquement pas un chevalier, il restait un fal cie. Matteo n'avait jamais combattu pour être franc, il n'avait jamais levé une arme pour se battre mais il disait savoir se battre parce que c'était une chose normale pour un habitant de Pulse que de savoir lever une arme. Cependant, pour un fal cie, il fallait prendre la vie des personnes proches pour les transformer en L'cie et s'en servir comme arme... Matteo s'était isolé du monde pour ne jamais avoir à faire une telle chose et c'était tout de même arrivé. Il aurait maintenant la chance de se rattraper et s'il pourrait ne serait-ce que protéger cette vie même au détriment de la sienne, il n'hésiterait pas à le faire et lever son épée contre toutes les cibles qui en voudraient à la vie de Suri.

La route avait été reprise de manière normale pour le jeune homme en tout cas, Suri étant maintenant à ses côtés. Le silence avait fini par retomber et, en passant sur un grand pont de pierre, la demoiselle reprit la parole pour se renseigner sur le nom du monde d'où venait l'ex fal cie. Ca avait de quoi donner de l'intérêt à quoi que ce soit que de dire ce genre de choses et il répondit sans attendre et en haussant les épaules.

« Je ne sais même pas ce qui a fait qu'il a changé de nom. » Ce n'était peut être pas le même monde même puisqu'il ne voyait en rien la ressemblance avec son monde initial mais il le dit tout de même. « Il s'appelait Gran Pulse. » Ca pourrait paraître bizarre mais une bizarrerie encore plus étrange serait de se rendre compte que la planète d'où venait cette charmante demoiselle n'avait pas même de nom et se faisait appeler la planète bleue. Matteo tourna le visage vers le sien pour la voir sourire et ne pouvoir s'empêcher de lui répondre de la même manière. Elle était agréable à regarder telle était sa beauté. Il appréciait pouvoir discuter avec une si charmante compagnie en plus si bien qu'il s'emporta dans un nouveau compliment.

« Il n'a rien à t'envier, tu portes le rouges bien mieux que le bleu ne puisse te porter. » Ca devait faire un sacré contraste s'il était vraiment bleu. Mais Matteo n'était pas stupide non plus et reprit de plus belle. « Cette planète porte certainement ce nom parce qu'on y trouve majoritairement de l'eau, non ? »

Il aurait presque envie de lui prendre la main pour faire la route mais il se retiendrait. Sa compagnie devrait lui suffire mais il était poussé à vouloir se rapprocher d'elle davantage encore qu'il ne pourrait l'être à cet instant. Pourtant, avant de quitter ce pont de pierres, il allait signaler qu'il n'avait pas exclusivement dédié son regard pour elle puisqu'il pointa quelque chose en bas de cette colline. « Regarde, une créature drôlement pressée. » Il démontrait un chocobo courant à toute allure sans pouvoir donner un nom à la créature en question : il n'en avait jamais vu...

_________________



Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 7 Juil 2016 - 14:05

C’était elle le soleil qui guidait ses pas, mais ce serait dommage qu’elle soit abimée, non ? Certes… Mais à quoi ça servait alors qu’elle guide ses pas si elle ne pouvait même pas être devant ? C’était une logique assez curieuse. Il disait comme ça endosser le rôle de chevalier pour la protéger des dangers qui pourraient survenir sur la route. C’était bien mignon, élégant, gentleman aussi, mais Suri s’abstint tout juste de mentionner qu’elle était capable de se défendre et qu’elle avait une épée très probablement plus longue et épaisse que le katana qu’il avait d’attaché à sa ceinture.
Mais ce n’était pas le moment de jouer à qui a la plus grosse.

Suri s’informa donc sur ce curieux monde d’où venait Matteo. Maintenant il s’appelait Nova Chrysalia mais ce n’était pas le cas avant. Il ignorait quelle autorité pouvait se permettre de changer les noms des mondes tout entiers comme ça mais avant, c’était Gran Pulse. Ça ne disait toujours rien à Suri. En même temps, outre celui-ci et celui d’où elle venait, Suri ne connaissait aucun autre monde. Peut-être qu’un jour, ils pourraient se surprendre à voyager sur cette Nova Chrysalia et elle pourrait voir un peu de quoi ça avait l’air !

Elle lui parla ensuite de son propre monde, en mentionnant le nom plutôt bateau que celui-ci avait. Pendant qu’elle parlait, elle constata que Matteo avait une tendance notable à la regarder constamment, ou l’admirer, difficile à dire au vu du regard qu’il portait sur elle. Un regard lourd de sens, le genre de regard qu’on posait sur quelque chose de magnifique, pour se l’imprégner dans la tête. Si Suri appréciait le compliment silencieux, elle préférait continuer sur le fil de la conversation et l’entendre dire que cette planète avait sans doute ce nom parce qu’elle était majoritairement couverte d’eau.

Suri haussa les épaules. C’était une bonne question.
« Je n’en sais rien. Peut-être, ça paraît logique. » Elle n’avait jamais vraiment fait attention au fait qu’il y ait beaucoup d’eau ou pas sur la Planète Bleue. Mais selon Matteo, cette planète n’avait rien à lui envier, car elle portait bien mieux le rouge que le bleu ne puisse la porter… Ah ! Il parlait d’une bien jolie manière. Elle aimait bien l’entendre parler. Ils ne se connaissaient que depuis vingt minutes mais déjà, il avait réussi à la charmer avec cette façon assez originale de s’exprimer. C’était décidément un homme intéressant, et intriguant à sa simple manière d’être et d’agir.

Ce qui fut d’autant plus surprenant pour Suri, c’est qu’il démontra un chocobo en train de courir à toute allure en disant que c’était une créature drôlement pressée. La fille de Bahamut regarda l’oiseau aux plumes jaunes filer à côté d’eux. C’était un chocobo sauvage sans doute, il n’avait pas de selle et personne pour le monter.

« Oh, c’est un chocobo. Ils n’existent pas sur Nova Chrysalia ? » Ils existaient sans doute à une époque lointaine mais pour Suri, c’était curieux que les chocobos n’existent pas sur un monde. Elle avait remarquée qu’il y en avait ici, il y en avait également sur sa planète, alors elle avait un peu pris pour acquis que ce serait le cas partout ! Beaucoup de choses se ressemblaient déjà pas mal ; ils parlaient la même langue, utilisaient la même monnaie… Mais à priori, il y avait quand même des différences… « Parfois on peut les utiliser comme moyen de transport. Mais quand ils sont sauvages, ce sont d’incroyables adversaires. Dans le sens où ils sont vraiment très dangereux. » Dit-elle en riant un peu. Quoi que se faire éclater la figure par un chocobo, ça n’avait rien de drôle…

Comme ils continuaient d’avancer, il y avait de fortes chances pour qu’ils se fassent attaquer par un monstre bientôt. Suri restait aux aguets mais pendant qu’ils étaient encore au calme, elle lui divulgua les informations qu’elle avait sur cette grande route.
« Après ça, il y a un autre morceau de route à traverser, la route de Djose on m’a dit. Il n’y a aucun point de repos avant de l’avoir traversé. Il paraît que la prochaine auberge est dans une ville appelée Guadosalam… Je ne sais pas si c’est loin par contre. » Elle sortit une carte de sa poche qu’elle avait achetée à l’auberge. Elle s’arrêta, la déplia, et montra leur position à Matteo. « On est ici. Et Guadosalam devrait être… là. Je crois que ça fait pas mal de temps de marche quand même. » En déduisit-elle sans trop se sentir découragée pour autant.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Ven 8 Juil 2016 - 16:21

L'architecture des mondes et la raison de leur identité était méconnue par beaucoup de personnes. Même parfois les gouvernements ne se souvenaient plus pourquoi telle ou telle chose portait un tel nom donc on ne pourrait décemment pas en vouloir à Suri de ne pas pouvoir savoir pourquoi la planète Bleue portait ce nom. Ce qui était sûr, c'était que cette planète ci, Spira, était très belle et ne manquait pas de charme aux yeux de l'ancien Fal Cie, il était d'ailleurs charmé de pouvoir voyager en compagnie aussi charmante et il ne manquait donc pas de la regarder dès qu'il en avait l'occasion, sans non plus manquer ce qu'il se passait devant lui comme il le prouva lorsqu'un chocobo passa non loin d'eux.

La surprise de Matteo se transforma rapidement en question de la part de Suri : un chocobo n'existait pas sur Nova Chrysalia ? A vrai dire, Matteo savait que ça existait, il n'en avait juste jamais vu.

« J'ignore s'ils existent encore aujourd'hui mais il y en avait auparavant... Je n'ai jamais eu la chance d'en voir néanmoins. » La manière dont il le disait pourrait laisser entendre qu'il aurait pu y être auparavant mais ce n'était peut être qu'une manière de dire les choses vu qu'il avait une certaine façon de parlementer. Une petite explication arriva tout de même sur ces bêtes : elles pouvaient être domestiquées et utilisées comme des montures – l'idée de faire d'une bête aussi bête un esclave à monter ne plaisait pas à Matteo cependant – ou, si elles étaient à l'état sauvage, c'était le genre de bête à ne pas sous estimer et Matteo pourrait comprendre pourquoi rien qu'à voir le pas de course de la bête, la manière dont elle sautait et planait gracieusement. Un coup de bec ne serait pas pour faire des cadeaux à une personne et il n'était pas conscient qu'une telle bête pourrait faire de la magie certainement plus offensive encore que lui ne pourrait en faire.

Le pont maintenant derrière, ils allaient arriver à un premier embranchement qui les conduiraient vers la route des mycorocs. Suri avait pris une carte pour pouvoir voir où ils étaient et où ils devraient aller sans se soucier de savoir si des créatures sauvages se pointeraient pour les attaquer. Matteo surveillait donc mais regardait aussi la carte pour se renseigner de l'endroit où ils étaient et de celui où ils devraient aller. Il nota donc la position actuelle, il nota aussi le Sélénos, dernier obstacle avant d'atteindre la ville dont elle avait parlé, Guadosalam. Il notait cependant qu'il y avait des bifurcations et même s'il n'y avait pas de ville, il put remarquer un temple sur la route, le temps de Djose.

« Il paraît qu'il y a un temple ici. » Dit-il en démontrant la partie de la carte correspondante. « Je suppose qu'ils auraient au moins de quoi se reposer si on peut y faire une pause. » Il avait bien regardé tout ce qu'il y avait à voir, l'échelle y comprise et c'était pourquoi il reprenait la parole pour pouvoir laisser entendre ce qu'il pensait. « A en juger à la carte, si elle est correctement rédigée, on devrait en avoir pour trente à trente cinq heure de marche encore. »

Fin calculateur, il pourrait aisément calculé une distance à parcourir et le temps que ça prendrait même s'il n'avait pas encore fait le chemin : une pause serait donc de mise en chemin mais il ne tarderait pas à se faire surprendre par des choses qu'il n'attendait pas forcément au vu de son expérience. Des bruits de pas précipités arrivaient dans leur direction et il regarda Suri comme pour savoir si elle était consciente de ce qui pourrait ainsi les charger. Ils arrivaient dans un virage en plus donc ce n'était pas quelque chose qu'ils pourraient voir venir.

« La marche ne me dérange pas mais je crois que nous allons être confrontés à un tout autre genre de sport. »

Ce n'était pas pour autant qu'il perdrait son sens de l'humour et le si charmant sourire qu'il pourrait avoir. De quelques pas vers l'avant, il fit comprendre à Suri qu'on n'estompera pas sa lumière tant qu'il serait présent. Il allait d'ailleurs mettre les choses au clair assez rapidement.

« Je suis en mesure d'attirer l'attention des monstres et de soigner au besoin. » Mais il ne le précisait pas : il était tout aussi apte à attaquer et penserait presque que Suri n'était apte de rien faire du tout de son côté mais il allait vite se détromper si elle se mettait à agir - elle n'était pas une petite fille douillette non plus et pourrait maintenant très largement le prouver.

_________________



Béryl
Ancien Game Master

avatar

Messages : 452
Messages RP : 223
A ÉTÉ POSTÉ Ven 8 Juil 2016 - 20:40

Un Chien et un Ipiria vous prennent en tenaille !


Suri : 460/460Hp • 60/60Mp • Limite : 0% • 15%Sanguine, DemiMP, Bravoure, DefMutisme (1 action)
Matteo : 1000/1000Hp • 200/200Mp • Limite : 0% • Rôle Actif : 1 • DemiMP, Carapace (1 action)

Chien de Mi'ihen : 100%
Ipiria : 100%
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mer 13 Juil 2016 - 10:48

Il y avait une bonne raison pour laquelle Matteo ne connaissait pas les chocobos ; s’ils existaient sur son monde à une époque, ce n’était à priori plus le cas dorénavant. C’était dommage… Suri aimait bien ces oiseaux, ils avaient quelque chose de majestueux à ses yeux. Qui plus était, ils avaient quelque chose d’utile pour la vie de tous les jours et pour le quotidien de nombreux voyageurs.

Quoi qu’il en soit, si on laissait de côté la conversation sur les chocobos, il était maintenant temps d’avancer et de voir jusqu’où ils pourraient aller en pleine nuit pour trouver un point de repos de jour. Suri montra la carte qu’elle avait achetée à Luca au bel homme, question d’avoir son avis sur la question et aussi de voir jusqu’où ils devraient voyager et combien de temps surtout. Matteo indiqua un temple à proximité mais même s’ils pourraient s’y reposer les pieds, Suri ignorait s’ils pourraient y dormir. Mais juste à regarder la carte, en supposant qu’elle soit bien établie, il supposait qu’il y en aurait encore pour trente cinq heures de marche.
« Trente-cinq ? Tu es capable de calculer ça comme ça, à vue de nez ? » Demanda-t-elle, étonnée. Visiblement oui puisqu’il venait de le faire. Décidément, non seulement cet homme inspirait une forme de mystère palpable, mais en plus, il était impressionnant ! Elle avait déjà hâte de voir ce qu’il pourrait lui sortir d’autre comme tour de passe-passe.

Suri rangea sa carte dans l’une de ses diverses poches, si ce n’était pas un petit sac à sa ceinture, avant de suivre Matteo pour continuer à avancer sur cette longue route. Ils ne pourraient pas être tranquille longtemps finalement et peut-être que le trente-cinq heures se transformerait en trente-six ou trente-sept plutôt puisqu’il semblait y avoir une faune abondante ici, surtout en pleine nuit. Comme des silhouettes menaçantes se dessinaient déjà à l’horizon, on pouvait juger qu’ils allaient devoir combattre.

Matteo nota pouvoir soigner et attirer l’attention des ennemis. Suri hocha de la tête, contente d’avoir un allié apte d’utiliser de la magie blanche. Comme ça au moins, ils pourraient se garantir une bonne sûreté. Ça aurait été bête d’avoir un allié incapable de soigner, puisque Suri, bien que loin d’être une complète nullité en magie, n’était pas si douée que ça en sorts curatifs.
« Et moi je peux… taper. » Voilà oui c’était à peu près ça pour l’instant. « Et faire quelques magies ! » Si elle n’était en aucun cas un mage d’exception – contrairement à l’impression que lui donnait ce charmant jeune homme – elle était capable d’utiliser des éléments si besoin. C’était une façon efficace de se défendre si jamais ils tombaient sur des ennemis qui étaient trop résistants aux attaques physiques.

En parlant de physique, la jeune femme donna un coup de sa main gantée de métal dans le vide et soudain, de nulle part, une grande épée noire aux reflets bleus et rouges apparut. Elle était très longue et semblait être la griffe d’un monstre géant rien qu’à la regarder. C’était à se demander si elle ne l’avait pas arrachée à une créature des ténèbres ! Mais si Suri ne s’inquiétait pas du regard de Matteo sur elle ne voyant une arme parelle, elle refusait d’activer son pouvoir en sa présence. Elle ne voulait pas vraiment être considérée comme un monstre aux yeux d’une personne qu’elle appréciait déjà à peu près… Il était si charmant et gentil déjà, le faire fuir serait la dernière chose qu’elle voudrait faire.

L’étrange duo qui se dessina devant eux était formé d’un chien et d’un lézard. Suri avait eut l’occasion d’attaquer ces chiens en route vers l’auberge. Ils étaient résistants à la magie mais ça, elle ne pouvait pas le savoir, puisqu’elle n’en avait jamais utilisé sur eux ! Elle était plus prompte à vouloir cogner avec son épée plutôt. Le reptile par contre lui était totalement inconnu.
« Bien. Réglons leur compte, sinon ça fera un peu plus que trente-cinq heures. » Dit-elle avec un sourire.

Suri Attaquer sur le Chien de Mi'ihen.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Sam 16 Juil 2016 - 23:18

Oui, trente cinq ! Et presque au pif en fait ! Mais Matteo avait tout de même suivi une certaine logique pour déterminer une telle chose. Il se fiait à la distance qu'il avait parcouru en partance de Luca et regardait le chemin à suivre pour comparer le temps qu'il faudrait encore en marchant. C'était donc monstres inclus puisque la route entre Luca et maintenant n'avait pas tant que ça été dégagée non plus.

Mais rapidement, deux créatures vinrent se mêler à la partie et démontrèrent clairement qu'il n'y aurait pas d'autres options que la bagarre pour régler ça. Matteo ferait des sorts curatifs et Suri de l'attaque physique sans être inapte à utiliser la magie pour autant. Matteo n'allait pas lui voler la vedette pour la force brute néanmoins surtout qu'il était loin de pouvoir faire apparaître son arme d'un mouvement de la main comme Suri aurait fait. Non, il se contenta de décrocher la sienne de son dos pour la positionner devant lui.

Il faudrait donc leur régler leur compte assez vite s'ils ne voulaient pas que le temps de route ne dépasse de beaucoup trente cinq heures. Pourtant, toujours prompt à la discussion malgré les circonstances, Matteo reprit suite à ce que Suri venait de dire.

« L'interruption opposée par les monstres de la route étaient comprise dans cette durée. Si on va trop vite, on risque de se rapprocher un peu davantage des trente heures en fait. »

Et un nouveau sourire pour la route, charmeur comme tout le Matteo ! Il n'en resterait pas un combattant efficace puisqu'il commencerait par faire autre chose qu'un soin pour débuter étant donné qu'il n'était pas nécessairement l'heure de soigner des blessures inexistantes pour l'instant.

Il ferait confiance à Suri pour l'attaque et ne manquerait pas de démontrer ce qu'il saurait faire en dehors de soigner si jamais elle s'en rendrait compte. Mais entre une attaque et deux voire même trois en même temps, elle sentirait la différence dans sa rapidité d'ici très peu de temps.

« Et j'ai bien une manière de nous faire aller plus rapidement qui plus est. »

Ceci dit, il n'allait pas chercher à expliquer le pourquoi du comment il le ferait puisque c'était bien davantage de technique qu'autre chose. Et expliquer ça à une personne qui faisait parler une lame plutôt que de la magie, ce serait comme de tenter de définir les couleurs à un aveugle.

« Tu as appris à te battre seule ? » Demanda-t-il pour alimenter la discussion, non envieux que cette bataille lui coupe le plaisir d'entendre la douce voix de cette charmante demoiselle.

Matteo : Booster+ (Alliés)

_________________



Béryl
Ancien Game Master

avatar

Messages : 452
Messages RP : 223
A ÉTÉ POSTÉ Lun 18 Juil 2016 - 13:06

Ipiria : Attaquer > {Carapace} -32Hp {Matteo}
Ipiria : Attaquer > {Carapace} -32Hp {Matteo}
Chien de Mi'ihen : Attaquer > {Carapace} -37Hp {Matteo}
Matteo : Accélération > Booster+ {Matteo, Suri} // -15Mp {Matteo}
Chien de Mi'ihen : Attaquer > -11Hp {Suri}
Suri : Attaquer > -75Hp {Chien de Mi'ihen}

Suri : 449/460Hp • 60/60Mp • Limite : 2% • 15%Sanguine, DemiMP, Bravoure, DefMutisme, Booster+ (5) (1 action)
Matteo : 899/1000Hp • 185/200Mp • Limite : 10% • Rôle Actif : 1 • DemiMP, Carapace, Booster+ (5) (2 actions)

Chien de Mi'ihen : -75Hp
Ipiria : 100%
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mar 19 Juil 2016 - 13:07

Non seulement Matteo était malin et calculait bien les distances, mais en plus, il avait déjà considéré les combats contre les monstres dans cette durée ! Suri devait bien admettre être épatée. Sans les combats en fait, le voyage avoisinerait plutôt les trente heures, mais même à ça, Suri devait bien admettre que la route lui paraissait longue. A vue de nez sur la carte, ça ne semblait pas être si long pourtant… Comme quoi il ne fallait jamais se fier à la distance qu’indiquait environ une carte sur une feuille de papier. Ce n’était pas la même chose.

Quoi qu’il en soit pour le moment, c’était l’heure de combattre et paradoxalement, Suri passait davantage pour la mage sur le premier regard puisqu’elle dégaina brutalement son épée en la faisant apparaître de nulle part ! Ce qui ne sembla pas vraiment surprendre son partenaire d’ailleurs… Elle aurait crut qu’il aurait au moins eut des interrogations mais au moins de cette façon, elle n’avait pas à expliquer d’où venait cette lame magique et pourquoi elle pouvait la matérialiser de la sorte.
Lui, il dégaina un katana qu’il avait à sa ceinture, arme blanche que Suri avait déjà remarquée. Elle l’entendit ensuite annoncer qu’il pourrait les accélérer au combat ce qui ne serait pas une mauvaise idée car malgré l’agilité dont Matteo semblait être capable de faire preuve, les monstres étaient plus rapides qu’eux ! Surtout le reptile aux couleurs orangés qui se mit à slalomer dans leur direction, la langue fourchue sortit et toutes griffes dehors.

C’est Matteo qui se fit attaquer à deux reprises. Pas de gros bobos, pas de quoi tacher son manteau blanc de sang, heureusement parce que c’était l’enfer d’enlever ça du tissu ! Suri pouvait le dire puisque même si elle portait du rouge et du noir, elle avait déjà lavé des vêtements à la main – une machine à laver ? Ça n’existait pas du tout sur son monde – et autant dire que le rouge sur du blanc, c’était la merde à débarrasser. Il fallait frotter pendant des heures, une vraie tuerie.

Le magicien ne semblait pas trop enclin à se taire cependant puisqu’il voulait entretenir la conversation. Il le prouva en reprenant la parole pour lui demander si elle avait apprit à se battre toute seule alors qu’une aura de vitesse accélérée les entourait. Le temps était maintenant altéré autour d’eux seuls et ils pouvaient être plus rapides que les monstres. Enfin, sauf Suri, elle n’était pas très rapide… En même temps, son épée était particulièrement lourde !

Mais soit donc, Matteo lui demanda si elle avait apprit à se battre seule. Suri acquiesça.
« Oui… plus ou moins. » Dès ses dix ans, Asura et Léviathan l’avaient entraînée à maîtriser ses pouvoirs de chimère, mais aussi à combattre pour assurer sa survie en cas de souci dans le monde des Hommes. Ce n’était pas vraiment une chose dont on parlait bêtement à n'importe qui, encore moins à une personne qu’on venait de rencontrer. « J’étais la garde rapprochée d’une prêtresse. J’ai eu un bon entraînement. »
Et pour le coup, ce n’était pas un bobard. Elle avait été chargée de protéger l’une des huit prêtresses de Troia lorsqu’elle était arrivée sur la surface, peu de temps après que Asura lui ait donné l’autorisation de quitter le monde des éons. Malheureusement, des circonstances plutôt choquantes avaient obligées Suri à quitter son poste, mais ça c’était une autre histoire…

« Et toi ? Tu as appris à utiliser la magie par toi-même ? » C’était plutôt téléphoné comme question, forcément s’il lui demandait ça, elle allait l’interroger aussi sur l’apprentissage de ses capacités. Mais que pouvait-on faire d’autre que de papoter pendant un combat ? Sinon, la chose devenait vite inintéressante.

Suri Attaquer sur le Chien de Mi'ihen.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Jeu 21 Juil 2016 - 23:50

Un combat devenait vite lassant lorsqu'il était fait de manière sérieuse et militaire – quoi que c'était un peu la même chose de dire sérieux et militaire selon Matteo. C'était bien pour ça qu'il préférait parler pendant cette durée même si ça pourrait déconcentrer quelques personnes. Suri ne semblait pas particulièrement déconcentrée par ce qu'il disait et, au contraire, elle appréciait l'écouter puisqu'elle lui répondait en disant par exemple qu'elle avait effectivement appris à se battre toute seule plus ou moins.

Elle était en fait de la garde rapprochée d'une prêtresse et elle avait du en conséquence apprendre à se battre en parlant d'un bon entraînement. Elle lui retourna indéniablement la question alors que le mage faisait tout ce qu'il pouvait pour rendre ce combat plus agréable autant dans la forme que dans le fond. Maintenant les deux personnes accélérée, il comptait bien freiner la réactivité de ses cibles en leur infligeant l'altération d'état Somni. Si ça ne fonctionnait pas, il passerait en soigneur pour s'occuper de la santé de tout le monde et si ça marcherait... Il ferait pareil de toutes façons avant de se mettre à plus sérieusement attaquer.

« Oui, c'est quelque chose d'inné chez moi mais ce n'est que récemment que j'ai vraiment pu commencer à tester ce genre de sorts là. Et je dois avouer que j'aime beaucoup ça. »

C'était déjà moins impressionnant que d'utiliser un pouvoir de transformation pour mettre quelqu'un à la bonne d'un Fal Cie. C'était une manière méprisable de se défendre ou de chercher à se protéger alors qu'un Fal Cie était tout de même un dieu presque. Oh, sans aucun doute y en avait-il qui appréciaient se faire passer pour les dirigeants du monde ou les grands créateurs d'un quelconque système révolutionnaire et tout ça mais ce n'était pas le cas de Matteo qui avait préféré oublier son identité de Hraesvelgr. Il ne l'oubliait pas dans le fond mais préférait se faire passer pour un humain afin d'oublier le mal qu'il avait pu faire et le fait qu'il était probablement aussi vieux que le monde.

« Je ne sais pas encore utiliser toutes les couleurs de la magie mais tôt ou tard, je suis persuadé que même la manipulation de l'éther n'aurait plus un seul secret pour moi. »

Ce n'était que pour parler finalement puisqu'il n'y aurait rien à répondre. Après, il trouvait ça étrange de faire apparaître une arme de la manière dont elle l'avait fait si bien que, ignorant les deux attaques qu'il avait pu se manger, il reprit de plus belle.

« Néanmoins, je suppose que tu dois quand même avoir quelques connaissances en magie pour être en mesure de faire apparaître et disparaître une épée comme tu le fais, non ? C'est un tour de passe passe ? Une chose qu'on t'as enseignée ? »

Parce que même pour un fal cie, c'était une question intéressante de savoir comment faire pour ce genre de petites chose. Pour un dieu, tout était réalisable mais du point de vue d'un humain, toutes les questions pourraient être posées. Un chien l'attaqua avant qu'elle ne puisse répondre par contre et, de suite, Matteo s'inquiéta de savoir comment elle allait. Ce n'était pas plus qu'une égratignure par rapport à ce que lui même pouvait prendre mais il s'en inquiéta tout de même en se notant mentalement que ces deux créatures étaient vraiment très vivaces...

« Mince, je ne l'ai pas vu passer celui là, tu vas bien ? »

Il était plus que temps d'agir pour les empêcher de se déplacer comme ils pouvaient le faire maintenant. Un petit somni devrait les calmer assez radicalement : ils semblaient assez petits pour ne pas disposer d'immunité après tout mais Matteo ne connaissait pas ce monde... Pour l'instant...

Matteo : Somni x2 (Ipiria puis Chien de Mi'ihen)

_________________



Béryl
Ancien Game Master

avatar

Messages : 452
Messages RP : 223
A ÉTÉ POSTÉ Sam 23 Juil 2016 - 9:26

Matteo : Lenteur > Somni {Ipiria}
Chien de Mi'ihen : Attaquer > -11Hp {Suri}
Suri : Attaquer > -75Hp [Sanguine] {Chien de Mi'ihen}
Matteo : Lenteur > Somni {Chien de Mi'ihen}
Ipiria : Attaquer > {Carapace} -32Hp {Matteo}
Sanguine > -25Hp {Chien de Mi'ihen}


Suri : 438/460Hp • 60/60Mp • Limite : 4% • 15%Sanguine, DemiMP, Bravoure, DefMutisme, Booster+ (4) (1 action)
Matteo : 867/1000Hp • 185/200Mp • Limite : 13% • Rôle Actif : 1 • DemiMP, Carapace, Booster+ (4) (2 actions)

Chien de Mi'ihen : -175Hp, Sanguine (5), Somni (5)
Ipiria : 100%, Somni (5)
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 25 Juil 2016 - 1:05

C’était inné pour Matteo d’utiliser de la magie de cette manière. Suri pouvait dire être impressionnée, et elle s’imagine bizarrement un bébé apte de manipuler de la magie… Ça devait faire un sacré carnage dans une cuisine, bien qu’elle soit très loin de la vérité ; Matteo n’avait jamais été un enfant, ni un poupon, ni un adolescent. Il avait juste toujours été ce qu’il était avant de prendre la forme qu’il avait maintenant. Comme quoi on possédait tous des secrets. Lui était un ancien Fal’Cie isolé, elle était une demie-chimère.
Mais ça, l’un et l’autre le découvrirait en temps et lieu.

Tandis que le combat s’avançait, le mage mentionna qu’il ne maîtrisait pas encore toutes les couleurs de la magie, mais qu’il avait bien hâte de pouvoir le faire. Il était convaincu que ça l’amuserait et en plus, qu’il saurait manipuler même l’éther le plus pur lorsqu’il aurait terminé son entraînement. C’était donc vraiment un mage, un pur sorcier à cent pourcent. Pourtant, il se battait avec un katana, un curieux choix d’arme mine de rien pour un magicien… Sauf si c’était une sorte d’épée magique…
« Si tu maîtrises la magie, pourquoi te battre avec un katana dans ce cas ? » Elle était habituée de voir des mages avec des bâtons, des sceptres, parfois une petite dague question de dire qu’ils avaient de quoi cogner physiquement si le besoin se faisait ressentir, mais certainement pas un katana… Selon l’acier utilisé et la longueur, ils pouvaient être très lourds mine de rien. Une chose que la force d’un mage ne pouvait pas soulever en théorie.

Matteo aussi avait des interrogations pour elle ; il avait remarqué qu’elle avait fait apparaître son épée de nulle part. Il jugeait que c’était quelque chose de magique. Il demanda si c’était un tour de passe-passe, ou quelque chose qu’on lui avait enseigné peut-être. Suri n’y avait jamais réfléchit. C’était une épée magique, issue de l’éther de Bahamut. Elle la faisait juste apparaître par volonté.

« Je ne sais pas… » Avoua-t-elle, un peu embêtée. Elle improvisa une réponse. « Je souhaite son apparition et elle apparaît. C’est une épée spéciale qu’on m’a donné il y a longtemps. Je suppose qu’elle doit avoir quelque chose de magique en effet. » Elle le savait, elle en était convaincue, Bahamut ne lui aurait pas donné une vulgaire épée quelconque. Mais ça, c’était son histoire à elle. Peut-être qu’elle lui en parlerait un de ces jours, s’ils devenaient amis. Ils semblaient bien partit pour s’entendre donc ce n’était pas hors de question… Mais pas maintenant, c’était trop tôt pour en divulguer autant sur elle et ce qu’elle était vraiment.

Le mage tâchait de ralentir les ennemis pendant que Suri se concentrait pour essayer de frapper juste et provoquer une hémorragie. C’est ce qu’elle parvint à faire sur le chien mais avant ça, celui-ci l’attaqua. Ce ne fut pas douloureux du tout honnêtement, juste une piqûre, mais la morsure laissa des marques sur sa peau. Il avait mordu pile là où son gant de fer ne la protégeait pas, non loin du coude… Bouger le bras était un peu douloureux mais ça passerait rapidement. Elle entendit Matteo s’inquiéter, il disait ne pas l’avoir vu venir comme s’il s’attendait à devoir s’interposer si un monstre l’attaquait. Suri sourit devant son empathie.
« C’est rien. J’ai déjà encaissé pire. J’ai protégé une prêtresse je te rappelle, j’ai pris beaucoup de coups à sa place. » Pendant ses quelques voyages hors de Troia surtout. Les monstres n’étaient pas plus gentils vis-à-vis une prêtresse même si elles savaient se défendre en théorie. Suri était solide, plus qu’elle ne semblait l’être, il ne fallait pas s’en faire.

Le combat continuait donc, mais comme le chien saignait abondamment, ça leur donnait un petit avantage. Il allait certainement entrer en état de faiblesse à un moment, probablement bientôt, et il ne resterait donc plus que le lézard à éliminer. Elle savait qu’elle serait beaucoup plus efficace si elle se transformait, même juste temporairement, juste partiellement, mais elle ne voulait pas… Elle n’avait aucune honte à utiliser sa forme chimérique, mais elle préférait le faire quand elle était seule. Elle ne voulait pas faire fuir la seule personne qui était venue lui parler depuis un moment déjà, et qui semblait amicale avec elle.

Suri Attaquer sur le Chien de Mi'ihen.
Matteo Daemari
Phénix Ivoire

avatar

Messages : 89
Messages RP : 62
A ÉTÉ POSTÉ Dim 31 Juil 2016 - 22:11

La question qui tue : pourquoi se battre avec un katana si on était un mage ? Parce qu'on aimait l'arme ? Pour le fun ? Parce que ça faisait bien plus cool d'avoir un katana ? Oui, il y avait de ça mais Matteo n'allait pas non plus répondre d'une telle manière à une personne aussi gentille et aussi jolie que Suri. Il savait déjà ce qu'il pourrait lui dire et le sourire à son visage alors qu'il envoyait un somni sur l'un des deux ennemis prouverait qu'il avait déjà sa réponse.

« Parce que j'aime beaucoup cette arme. Et surtout parce que je l'ai modifié afin qu'il puisse plus adéquatement canaliser ma magie à l'image d'une canne ou d'un sceptre. L'apparence n'est qu'un choix personnel en fin de compte. Ca fait plus classe que si j'avais une baguette, tu ne trouves pas ? » On voyait bien que monsieur ne voulait pas passer pour une fifille mais il avouerait autre chose aussi. « Par contre, il est vrai qu'à la fin de la journée le poids peut être embêtant. »

De même pour Suri ; elle utilisait une arme certes bien physique mais elle apparaissait de manière bien magique par contre et la question de savoir si c'était l'arme ou Suri qui faisait la magie était intéressante. Suri ne pourrait pas répondre : elle ne savait pas... En fait, c'était surtout l'épée qui était de cette nature et c'était pourquoi elle ne pourrait pas comprendre le pourquoi du comment tant qu'elle, par la suite, pouvait l'utiliser il ne devrait pas y avoir de problème qu'elle devait être en train de penser vu la manière dont elle l'utilisait là.

Ce que Matteo remarquait aussi, c'était qu'elle prenait bien moins de dégâts que lui ne pouvait en prendre... il se demandait si c'était du rembourrage du coup mais il n'oserait pas même le vérifier ou le lui demander par peur de paraître impoli mais il se permit tout de même de le penser surtout en la voyant aller attaquer d'une manière fluide et tout de même assez efficace vu comment elle parvint à ouvrir la peau de ce chien. Du coup, il lui envoya un Somni pour le ralentir aussi mais il rata l'attaque qu'il qu'il fit encore sur Suri. Du coup, il se sentit un peu con de s'inquiéter pour elle sans pour autant aller la protéger. Suri lui assura que ce n'était rien et qu'elle avait déjà subit pire que ça : elle avait tout de même protégé une prêtresse et avait assurément pris des coups pour elle.

« Mais maintenant que tu ne la protèges plus, je pourrais bien prendre deux trois coups pour toi, non ? Ca serait bête d’abîmer une telle œuvre d'art ! »

Il était flatteur, peut être à la limite de dragueur d'ailleurs mais Matteo aimait agir comme ça et se montrer protecteur même envers une personne qui n'en aurait pas besoin. Il trouvait l'apparence de Suri vraiment très jolie et même s'il avait osé penser qu'elle pourrait être rembourrée, il préférait se dire que ce n'était qu'une personne à la peau plus dure qu'il n'aurait pu s'y attendre. Et toute chose qu'il considérait comme étant jolie était pour lui une œuvre d'art qu'il faudrait protéger. Il comptait bien le faire et c'était pourquoi ses prochaines actions seront concentrées sur la protection de cette demoiselle purement et simplement.

On pouvait noter qu'il devenait un peu plus électrique comme s'il cherchait à faire aimant face à ces deux animaux. Il comptait surtout leur lancer une attaque qui aurait tendance à les attirer bien plus physiquement que mentalement sur lui en les aimantant à son corps non pas sans les laisser indemnes au passage. Il glissa alors un peu sur le sujet pour aller directement sur ce qu'il comptait faire afin que Suri ne soit pas surprise de son initiative.

« Bon, allez, je passe à l'attaque moi aussi ! »

Son arme allait prouver son efficacité à ce moment là : le sort glisserait jusqu'à l'extrémité de la lame et il enverrait un coup dans le vide pour lancer ses magies avec une amplification liée au passage dans la lame. Cette épée n'avait probablement jamais tranché autre chose que de l'air mais la magie l'userait certainement tout autant que si elle percutait d'autres lames ou des corps comme celle de Suri. Leur utilisation était différentes certes mais pas moins efficace autant pour l'un que pour l'autre.

Matteo : Magnétisme (Ennemis), Esquive (Matteo)

_________________



Béryl
Ancien Game Master

avatar

Messages : 452
Messages RP : 223
A ÉTÉ POSTÉ Lun 1 Aoû 2016 - 2:56

Matteo : Magnétisme > -306Hp, [Provocation]  {Ipiria}, -121Hp, [Provocation]  {Chien de Mi'ihen}
Suri : Attaquer > -75Hp {Chien de Mi'ihen}
Ipiria : Attaquer > {Carapace} -32Hp {Matteo}
Chien de Mi'ihen : Attaquer > {Carapace} -37Hp [/color] {Matteo}
Matteo : Esquive > Esquive {Matteo}
Sanguine > -25Hp {Chien de Mi'ihen}


Suri : 438/460Hp • 60/60Mp • Limite : 4% • 15%Sanguine, DemiMP, Bravoure, DefMutisme, Booster+ (4) (1 action)
Matteo : 798/1000Hp • 185/200Mp • Limite : 20% • Rôle Actif : 1 • DemiMP, Carapace, Booster+ (4), Esquive (2 actions)

Chien de Mi'ihen : -396Hp, Sanguine (4), Somni (4), Provocation
Ipiria : -306Hp, Somni (4), Provocation
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Quand le soleil fond dans la mer
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand le vent siffle dans les montagnes...
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Quand le soleil illumine ton visage et que tu ressembles à une ange tombée du ciel
» Quand on pédale dans le yaourt on fait son beurre [UC]
» La population de Boston a Cite Soleil vivrait dans la peur

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum