Huit clos obligatoire [PV : Guan Yinping]
Wiljhem Newgate
Bloodthirsty Gladiator

avatar

Messages : 99
Messages RP : 74
Comptes RP : Oerba Yun Fang, Angeal Hewley, Logan Marks, Balthier
A ÉTÉ POSTÉ Jeu 4 Aoû 2016 - 20:26

J’en avais marre de tout ça en ce moment. Le seul moyen que j’avais de me faire du fric facile c’était les missions données par différents villageois, mais là j’en pouvais juste plus. Je devais changer d’air et surtout je devais ramasser un butin plus conséquent pour pas crever la dalle trop souvent comme c’était le cas en ce moment. Comme quoi quand j’avais un équipage c’était tout de même pratique, je n’avais pas toutes les sales besognes à faire.

Là, j’étais seul, et je recommençais tout à zéro, donc d’une part je devais sans arrêt mettre la main à la pâte et ensuite je pouvais pas affronter n’importe quel monstre. Et pour le moment mon niveau ne me permettait pas d’attaquer ceux donnant le plus de butin donc fallait que je trouve vraiment une autre solution où j’allais devenir timbrer voir j’allais me taper la tronche contre un mur.

Donc j’étais aller jusqu’à la taverne histoire d’écouter un peu les bruits de couloirs voir si je pouvais grappiller des infos intéressantes qui me conduirait à l’opportunité du siècle. Une fois entré dans celle-ci je m’étais attablé dans un coin au fond. C’était le meilleur endroit parce que ça résonnait et du coup toutes les conversations s’entendaient à merveille. Pendant, la première heure ce n’était rien de très palpitant.

Des hommes se plaignant de leur femme par exemple. Des crétins, s’ils ne sont pas contents ils ont cas en changer aussi simple que ça. Cela éviterait qu’ils me saoulent avec leurs histoires. Par la suite ce fut un marchand qui essayait d’arnaquer un homme qui avait l’air d’avoir du fric. Pareil ennuyeux à mourir en plus le marchand s’y prenait comme un manche. Mais vu comment l’autre était con comme un balai il arriverait certainement à lui faire cracher une bonne partie de sa fortune pour un objet sensé être rare qui devait, en fait, sortir d’une poubelle du coin.

Pour finir on avait une femme qui commençait à passer entre les hommes. La plupart la tripotait allègrement tandis qu’elle leur faisait les poches et qu’ils ne captaient rien. Quelle bande d’abruti. Une paire de nichon et ça y est il n’y a plus personne. Quand je pense qu’il se faisait avoir aussi facilement par une femme. Ils ne savaient décidément pas y faire. Des pirates détroussés tellement risible. Encore une honte à la profession. Si j’avais ne serait-ce qu’un mince espoir que ces pirates puissent être un minimum doué, là il venait de partir en fumée. Non mais encore se faire détrousser par un gamin, ça passe, mais par une femme…

Le sexe inférieur n’était pas censé avoir le dessus aussi facilement sur l’homme. Enfin bref, j’étais énervé et j’allais partir face à ce spectacle pitoyable, quand des murmures se firent entendre. Les voix devinrent de plus en plus audibles et j’entendis parler d’un temple qui abriteraient l’un des trésors les plus majestueux jamais trouvé encore à ce jour. Mes lèvres se fendirent d’un sourire carnassier et je me levais une fois que j’eus entendu le nom et la localisation du temple.

Je passais à côté de la femme qui avait voler les autres pirates si on peut les appeler comme ça et la détroussait à mon tour. Avec ça j’aurais assez d’argent pour le voyage jusqu’au Temple Milliam comme il s’appelait. Le voyage fut assez long et épuisant, mais je n’en avais cure, car une fois dans le temple je deviendrais un homme riche. Je trouverais le trésor, moi. J’en étais persuadé, j’avais un flair exceptionnel pour ça. Pas que je sniffais chacune de mes pièces d’or avant de me coucher, hein, mais je savais reconnaître l’odeur d’un pactole quand je le sentais. Et là ça sentait vraiment le pognon pur et dur.

Une fois devant le temple, je vis à quel point il était immense. Mais je ne reculerais pas. Pas quand je peux avoir des sous pour un moment, ce qui veut dire des femmes, de l’alcool et du sexe à gogo. J’entrais donc et commençais à chercher, passant d’innombrables portes et couloir. Plus ça allait plus je sentais que je descendais dangereusement sous terre.

Je n’avais pas encore rencontré de monstre pour le moment et grand bien me fasse vu que je ne savais pas vraiment le niveau qu’ils pouvaient bien avoir. Ce qui est sûr c’est que vu les étages que j’avais descendu valait mieux pour moi que je réussisse à remonter, parce que sinon ce serait mon tombeau et non mon gagne-pain.

Je finis par arriver devant un couloir avec plusieurs portes. L’une d’elle m’inspirait plus que les autres, car elle avait une poignée différente. Incrustée de pierres précieuses elle était juste magnifique et rien qu’avec une poignée comme ça j’aurais de quoi voir venir. J’imaginais donc sans mal ce qu’il pouvait bien se trouver derrière.

Des tonnes de bijoux dans le même genre. Je ne réfléchis donc pas plus et appuyais sur la poignée. Sauf que contrairement à ce que je pensais cela n’ouvrit pas la porte, mais une trappe sous mes pieds par laquelle je fus engloutie sans même pouvoir me raccrocher le sol étant beaucoup trop lisse ce qui me fit glisser.

Je ne tombais pas longtemps finissant à terre dans un nuage de poussière style étoile de mer. Je me relevais frottant mon manteau dégueulassé de poussière toile d’araignées et autres cochonneries puis me massait le crâne. Ce n’était vraiment pas très haut, mais ce qui me faisait chier c’était pas la chute c’était dans quoi j’étais tombé. Une pièce qui à l’évidence n’avait pas de portes ni fenêtres.

Je croisais les bras avant de serrer l’arrête de mon nez d’une main, exaspéré. Ce n’était vraiment pas ma journée en fait, après des heures des jours de voyages et des heures de recherches je finissais dans une pièce close… Dans le genre journée de merde je tirais la palme je crois. Bon au moins j’étais seul c’était déjà ça.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 6 Aoû 2016 - 20:24

xLe destin voulait vraiment mettre Yinping dans la poisse. Passe encore de se retrouver comme une gourde avec sa camarade dans des cavernes glaciales à la recherche dont ne sait trop quoi, mais là c’était vraiment le pompon ! La demoiselle souhaitait sincèrement comprendre ces foutus sceaux, et…  Désormais elle comprenait un peu mieux toute cette histoire. Oui, puisque le sceau, elle était tombée royalement dedans. Elle n’était pas vraiment maladroite, mais il faut dire qu’en étant acculée par des monstres, il était assez difficile de porter son attention sur le moindre détail. Son pied s’était malheureusement reculé un pauvre centimètre trop loin, et là ce fût le drame. L’énergie sombre du sceau s’activa, une lueur mauve étrange se répandant dans toute la pièce. Yinping connaissait cette force, c’était celle qui l’avait tiré de son repos doré. Elle aurait aimé se défaire de l’emprise maléfique du sceau, mais il était déjà trop tard. En un instant, la demoiselle fût happée, quittant sans même un au revoir sa compagne.

D’une caverne de glace à un temple de glace. Comme c’était amusant. Quelqu’un voulait vraiment se foutre d’elle, cela ne pouvait pas se passer autrement ! Quand Yinping reprit conscience, elle ne put s’empêcher de ressentir une intense panique. Elle ne savait pas vraiment ce qu’il venait d’advenir, elle ne savait pas où elle était, sur quel monde, dans quel endroit. Des milliers de question trottaient dans sa tête, et la demoiselle ne possédait strictement aucune réponse. Elle aurait pu se morfondre des heures et des heures sur sa poisse internationale, pourtant ce n’était pas son genre. En un claquement de doigt, la guerrière se ressaisit, reprenant son aplomb habituel. Il était inutile de broyer du noir dans une telle situation, elle ne pourrait pas trouver une solution ainsi. Heureusement que sa fidèle hallebarde avait traversé le sceau avec elle, car ce magnifique temple semblait regorger de créatures. Non pas qu’elle en voyait là tout de suite, mais les nombreux échos traversant les couloirs étaient tout aussi révélateurs. La prudence était de mise.

Silencieusement, Yinping se déplaçait de salle en salle, espérant bêtement trouver une sortie. Ce temple était un vrai labyrinthe ! Au moins elle parvenait jusqu’alors à éviter toute rencontre importune, alors elle n’avait pas vraiment de quoi se plaindre. La demoiselle espérait tout de même ne pas être tombée dans un lieu reculé, perdu ou même pire, sans issue ! Tout cela était possible, toutefois elle ne souhaitait pas céder à la panique. Une fois de plus, cela aurait fait plus de mal que de bien, ainsi la jeune femme mettait toutes ses inquiétudes de côté. Ses pas la menèrent alors jusqu’à une grande salle à la beauté époustouflante, décorés de statues finement ouvragées. Ebahie, Yinping contempla ses magnifiques œuvres d’art, les yeux rivés vers le ciel pour les admirer tant elles étaient grandes. Et là, ce fût le désastre, une fois de plus. On aurait pu mettre cet incident sur le coup de l’inattention, pourtant, aucun moyen humain ne lui aurait permis de découvrir ce qu’il se tramait sous ses pieds. La dalle sous ses pieds s’était, en effet, dérobée sous ses pieds.

La descente fût plus longue que dangereuse. Le tunnel était incliné de manière assez agréable, et hormis les nombreuses toiles d’araignée et la poussière, rien ne pouvait mettre en danger la jeune femme. Ou du moins c’était ce qu’elle pensait après quelques instants à l’intérieur. Il faut dire que sans lumière, son analyse risquait difficilement d’être perspicace. A mesure qu’elle descendait le tunnel, Yinping voyait une source de lumière se rapprocher de plus en plus. Serait-ce la fin, ou bien le début d’une nouvelle histoire ? La demoiselle n’était pas vraiment pressée de le découvrir. Si son hallebarde avait été plus petite, elle aurait pu possiblement la coincer dans le tunnel pour arrêter sa chute, mais malheureusement pour elle, son arme était bien trop imposante pour cela. Enfin, ce fût le moment de vérité. Un flash lumineux aveugla la jeune femme, l’empêchant de voir au dernier instant ce qu’il se passait sous ses pieds. Si seulement elle avait su la sympathique surprise qui l’attendait un peu plus bas…

La demoiselle heurta quelque chose de mou, pas quelque chose de froid et dur comme de la pierre. Elle ne put qu’être surprise, se demandant sur quoi elle avait pu tomber. Le cadavre d’un malheureux mort ici ? Même pire, un monstre ? Un souffle chaud sur son visage lui fit reprendre ses esprits, et là, en ouvrant les yeux, ce fût le choc. Se trouvait sous elle un jeune elfe au regard de braise, charmant quoi qu’un peu étrange. Mais le problème, dans tout ça, était tout autre. Yinping était avachie sur lui, son corps contre le sien, la tête si proche du visage du garçon que cela en était presque indécent. La jeune femme n’était pas une timide, ni même une petite sainte, pourtant une telle situation la gênait au plus haut point. Elle se détacha alors de l’étreinte de Wiljhem le plus vite possible. La guerrière se releva presque aussitôt, avec agilité et élégance. Bon dieu mais qui était cet homme, et pourquoi était-il là ? Vu tout ce qu’il avait pu voir, et sentir de Yinping, il avait plutôt intérêt à ne pas être un vil scélérat !

-Vous… êtes qui au juste ?

Sa phrase semblait idiote, pourtant là tout de suite, cela semblait la chose la plus pertinente à demander. Yinping lui aurait bien adressé un sourire radieux et bienveillant, ce qu’elle offrait habituellement à toutes ces nouvelles rencontres, pourtant à cet instant-ci, et à cet endroit-ci, cela semblait peu approprié. Peut-être était-ce un monstre au fond ? Ou un bandit ? Un chasseur de trésor peut-être même ? De nombreuses choses parcouraient l’esprit de la demoiselle ! Plongeant son regard noisette dans celui de son interlocuteur, cette dernière passa machinalement sa main dans ses cheveux et sur sa tenue, y enlevant toute la poussière et la crasse s’étant accrochées à elle. Les choses promettaient d’être intéressantes dans cette petite salle sans issue.
Wiljhem Newgate
Bloodthirsty Gladiator

avatar

Messages : 99
Messages RP : 74
Comptes RP : Oerba Yun Fang, Angeal Hewley, Logan Marks, Balthier
A ÉTÉ POSTÉ Dim 7 Aoû 2016 - 18:18

Cela faisait bien au moins une heure que je tournais en rond en essayant en vain de trouver une solution de comment sortir de cette foutue pièce. Je commençais sérieusement à m’énerver. Bordel, ce n’est pas possible d’avoir autant de poisse en ce moment ! Entre ces boules de feu qui se prennent pour je ne sais quoi en pensant qu’elles vont me démonter seules et cette foutu pièce à huit clos c’était le pompon ça ! Si au moins j’étais enfermé avec quelqu’un ! Mais non. De préférence je voudrais une femme d’ailleurs si jamais quelqu’un m’entend. Enfin bon, c’est beau de rêver. Comme si une femme allait tout à coup tomber du ciel…

Je croisais les bras en essayant de me concentrer. J’étais arrivé par une trappe, malheureusement celle-ci s’était refermée. Du coup la seule entrée disponible n’était plus praticable. Il devait forcément y avoir un foutu moyen de sortir d’ici. Peut-être que l’un des murs possédait une faiblesse ? Dans ce cas il fallait tous essayer de les défoncer si l’un d’entre eux devait tomber il le ferait. Je partis donc dans l’optique d’essayer cette solution parce qu’à part ça je ne voyais pas trop quoi faire pour le moment.

Comme je n’aimais pas rester trop longtemps à ne rien faire autant gagner du temps en essayant de faire quelque chose d’utile plutôt qu’en m’apitoyant sur mon sort. Je déteste ça et ça ne sert à rien à part démonter votre moral et ce n’était pas ce dont j’avais besoin ? Je ne devais pas abandonner tant que je n’aurais pas trouver de sortie à cet enfer !

Je commençais à me diriger d’un pas décidé vers l’un des murs de la pièce quand j’entendis quelque chose. Un bruit. Je n’arrivais pas vraiment à distinguer ce que c’était. C’était une sorte de bruit de frottement ou de quelqu’un qui glisse même. Serait-ce possible que quelqu’un soit aussi tomber dans un piège similaire à celui qui m’avait entraîné ici ? Possible, surtout que le bruit se rapprochait de plus en plus, donc ce n’était sûrement pas une coïncidence. J’espérais secrètement un gros malabar qui pourrait défoncer l’un de ces murs sans trop de difficultés, mais bon comme je n’ai jamais de chance ça va sûrement être autre chose du genre à me taper sur le système.

A peine avais-je relever la tête pour savoir ce qui allait arriver qu’un corps me tomba dessus. Et quel corps mes aïeux, bien proportionné avec une bonne paire de nichons. Vu que j’étais bloqué à cause d’un truc pointu, je n’eus malheureusement pas le plaisir de pouvoir les palper, mais peut-être à un autre moment qui sait ? Je pouvais voir avec détail le visage de celle qui m’étais tombé dessus. Une très belle femme brune aux yeux perçants. Dommage qu’on soit bloqué dans cette foutue pièce, parce que si ça avait été dans d’autres circonstances j’en aurais bien fait mes quatre heures.

La jeune femme finit par se relever et tant mieux parce qu’elle n’était pas du genre légère la donzelle mine de rien. Je me relevais à mon tour en époussetant mon manteau et en massant mon cou endoloris par l’impact. Tandis que j’étais en train de doucement faire craquer ma nuque elle finit par poser une question bateau que j’aurais pu deviner sans qu’elle ne la prononce.

Je lui aurais bien répondu un truc du style : « ton pire cauchemar ». Mais là pour le coup, c’était surtout le fait d’être dans une sorte de boîte sans issu le cauchemar. J’espère qu’elle n’est pas claustrophobe, parce que j’ai autre chose à foutre que de la consoler. Même si mes mains ne seraient pas contre le fait de glisser sur ce magnifique corps qu’est le sien…

Je croisais les mains en la regardant droit dans les yeux.

Quelqu’un qui a joué le coussin et qui aimerait bien ne serait-ce qu’un petit merci. Pour le reste je suis Wiljhem au cas où que tu es besoin de le crier plus tard ~.

Je me retournais pour continuer mon idée initiale qui était de voir si y avait des failles dans les murs. Si elle avait besoin de poser d’autres questions je n’allais pas m’envoler de toute façon même s j’en avais envie ce n’était pas aussi simple. Parce que bon je me doutais qu’elle allait encore en avoir des questions, après tout c’est une femme, elles ne savent aucunement se taire. Faut toujours qu’elle la ramène pour un rien. Surtout qu’elles sont aussi très fortes pour ce qui est des questions stupides comme elle vient de le prouver avec sa première question.

Je finis par sortir un poignard de ma ceinture et essayait de voir si je ne pouvais pas le faire entrer dans un des joints pour essayer de retirer des pavés et ainsi ouvrir un passage. De toute façon, je n’avais que ça à faire. Comme je l’avais prédit ce n’était pas un gros malabar, mais une femme alors, je ne comptais pas trop sur la potentielle aide qu’elle allait me donner si aide elle me donnait.

Déjà à peine arrivée, qu’elle me regardait comme le pire des hommes. Bon je devais certes ne pas en être loin, mais après qui s’en soucie ? Dans une pièce aussi glauque et sans issue, y a autre chose de plus important à faire que de juger votre potentiel allié. Enfin après elle le faisait donc je le faisais aussi. Moi comparé à elle je n’étais pas contre son aide alors qu’elle je ne savais pas trop ce qu’elle pensait pour le moment.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 15 Aoû 2016 - 15:01

xEnfer et damnation, sur qui Yinping venait-elle de tomber ? Déjà que ce n’était pas vraiment son jour de chance, mais là c’était vraiment le pompon. Le regard que cet homme lançait à la demoiselle était plus que déconcertant. La façon dont il détaillait ses courbes, dont il la regardait. C’était déplacé, et franchement énervant pour une demoiselle qui se respectait autant. La guerrière espérait que ce n’était qu’un pauvre mal entendu, qu’il avait simplement un regard vif, ou qu’il était observateur, mais franchement, elle n’était pas naïve. Les odieuses paroles de Wiljhem vinrent confirmer l’analyse de la jeune femme. Comme quoi les premières impressions étaient souvent les bonnes. Crier son nom ? Faisait-il bien allusion à… ça ? Cet acte intime et puissant entre deux personnes consentantes et passionnées ? Vu le personnage, cela pouvait bien être un piège rhétorique pour gêner la demoiselle. Après tout, on pouvait crier le nom de quelqu’un dans de nombreuses circonstances, bien que l’idée phare du pirate fût sans aucun doute liée au sexe.

- Je doute grandement de me retrouver dans une situation ou tes services me seront nécessaires. Tu ne sembles pas très… adroit pour un tel travail. Nous parlons bien d’enfantines et innocentes  actions, n’est-ce pas ?

Yinping lui adressa un sourire radieux, mais il était plutôt facile, surtout pour quelqu’un comme Wiljhem, de deviner que ce n’était qu’une façade. Si la jeune femme était adorable en temps normal, quand on la gonflait ou quand on lui manquait de  respect, elle se transformait en une odieuse demoiselle. Un comportement adéquat pour des situations aussi horripilantes. S’il voulait jouer sur les mots, faire le malin, alors la guerrière comptait bien participer elle aussi. Elle voulait lui faire comprendre que même dans ses plus beaux rêves, eux deux au sol dans de folles positions n’adviendraient jamais. Bien sûr ce n’était pas tout à fait ce qu’elle avait dit, mais elle ne doutait nullement qu’un tel scélérat saurait lire entre les lignes. Yinping était désespérée dans tout ça. La situation était pire que ce qu’elle pensait ! Elle aurait presque préféré se retrouver seule dans une pièce sans issue. Ce vil elfe pouvait après tout faire tant de choses déplaisantes. La demoiselle devait se préparer à toute éventualité.

- Enfin… Je suis Yinping. Je suppose que tu risques aussi d’en avoir besoin lorsque tu me supplieras d’arrêter de te martyriser ? Ne le prends pas trop mal, je rigole juste, Wiljhem.


La pression montait petit à petit, et franchement la demoiselle était à deux doigts d’exploser. Et sincèrement, cela pouvait se sentir à travers son comportement. Si seulement le pirate la connaissait, il aurait pu comprendre que ce n’était vraiment pas le moment de lui casser les pieds. Elle accompagna d’ailleurs ses mots acides d’un petit rire forcé, toujours dans un but théâtral. Tout ce qu’elle insinuait était si évident qu’elle s’attendait à une réponse intelligente et logique de son interlocuteur. La jeune femme était exaspérée, et il allait devoir s’en rendre compte illico s’il ne voulait pas se prendre un coup d’hallebarde. Les choses promettaient entre ces deux-là. L’un des deux allait inévitablement finir par craquer, et cela risquait de finir soit en un carnage, soit en une explosion passionnelle tout aussi étrange et dégoutante. Quelle idée avait eu le destin de foutre dans une salle sans issue deux personnes si différentes, mais se rapprochant tout de même en un défaut, le pire qui pouvait s’animer ici : avoir le sang-chaud. Yinping ne pouvait supporter les individus comme ça, égoïste, irrespectueux, malveillant. Ces gens-là faisaient ressortir le pire chez elle.

Yinping se décida finalement à décrocher sa hallebarde du dos, dans un premier temps en fixant intensément son collègue, pour bien lui faire comprendre que s’il la gonflait, il allait s’en prendre une, mais surtout pour chercher un moyen de s’échapper de cet enfer. Wiljhem semblait avoir la même idée en tête puisqu’il s’acharnait sur les murs avec une sorte de petite dague. Hmpf. S’il se rendait utile, ce n’était peut-être pas plus mal qu’il soit là. La jeune femme commença alors à étudier le mur à l’opposé du pirate, ne souhaitant franchement pas passer du temps avec lui. A l’aide de son hallebarde, elle palpait tout ce qui se trouvait face à elle, les jointures, les pierres, les formes étranges, dans l’espoir que l’une de ces choses soit un mécanisme. La demoiselle prenait cette tâche très au sérieux car plus vite elle trouvait un moyen de s’échapper de cet enfer, plus vite elle pouvait se débarrasser de l’autre pot de colle. Elle essayait vraiment de contenir sa rage, mais les actions de l’autre goujat l’avaient mis hors d’elle. La demoiselle avait de l’expérience, et n’était pas une pudique, mais être considéré comme un pauvre bout de viande était franchement dégradant. Quel malotru celui-là !
Wiljhem Newgate
Bloodthirsty Gladiator

avatar

Messages : 99
Messages RP : 74
Comptes RP : Oerba Yun Fang, Angeal Hewley, Logan Marks, Balthier
A ÉTÉ POSTÉ Mer 17 Aoû 2016 - 12:49

Bon j’aurais préféré un musclor pour sortir plus vite, mais si jamais on était coincés un moment on pourrait passer le temps autrement avec cette belle nymphe tombée du ciel. Le seul souci, c’est que je n’ai rien sous la main pour la bâillonner ou ce genre de truc si jamais elle me gonfle trop. Parce que je sens qu’elle va être très chiante en fait. Les femmes sont toujours chiantes.

Elles sont souvent magnifiques, mais elles finissent par casser la magie en ouvrant la bouche et disant pleins de conneries. Pour ça que je les trouve bien que dans certains moments. J’espérais d’ailleurs que là elle se rendrait utile parce que j’allais déjà la supporter alors si en plus elle servait à rien c’était vraiment une journée de merde.

Je me présentais poliment après m’être épousseté. Quelque part heureusement que ce n’était pas un musclor qui était venu sinon il m’aurait écrasé, même si elle s’en était chargé. Parce qu’elle était bien foutue, mais elle pesait son poids quand même la cocotte. Je finis par un sous-entendu plus qu’explicites ma présentation voir sa réaction. Savoir si elle se laissera faire gentiment ou non. Pas pour le moment, mais si jamais ça s’y prête à un moment ou à un autre. Malheureusement, ça avait l’air d’être un non. Et en plus de ça, elle avait l’air d’une garce. Super j’avais touché le gros lot vraiment. Pour quoi ça tombait toujours sur moi ce genre de connerie ?

On sait jamais, généralement peu de gens se plaigne de mes services comme tu dis ~. Et les femmes sont très réceptives généralement et en redemande même. Au final c’est peut-être toi qui louperais quelque chose. Enfin bon si tu voulais que quoique ce soit arrivé entre nous il faudrait que tu réussisses à fermer la bouche pendant au moins une bonne heure donc ce n’est franchement pas gagné si tu veux mon avis. Et non on parle pas de choses innocentes, le pays des bisounours c’est pas ici tu t’es trompé d’endroit ma belle.

J’avais toujours été direct et le fait qu’elle soit belle et qu’elle m’attire n’allait pas m’empêcher de dire ce que je pense. En même temps, il n’y a pas beaucoup de femmes qui ne me donne pas l’eau à la bouche, celle-ci ne sera pas différente. Elle me tape juste, plus que les autres, sur le système. Son sourire faux était déjà un premier affront.

On ne dirait pas comme ça, mais avant je respectais les femmes. Mais la plupart ont toutes finit par me trahir ne voyant en moi qu’un beau gosse et rien de plus. A chaque fois que je m’étais en jeu mes sentiments ils se trouvaient piétinés. J’étais peut-être mal tombé, mais depuis ce temps-là, je ne leur faisais plus confiance et encore moins quand elles jouaient aux hypocrites comme cette femme-là.

Elle finit elle aussi par se présenter et d’une telle manière que si je n’avais pas un minimum de sang-froid je lui aurais déjà sauté dessus pour lui montrer qui était le patron. Non mais elle se prenait pour qui cette mégère ? Me martyriser moi ? Certainement pas durant une bonne partie de ma vie je le fus quand j’étais gladiateur alors je ne serais plus jamais à la merci de quiconque et encore moins d’une femme aussi vile qu’elle. Elle voulait la guerre elle l’aurait même si c’était mieux de coopérer elle pouvait crever ici, je n’allais pas l’aider à sortir d’ici de mon plein gré.

Va te faire foutre Yinping. Quoique ça n’a jamais dû être le cas vu ton caractère de merde. Ils doivent sûrement fuir très loin quand t’ouvre la bouche. Vu comment tu me sors par les yeux j’imagine bien le calvaire. En tout cas, tu n’as aucun droit de me juger, ne pense pas savoir qui je suis ni ce que j’ai vécu, tu es née dix ans trop tôt pour ça ! Maintenant c’est chacun pour soi dis-je avant de me retourner exaspérée par cette bonne femme qui se croit plus maligne que moi.

J’étais sûrement aller trop loin mais c’est comme ça. Quand on fait référence même sans le savoir à ma vie de misère chez les gladiateurs mon sang ne fait qu’un tour. Je n’ai pas besoin que l’on me rappelle cette période de ma vie j’en garderais toujours les stigmates dans mon dos. En effet, c’était une partie de mon corps que jamais personne ne verrait. Même mes conquêtes je faisais toujours en sorte de ne jamais leur montrer mon dos. En même temps ce serait difficile de cacher les marques de fouet que j’ai à cet endroit si je ne le cachais pas.

Je continuais donc mon travail pour m’évader de cette prison enfouie sous terre. J’essayais de déchausser des dalles avec mon poignard, mais pour le moment aucune ne bougeait et je sentais que Yin n’allait pas tarder à s’exprimer face à ma dernière tirade qui était pour le moins provocatrice tout en étant d’une certaine violence. Elle l’avait cherchée après tout donc qu’elle ne vienne pas se plaindre.
Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Huit clos obligatoire [PV : Guan Yinping]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lézard, mine d'or et huit-clos • Emily Lame-Duck
» recensement des primes [obligatoire]
» HUIT MILLIONS DE REPUBLIQUE D'HAITI
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul
» Blocage obligatoire

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum