Entre les chocobos et les moutons
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 4 Aoû 2016 - 22:37

Sidurgu et Xiah viennent de Luxerion.

Xiah sembla troublé par le fait que Sidurgu ne souhaitait pas particulièrement s’asseoir. Le chevalier noir la vit se pointer devant lui pour lui demander s’il ne s’assoyait jamais, ce qui le fit hausser un sourcil. Pourquoi devrait-il obligatoirement s’asseoir ? Ce n’est pas qu’il ne le faisait jamais, il estimait seulement que pour un voyage de soixante malheureusement minutes, il pouvait bien rester debout. Xiah tenta pourtant de le faire plier, elle lui fonça dessus pour l’obliger à s’asseoir, et si l’Ao Ra fut pris au dépourvu, il tint bon, laissant la jeune femme plutôt incrédule devant son échec cuisant. Elle n’était clairement pas assez forte pour le forcer à bouger d’un pouce !

Le regard de l’homme voulait tout dire ; je peux savoir ce que tu fais ? Xiah se justifia en disant qu’elle avait pensé qu’il aurait voulut s’asseoir un peu, parce que ça ne devait pas être facile de rester debout de cette façon aussi longtemps, surtout avec l’armure qu’il portait. Etait-ce supposé être gentil de sa part, ou devait-il comprendre qu’elle le trouvait bête de ne pas se poser lorsqu’il en avait l’occasion par exemple ? Sidurgu décroisa les bras et haussa les épaules en comprenant que s’il ne lui répondait pas, elle risquait de lui refaire le même coup une prochaine fois.
« J’ai l’habitude. Ne t’en fais pas, je ne dors pas debout non plus. » Une petite touche d’humour et ils purent quitter le wagon qui justement venait de s’immobiliser après leur arrivée à leur destination, les terres sauvages. Sidurgu descendit donc, rapidement suivit de Xiah qui s’empressa certainement de débouler hors du véhicule pour voir un peu cet endroit qu’elle avait elle-même sélectionnée dans ses préférences après tout.

C’est d’un pas lent et posé que l’Ao Ra suivit la jeune femme jusqu’à l’extérieur de la gare. Il fallait descendre des escaliers assez longs jusqu’à finalement mettre les pieds sur de la terre, où on notait de l’herbe qui se faufilait dans les crevasses sableuses. Sidurgu laissa son regard balayer le paysage en se faisant la réflexion qu’il n’y avait pas beaucoup d’endroits semblables à celui-ci sur Éorzéa… Sauf peut-être les plaines Dravaniennes à la rigueur. Il pouvait voir une gigantesque forêt qui s’étendait au loin, ainsi que quelques constructions qui ressemblaient à des petits villages isolés. Beaucoup de monstres gambadaient librement, ainsi que des chocobos, tantôt sauvages, tantôt montés par des cavaliers. Il pouvait au moins dire ne pas se sentir trop dépaysé.

Il rejoignit Xiah qui semblait déjà prête à courir après les chocobos si seulement ils ne couraient pas plus vite qu’elle. Elle s’émerveillait assez facilement des petites choses, comme une fillette. Ce n’était pas une mauvaise manière de réagir… Sidurgu n’était tout bonnement pas habitué à ça, quand bien même il était accoutumé à rester debout pendant trois heures sans broncher de trop.
« Que veux-tu voir ici ? » Demanda-t-il en scrutant les environs comme s’il pourrait deviner ce que Xiah voulait venir chercher en passant ici. Elle avait choisit cet endroit, ça devait être pour une raison non ? Ou était-ce simplement pour visiter ? Il semblait y avoir énormément de choses qui avaient une certaine valeur touristique, ne serait-ce que cette forêt au loin, elle devait recéler beaucoup de secrets et de trésors qui valaient la peine de s’y perdre. Le chevalier noir se tint près de la jeune femme quoi qu’il en soit, au cas où l’un de ces monstres lui bondirait dessus…

Il n’y avait pas grand-chose à papoter avec Sidurgu. Il n’était pas un bon bavard. Encore heureux qu’il réponde lorsqu’on lui parlait. Cependant, il trouva dommage que la conversation soit sur un pied si mort, si bien qu’il décida par lui-même, ô surprise, de prendre la parole. Après tout, quitte à être ici, il avait lui-même dit vouloir visiter l’environnement, alors autant commencer par quelque chose. Et cette chose, c’est Xiah qui en déciderait.

« J’ai l’intention de voir le maximum de ce que ce monde peut offrir. Tu peux donc choisir d’aller où tu veux. »
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 7 Aoû 2016 - 22:57

Le vent qu'elle se mangeait pourrait dissuader Xiah de faire ce genre de trucs à l'avenir mais ce n'était pas elle qui allait s'en retrouver sur le cul non plus, quoi qu'elle aurait pu littéralement finir sur le cul après avoir encaissé une telle résistance sans qu'il ne fasse le moindre effort. Elle s'expliqua sur ce qu'elle voulait alors faire et il lui répondit qu'il pourrait bien rester debout soixante malheureuses minutes en précisant que ce n'était pas comme s'il dormait debout non plus. D'ailleurs, est-ce qu'il dormait avec cette armure ou est-ce qu'il l'enlèverait ? Ca devait être lourd à porter à la fin de la journée quand même...

Le train s'immobilisa alors et Xiah se retourna pour voir la porte s'ouvrir sur une zone tout de suite bien plus lumineuse qu'elle ne pouvait l'être à Luxérion. Elle sortit donc sans attendre et vit tout de suite des chocobos courir au loin ce qui agrandit davantage encore son sourire.

« Oh chouette ! Ils ont des chocobos ! Tu voudras qu'on essaie d'en capturer un pour en faire ? »

C'était comme vouloir faire du poney mais en mieux quoi ! Xiah n'attendit pas trop Sidurgu au point où elle ne se soucia même pas de savoir si elle avait été entendue de ce dernier. Ce qui était sûr, c'était qu'elle se préparait déjà à p partir à l'aventure quand elle vit une carte sur la droite : ça indiquait l'endroit exactement et ils pourraient voir tout ce qu'il y aurait vraisemblablement à voir dans le coin.

Sans l'entendre arriver et ce malgré son armure, elle l'entendit lui demander ce qu'elle désirait voir et la jeune femme prit donc le temps d'observer cette carte en ramenant ses cheveux en arrière. Sa crinière lui donnerait assez chaud ici mais elle ne s'en lasserait pas et ne l'attachait presque jamais – avec raison puisqu'elle n'avait rien pour le faire.

Elle voyait bien qu'il y avait des fermes, il y avait un village dans une forêt – sans qu'elle ne sache que c'était un village de mog sinon elle y serait directement allée – mais elle ne voulait pas non plus embêter Sidurgu à faire une chose qu'il ne souhaiterait pas et elle hésita donc un certain temps avant de l'entendre lui dire qu'il était là pour visiter et que ça ne le dérangerait donc pas de la suivre partout où elle irait.

« C'est vrai ? Dans ce cas... »

Sans la moindre gêne, elle prit le plan qu'elle posa à terre avant de s'agenouiller devant. Cette fois, ses cheveux passèrent sur le côté, créant un rideau autour d'elle sans pour autant que ça ne soit gênant puisque Sid était devant elle. Néanmoins, si elle ne portait pas seulement un soutien gorge, la vue aurait pu avoir quelque chose d’obscène alors qu'elle lui démontrait divers passage.

« On passera à cette ferme, puis à celle là. On va ensuite dans la forêt pour se reposer dans le village ici. Et on verra demain pour aller voir dans le temple là haut. Ca te va ? On pourrait même se reposer avant d'arriver dans le temple vu qu'il y a un autre village entre deux. »

Et si seulement elle savait l'amour de Sidurgu pour les mogs, ça aurait quelque chose de très marrant à voir lorsqu'elle y serait mais elle n'était pour le moment pas consciente de ce qui peuplait cette forêt et ce n'était pas comme si les fermiers du coin le leur dirait. « Et on pourrait peut être capturer un chocobo avant pour l'utiliser en plus ! Ca ira encore plus vite ! »

Il serait inutile de dire que Xiah aimait beaucoup avoir et ressentir le vent dans ses cheveux mais ce n'était peut être pas le cas de l'homme en armure... Après tout, elle se disait aussi qu'il y aurait un point à voir... « Enfin... C'est si on trouve un chocobo assez fort pour toi. T'es pas si petit... »

Effectivement, la demoiselle, bien que grande, ne lui arrivait qu'au niveau de la poitrine. Il devait facilement faire les deux mètres cet homme ! Xiah se releva alors en ramassant la carte et en la roulant. Elle la fit disparaître aussitôt pour la ranger par la magie et regarda la route en face d'elle en calculant la distance pour aller à la première ferme : un peu à gauche... La deuxième était plus proche mais autant commencer par la plus éloignée hein ?

« J'espère que les monstres d'ici sont pas trop méchants. Plus ils ont de la place, plus ils grossissent j'ai entendu dire. »

Mais c'était sur Spira ça... C'était pourquoi ils étaient si gros sur la plaine félicité, l'un des rares endroits où on pourrait trouver des Xylomids. Elle savait aussi qu'il y avait des vers géants dans le désert de Bikanel mais ce n'était pas le genre de créatures qu'on trouverait sur la route de Mi'ihen par exemple...

« On y va ? » Demanda-t-elle alors pour voir s'il était d'accord pour tout ce qu'elle avait demandé.

« Sauf si tu as une autre idée pour l'itinéraire ? J'ai pas la notion du temps et peut être que la route sera plus longue que mon doigt sur la carte... » Elle était pensive mais ce n'était pas pour autant qu'elle se démonterait si son allié la contredirait, bien au contraire !

« Ah je sais en fait... T'as pas envie de dormir avec moi quand on sera au village c'est ça ? T'inquiète pas, je ronfle pas ! Mais je prends beaucoup de place. » Et il ne serait pas surprenant qu'elle finisse dans la même couche que lui en plus...
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Lun 15 Aoû 2016 - 19:04

Forcément, à la seconde où Xiah posa les yeux sur ces maudits chocobos, elle demanda s’ils ne pourraient pas en capturer un pour essayer ensuite de le monter. Sidurgu fit la grimace de suite. Monter sur un chocobo ? Non, sérieusement… Il n’en avait absolument pas envie. Cela dit, il n’était ni le père ni le mari de Xiah et c’est bien pourquoi sa réponse fut des plus neutres, même si on comprenait rapidement que ce n’était pas son intérêt à lui qui avait été piqué.
« Fais ce que tu veux, mais ne m’embarque pas là-dedans. » Il n’était pas du tout intéressé à grimper sur ces énormes poulets. Surtout que ceux-là étaient d’une taille réellement impressionnante. Sidurgu lui-même serait capable de se sentir petit à côté de ces bêtes sauvages. Il se souvenait avoir vu des roedagyns montés sur des chocobos immenses, et même ceux-là n’avoisinaient que le tiers de la taille de ces volatiles gigantesques qui gambadaient librement dans la prairie…

Cependant, le chevalier noir fit une gaffe en disant à Xiah qu’elle pouvait allé où elle voulait. La jeune femme attrapa alors la carte, la ficha par terre, et indiqua minutieusement l’itinéraire qu’elle désirait suivre. Sidurgu ouvrit grand les yeux en la regardant très méticuleusement indiqué où elle voulait aller, dans quel ordre elle voulait y aller, et imposer tout ça. En même temps, il l’avait cherché en lui indiquant qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait, il ne pouvait pas vraiment s’en plaindre, qui plus était, ça lui donnait une marche à suivre… Il bougea la tête de droite à gauche avant de hausser des épaules, se résignant donc à suivre le plan de Xiah.

Les choses assombrirent un peu son visage quand Xiah reparla encore de ce maudit chocobo.
« Non. Pas de chocobos. » Parce que si ça ne le dérangeait pas qu’elle fasse mumuse à essayer d’aller en chercher un pour sa poire, il avait bien comprit qu’elle l’entraînerait là-dedans pour qu’ils se déplacent plus rapidement. Rien que de s’imaginer sur l’une de ces choses, et ça lui donnait envie de faire la tronche. Surtout que Xiah marqua un point de toute façon ; il faisait deux mètres vingt, alors trouver un chocobo qui ne vacillerait pas sous son poids, en plus de l’armure, ce ne serait pas chose aisée.

Ils entreprirent donc de se rendre à la ferme que Xiah souhaitait visiter, qui était tout près. Elle se situait en haut d’une colline et semblait abriter des silos et un enclos où se dandinaient quelques moutons dodus. Pourtant, même s’ils venaient d’entamer la route, la ravissante jeune femme sembla hésiter et demanda au chevalier noir si l’itinéraire lui convenait. Etait-ce parce qu’il n’avait rien dit ? Etait-il obligé de commenter la moindre chose qu’elle disait ? Il attendit qu’elle termine de parler – c’est qu’elle était vachement bavarde – alors qu’elle supposait qu’il ne voudrait pas dormir avec elle parce qu’elle bougeait beaucoup, ou ronflerait. Dormir avec une femme, ou dans la même pièce qu’une femme, n’avait jamais été un véritable souci pour l’Ao Ra. Enfin, il avait eut pseudo-l’habitude de Rielle pendant un temps, mais il y avait bien dix ans de différence entre eux deux, donc aucune raison de s’extasier à ce sujet.

« Ton itinéraire me convient. Mais on ferait mieux de se dépêcher plutôt que de discuter, sinon on va perdre du temps et se retrouver coincé au milieu des bois à la nuit tombée. » Ce qui serait assez bête, surtout en sachant qu’ils ne connaissaient rien de ces forêts et qu’elles semblaient être tout de même assez denses ! Et du coup il n’avait pas répondu concernant le problème éventuel de dormir dans la même pièce qu’elle, mais c’était surtout que ça ne l’importunait pas. Il dormait trop peu pour s’enquiquiner de quelqu’un qui briserait son cycle de trois heures de sommeil par nuit. Et si vraiment elle était trop lourde, il irait dormir dehors, assis. Oui parce qu’il était capable de le faire, même si c’était davantage de la relaxation qu’un véritable sommeil.

Leur démarche leur permit d’atteindre sans trop d’encombres un genre de petit ranch avec des moutons à la peau sombre. Sidurgu n’avait eut qu’à se débarrasser d’un gros chien aux canines acérées mais il le fit d’un coup sec de son arme en la plantant cash dans l’abdomen de la bête, pile au travers le dos. La chose ne vécue pas longtemps avant de pousser un ultime gémissement avant de succomber de ses blessures. D’une seule main, Sidurgu retira sa grande épée de la plaie et la remit comme si de rien n’était dans son dos, avant de reprendre le chemin pour guider et protéger, comme promis, Xiah jusqu’à cette petite ferme, ou plutôt village puisque c’était le village d’Aryas.
Il ne nota pas grand-chose, sauf des moutons, quelques stands et des gens qui semblaient étudier les mentionnés moutons.

Sidurgu croisa les bras en se demandant s’il y avait vraiment un intérêt à venir là.
« Rien de vraiment intéressant ici. » Son intérêt pour la chose était assez court, mais en même temps, ce n’étaient que des moutons et il n’était pas particulièrement friands d’animaux comme on pouvait le comprendre avec son attirance pour les chocobos… Certaines personnes s’amusaient à la dévisager cependant, peut-être qu’il faisait tache dans le décor avec sa grosse armure noire, ou peut-être était-ce parce qu’ils l’avaient vu tuer ce gros chien d’un coup…

Quoi qu’il en soit, il n’appréciait pas se faire dévisager.
« Qu’est-ce que tu veux ? » Grogna-t-il clairement, ce qui laissa l’espèce de scientifique un peu pataud. Pourtant, plutôt que de se carapater, il s’approcha en levant les mains pour prouver qu’il ne voulait pas d’ennuis et qu’il n’avait aucune arme.
« D-désolé ! Vous en prenez pas à moi monsieur ! Mais vous avez l’air fort et on est pas des guerriers, nous ! »
Sidurgu comprit assez vite le message. Il soupira et se tourna vers l’individu.
« C’est quoi le problème ? »
« Récemment, on a perdu pas mal de nos moutons… Uune créature de la forêt les a emportés ! »
« Et tu t’attends à ce que je retrouve et tue ta bestiole ? »
« S-si… si ça vous gêne pas… » L’Ao Ra secoua la tête de droite à gauche avant de se tourner vers Xiah qui devait avoir tout entendu. Ça les ralentirait dans leur itinéraire mais de toute façon, ils étaient supposés visiter cette forêt, alors ça ferait un genre de deux pierres d’un coup.
« Très bien. A quoi ressemble votre bête ? »
« C’est très grand, sur deux pattes arrières, et il a une hache ! Il est très dangereux, faites gaffe. »
M’oui. Sidurgu arqua juste un sourcil. Pensait-il vraiment qu’il ne savait pas se battre ? Franchement.
« Tu en penses quoi ? » Demanda-t-il en jetant un coup d’œil sur Xiah.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Jeu 25 Aoû 2016 - 17:58

Bon, au moins ça, elle l'aurait compris : Pas de chocobo... Sidurgu ne voulait absolument pas monter sur l'un de ces poulets ambulants et la seule chose qui pourrait le faire changer d'avis... Xiah ne la connaissait pas encore... Peut être accepterait-il d'en toucher un si seulement c'était pour le manger mais elle comprit qu'il ne serait pas question de lui en reparler encore une fois si elle voulait pouvoir rester en bon terme avec lui. Mais comme elle avait quartier libre sur ce qu'elle voulait faire, elle fit part de son itinéraire avant de quitter l'endroit et commencer son périple en se dirigeant vers la première ferme.

La route paraissait longue quand il n'y avait rien à faire mais Sidurgu n'eut qu'à ouvrir les oreilles pendant tout le chemin puisque la demoiselle parlait énormément. Elle ne comptait pas lui en vouloir de lui avoir dit qu'elle était lente même si ce n'était qu'indirectement puisqu'elle savait qu'elle parlait beaucoup mais elle serait bien en mesure de courir pour éviter, comme il l'avait dit, de se retrouver perdus en plein milieu d'une forêt lorsque la nuit tomberait. Aucune créature ne vint ponctuer cette route jusqu'à ce que la ferme ne soit en vue. Une sorte de chien les attaqua mais avant même de pouvoir les charger, cette bête se retrouva empalée par l'épée énorme de l'ao ra avant qu'ils ne puissent arriver.

Ca ne payait pas de mine et Xiah, pour la première fois depuis quelques heures, fit enfin un peu de silence pour observer les lieux et se rendre compte que ce n'était pas bien grand, pas bien protégé non plus... Si l'une des créatures qu'ils venaient de tuer se pointait, elle pourrait faire un carnage, tout manger et repartir. Les moutons étaient en plus enfermés dans des enclos et ils ne pourraient guère faire mieux que de se faire attraper sans même avoir l'opportunité de tenter de fuir. Un vieux fermier les observait depuis qu'ils étaient arrivés. Sid l'avait remarqué là où Xiah regardait toujours autour d'elle. Ce ne fut que lorsque la voix de Sidurgu s'éleva pour demander à ce type ce qu'il voulait qu'elle le remarqua. Elle se tourna ensuite vers lui pour suivre la conversation et parfaitement comprendre le problème de ce fermier et de toutes les personnes qui vivaient dans ces lieux.

Une créature assez grande, se tenant sur ses pattes arrières et manipulant une très grande hache semblait leur poser des problèmes et comme personne n'était vraiment apte de se battre ici, il demanderait bien à qui l'accepterait de l'aider à résoudre ce problème. C'était sûr qu'en voyant la facilité avec laquelle le chevalier noir avait pu détruire ce chien, ça donnerait des idées puisque pour lui, ça ne serait qu'une formalité à réaliser là où ça serait fortement improbable pour ne pas dire impossible que ce groupe de fermiers puisse le faire. Sidurgu demanda alors l'avis de Xiah sur la question. A quoi il s'attendait franchement ? Cherchait-il seulement à se convaincre de le faire ? Xiah n'hésiterait pas une seconde de son côté et elle le prouva en répondant tout aussi rapidement que possible et sans même chercher à savoir si ça serait dangereux ou non.

« Aucun problème pour moi ! On va réduire ce monstre en bouillie ! » Elle se tourna alors vers l'homme en question et elle lui sourit pour lui prouver toute sa bonne volonté. Elle avait déjà une bonne idée de ce qu'elle aurait à trouver mais elle avait une dernière question à poser.

« C'est très grand comment ? Comme lui ou plus grand encore ? » Elle avait pointé le chevalier noir pour pouvoir donner un ordre d'idée. S'il manipulait une hache à sa taille, il y avait de fortes chances qu'elle soit tout aussi grande elle aussi. Mais d'un autre côté, elle avait une autre manière de voir les choses même s'il était très grand. « Plus il sera grand, plus il tombera de haut de toutes façons ! »

Elle se retourna donc vers Sidurgu en sachant qu'elle n'aurait plus rien d'autre à faire ici si ce n'était peut être une petite chose qu'elle se permettrait de faire avant de partir. « On peut y aller alors ! A moins que tu n'aies autre chose à faire ici. » Ce fut le moment où elle réalisa ce qu'elle souhaiterait faire de son côté, elle se tourna donc vers le fermier.

« Oh, est-ce que je peux caresser un mouton avant de partir ? »

Surpris, le fermier se demanda le but et accepta puisque ça ne lui coûterait rien du tout, surtout qu'il obtiendrait de l'aide gratuitement de ces deux voyageurs dans le fond donc ce n'était pas dans son intérêt de les contrarier maintenant. Xiah put accéder à l'enclos donc pour pouvoir aller chercher ces petites bêtes dans ses bras. Ce n'était pas aussi doux qu'elle l'aurait imaginée mais elle fut contentée de ce qu'elle avait pu toucher lorsqu'elle en ressorti. Elle remercia évidemment le vieux bonhomme et retourna auprès d'un Sidurgu probablement exaspéré mais elle s'en fichait pas mal.

« Maintenant c'est bon. »

Elle lui attribua un grand sourire et passa à côté de lui pour commencer à se diriger directement vers cette forêt du coup. Elle ne perdrait plus de temps à visiter tous les patelins du coin du coup et ça serait peut être mieux du point de vue de Sidurgu pour le coup : il n'avait peut être pas envie de visiter chaque ferme des terres sauvages non plus même s'il acceptait de visiter le monde...
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Sam 3 Sep 2016 - 16:27

Xiah sembla drôlement emballée à l’idée d’aller tuer ce monstre. Sidurgu ne pouvait pas vraiment dire ce qui la motivait, ou ce qui ne l’effrayait pas, mais soit. Visiblement, elle n’était pas juste une mignonnette qu’il allait devoir protéger, c’était aussi une jeune femme pleine de bonne volonté qui, espérons-le, savait autant se défendre qu’elle ne le prétendait. Il ignorait si c’était vraiment le cas mais comme elle le lui avait dit de nombreuses fois, il se permettait quand même de le croire. Il ne pouvait que lui laisser le bénéfice du doute de toute façon.
Après s’être renseigné un peu sur la hauteur du monstre – pourquoi, allez savoir – Xiah sembla prête à partir.

Cependant, quelque chose la chagrinait. Avant qu’ils ne puissent se déplacer vers les bois, la demoiselle fit une demande des plus curieuses : pouvait-elle caresser un mouton ? Le chevalier noir haussa les sourcils en se demandant si elle était sérieuse. Qu’est-ce que cela lui apporterait honnêtement ? Surtout que la laine de ces bestioles n’était pas exactement agréable à toucher dans ses souvenirs. Les seules moutons qu’il connaissait, et qui ressemblaient un chouïa à ces choses d’ailleurs, c’étaient les karakuls qui se baladaient non loin des portes d’Ishgard, dans le Coerthas. De véritables petites vermines faiblardes.

Le fermier accepta de laisser Xiah entrer dans l’enclos mais Sidurgu s’abstint. Il resta là, croisa les bras, et attendit que la jeune femme ait terminé sa besogne. S’il n’en saisissait pas le sens, ça ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas le droit d’en profiter après tout. Heureusement, ce ne fut pas long. Elle toucha un peu la laine des moutons avant de revenir, tout contente tout sourire, en disant que c’était bon.
« Très bien. » Lança le chevalier noir. « On reviendra te faire un compte un compte-rendu une fois le travail terminé. » Le fermier sembla on ne pouvait plus d’accord. Il hocha de la tête, probablement heureux que quelqu’un se préoccupe de tuer le bourreau de ses bêtes. Sidurgu soupira avant de se tourner vers Xiah qui s’aventurait limite en gambadant vers l’épaisse forêt qui s’étendait au loin. Ils avaient cependant encore pas mal de chemin à traverser avant d’y aller, et pas mal de monstres pourraient surgir pendant ces plusieurs mètres à franchir.

Il rejoignit donc la jeune femme qui prenait déjà les devants. Non pas qu’il s’inquiétait pour elle mais il avait le sentiment qu’elle avait oubliée ce qu’il lui avait demandé à Luxerion – de ne pas s’attirer d’ennuis parce qu’il ne voulait pas toujours ramasser derrière elle ! Il s’était plus ou moins engagé à la protéger pendant qu’il voyageait avec elle, c’était son boulot après tout, son devoir, plutôt. Un boulot, ça insinuerait qu’il serait payé pour le faire et en toute évidence, cette fille ne lui donnerait pas un rond. Non pas qu’il en veuille. Jamais lui, ni Fray, ni leur maître n’avait demandé un sous contre leurs services. A l’instar de certains paladins…

« Tu es étrange comme femme. » Commenta l’Ao Ra sans discrétion aucune. « Tu te promènes peu vêtue, t’adresses aux gens comme à tes pairs et te jette tête première dans le danger. Quelqu’un qui ne te connait pas te considérerait comme idiote à prendre autant de risque. » Surtout si on prenait en considération les connaissances de Sidurgu sur la nature humaine ; il avait longtemps protégé des pauvres gens d’Ishgard et il avait bien souvent été témoin de l’appétit néfaste des hommes pour la chair des femmes. Combien en avait-il protégé ? Ces pauvres filles qui craignaient de se faire harceler dès qu’elles mettaient un pied dehors… Il en était presque venu à détester les hommes de façon générale, mais heureusement, il était suffisamment pragmatique pour savoir qu’un humain ne faisait pas l’autre… ou peu importe la race dont il s’agissait. « Tu n’as jamais eu peur pour ta vie ? »
Pour lui, c’était quelque chose de nouveau. Il n’avait pas beaucoup d’amis là d’où il venait, mais il savait que Rielle avait craint pour sa vie, fut un temps, bien qu’elle manqua de la jeter à la volée en apprenant que sa mère désirait sa mort. Fray ne craignait pas la mort, mais il était spécial… Lui non plus en théorie. Il dédiait sa vie aux autres et mourrait pour respecter son serment, mais Xiah n’était pas lui. Xiah n’était pas un chevalier noir. C’était juste une fille… peut-être un peu trop tête en l’air, ou téméraire…

« Quoi qu’il en soit, ne fait rien de stupide. Quand on trouvera ce monstre, j’attirerai son attention sur moi. Fait en sorte que ça reste ainsi. » C’était plus ou moins un ordre et pas vraiment une recommandation. Toutefois, il ignorait complètement où ce monstre pouvait être… Ce mec avait dit qu’il était dans les forêts, mais ces bois semblaient immenses… La recherche allait être longue.
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Mer 7 Sep 2016 - 16:46

Après avoir pu se rendre compte de comment était le pelage d'un mouton, Xiah était prête à partir et le mentionna à Sidurgu qui finit par annoncer le départ, laissant entendre qu'ils repasseraient ici pour pouvoir faire un compte rendu de ce que la mission aurait donné. Il faudrait donc revenir ici ? Ce n'était pas une si mauvaise idée en effet pour rassurer cette personne et peut être Xiah pourrait-elle encore une fois caresser un mouton ? Elle semblait en tout cas de bonne humeur puisqu'elle repartit presque sans attendre vers la forêt pour accomplir cette mission. Il y aurait pas mal de chemin à franchir mais ça ne semblait pas du tout ralentir l'humeur majestueusement bonne de Xiah. Cette demoiselle semblait être aussi joyeuse qu'un arc en ciel serait beau à voir et pourtant, elle avait certainement des failles dans son esprit ou des pensées sombres elle aussi mais elle ne les laissait jamais paraître. C'était pourquoi Sid témoignait un peu d'intérêt pour elle en se rapprochant de Xiah pour lui poser une question étrange...

Toute aussi étrange que la phrase qu'il lui envoya pour commencer : que Xiah était une femme étrange justement. Il lui fit l'énumération de ce qu'il trouvait bizarre chez elle en commençant par le fait qu'elle voyageait peu vêtue, elle s'adressait aux autres comme des égaux à chaque fois malgré que ce n'était par moment pas le cas et elle se jetait toujours tête la première dans le danger. Il lui disait donc qu'une personne ne la connaissant pas la prendrait pour une idiote à agir avec aussi peu de considération pour sa vie. Pourtant, elle ne perdit pas son sourire et tourna son regard vers lui.

« Pourquoi ? Tu me trouves idiote ? » La question n'était que pour savoir ce que lui pensait puisque s'il disait une telle chose, c'était probablement parce qu'il l'avait à un moment ou à un autre pensé même si ça ne serait peut être plus le cas maintenant. Ca ne les empêchait pas de continuer leur route vers la forêt et même dans la forêt une fois qu'ils l'eurent atteint. Sidurgu n'était pas resté silencieux pendant la route, lui demandant alors si elle n'avait jamais eu peur pour sa vie. A vrai dire, ça lui était arrivé mais elle ne s'en souviendrait plus... C'était déjà arrivé oui, elle en était consciente. Il y avait bien des prédateurs sexuels par moment ou même des monstres un peu trop dangereux pour qu'elle puisse lutter seule contre eux mais elle préférait ne pas trop y penser en même temps.

« Oui, évidemment. Mais si on commence à craindre tout ce qui peut nous nuire, on ne pourra plus profiter de la vie. Il y a des dangers partout et si on s'amuse à toujours les voir, on finira par devenir parano. C'est pas trop mon objectif on dira ! »

Oui, peut être mais il n'arrivait pas à le voir sous le même œil qu'elle. Il lui demanda donc encore une fois de ne rien faire de stupide et elle lui fit un grand sourire en écoutant ce qu'il avait encore à dire ensuite : il comptait attirer l'attention de la bestiole qu'ils iraient affronter et il le garderait sur lui. Il lui demandait donc de ne pas chercher à s'attirer les foudres de leur futur adversaire et Xiah fit un salut militaire pour pouvoir lui répondre.

« A vos ordres chef ! » Elle se retourna et se remit en route mais elle ne fit que deux ou trois pas avant de retourner la tête vers lui, tout sourire encore une fois - oui, ça l'amusait de le voir réagir de cette manière mais ce n'était pas méchant. « Et t'en fait pas, je ne suis pas stupide. »

Il y aurait des raisons de s'en faire, c'était certain mais Xiah connaissait tout de même les limites qu'elle ne devrait pas dépasser et c'était pourquoi elle pourrait lui dire que malgré tout ce qu'elle faisait et disait, elle n'était pas stupide et était bien consciente des dangers qu'elle pourrait rencontrer en chemin. Elle était peut être inconsciente du point de vue des autres mais ça ne l'empêchait pas de réfléchir toujours à tout et de camoufler ses doutes derrière une manière de voir les choses bien différentes et laissant un voile camoufler ses véritables pensées.

Les bois ne semblaient pas aussi agréables qu'ils y paraissaient. La lumière tamisée était agréable à voir et l'ambiance y était sympa mais il suffisait d'entendre un craquement pour se demander si quelque chose ou quelqu'un n'était pas en train de les suivre, il suffisait de voir une ombre bouger qu'on pourrait se demander si un monstre n'était pas dans le coin. A chaque fois, ce n'était qu'une fausse alerte jusqu'à ce que la demoiselle ne capte plus précisément un son de pas cette fois et elle s'arrêta.

« Je crois qu'il y a quelque chose. » Cette fois, c'était sérieux puisqu'elle ne pensait pas l'avoir imaginer ou que ça ne soit que le vent. C'était juste en face d'eux. Il y avait plusieurs arbres bien touffus qui gênaient la vue de ce que ça pourrait être mais comme personne ne bougeait, il serait difficile de savoir s'il s'agissait d'un monstre ou d'un autre humain pour l'instant... Peut être serait-il préférable de contourner prudemment ces fourrés pour voir ce qu'il y aurait derrière. Xiah préparait néanmoins une bataille et elle se montrait pour le coup sous un angle différent puisqu'elle semblait bien plus prudente qu'elle ne l'avait été jusqu'à maintenant : c'était Sidurgu qui allait attirer l'attention de la créature après tout, non ?
Invité
Invité


A ÉTÉ POSTÉ Dim 11 Sep 2016 - 18:53

Est-ce qu’il trouvait Xiah idiote ? C’est la première question que la jouvencelle posa. Sidurgu haussa les sourcils en la dévisageant deux secondes. C’était une question piège ? A vrai dire, ce n’était pas du tout son genre de mentir et c’est pourquoi l’Ao Ra fut catégorique.
« Oui. Brave, mais idiote. » C’était donc un genre de donnant-donnant qui laissait présager que Sid avait quand même de l’estime, un minimum, pour cette femme trop courageuse et trop stupide à son goût. Pas stupide dans le sens d’un manque d’intelligence évident mais bien dans le sens où il jugeait idiot d’agir ainsi, sans prudence ni précaution. C’était quelque peu brave comme il venait de le dire – donc Xiah pour se satisfaire du compliment – mais au final, ça donnait le même résultat ; elle était idiote.
Juste… dans le bon sens ?

Cela dit, ça ne sembla pas importuner la princesse en rose de se faire dire cash qu’elle était idiote. Elle affirma que oui bien sûr parfois elle y songeait, mais elle était du genre à penser tous les jours qu’on ne vivait qu’une fois, et elle ne voulait pas passer sa vie à gaspiller chaque minute en s’imaginant que quelqu’un allait l’agresser. Elle voulait vivre sa vie à fond sans se donner de limite.
« C’est une… façon intéressante de voir les choses. » Il n’était pas certain de tout saisir mais il comprenait le fondement de l’idée. Au fond, elle ne voulait pas se bloquer à des conditions ou à des craintes pour vivre sa vie. Finalement, ce n’était pas si idiot, même s’il ne considérerait pas vraiment ce mode de vie comme étant sécuritaire. Ça ne garantissait aucunement une longue et belle vie. Il pouvait déjà s’imaginer Rielle lui dire un truc pareil d’ailleurs et il fronça un peu le nez en y pensant. Ça aurait été son genre, surtout après avoir quitté sa tutelle pour se réfugier à Gridania sous l’aile du padjal E-Sumi-Yan.

Donc, après avoir confirmé qu’elle ne prendrait pas de risques et avoir dit ne pas être stupide – ce que Sidurgu avait plus ou moins démentit un peu plus tôt en lui disant qu’à ses yeux, elle l’était – la jeune femme s’enfonça dans les bois. Le chevalier noir la suivait de près puisqu’il était à peu près convaincu que dès qu’elle verrait quelque chose, elle s’évaporerait de son champ de vision.

Pendant qu’ils marchaient, elle crut entendre un son à proximité. Elle le mentionna et Sidurgu dégaina donc son arme, prêt à combattre l’adversité qui se présenterait sur son chemin. Il ne voyait rien cependant si bien qu’il fit signe à Xiah de rester derrière et avança d’un pas précis et plutôt curieusement délicat compte-tenu de son armure et de la lourdeur plus général de l’équipement qu’il portait. C’était l’habitude qui donnait ça. Cependant, ils ne tombèrent pas ce sur quoi Xiah s’imaginait. Sidurgu utilisa la pointe de son arme sombre pour repousser les fourrée et s’aperçut de ce qu’il y avait derrière, plutôt que de s’emmerder à les contourner.
« Il est passé par là. » Il indiqua à Xiah de venir voir et la jeune femme put voir avec horreur le corps tout frais d’un mouton éventré. Il était là, sa laine toute blanche maintenant ruisselante de son propre sang, comme s’il avait été découpé puis mangé en partit. Sidurgu n’était pas du genre émotionnel aussi n’eut-il aucune réaction en voyant ça. Si ça avait été un enfant ou un être humain plus généralement, sa réaction aurait été tout autre, mais son cœur s’affolait bien moins pour des animaux, autant l’admettre.

« A en juger par les quelques traces de sang que je vois, il s’est enfoncé dans les bois. Il va falloir le suivre. » C’était peut-être un piège, Sidurgu en avait conscience. La bête ne devait pas être stupide si elle venait chiper du bétail pendant la nuit pour vraisemblablement s’en nourrir. Le chevalier des ombres redoubla donc de prudence. « Allons-y. Sois prudente et reste derrière moi. » Si tant était qu’elle écouterait…

Contenu sponsorisé


A ÉTÉ POSTÉ

Entre les chocobos et les moutons
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum